Inscrivez-vous à la Quotidienne du Bâtiment

Accueil > Actualités du BTP > Architecture > Ouverture du Palais Lumière à Evian

Ouverture du Palais Lumière à Evian

Ouverture du Palais Lumière à Evian
Le 30 juin 2006, la Ville d’Evian inaugurera son « Palais Lumière » en lieu et place des Anciens-Thermes construits au début du XXe siècle. La Ville d’Evian ambitionne, en effet, de faire de ce lieu un pôle culturel de référence à l’instar de la fondation de l’Hermitage à Lausanne ou de la fondation Gianadda à Martigny. En juin prochain, le Palais Lumière ouvrira ses portes avec une rétrospective du peintre contemporain évianais, Pierre Christin (30 juin / 1er octobre). Situé en front de lac, en centre ville, ce nouvel équipement abritera un centre de congrès de rang international, une médiathèque et un pôle exposition hautement équipé de 600 m2 appelé à accueillir de grandes expositions.

Architecture |

Recommander cet article
Imprimer cet article

Le Palais Lumière, fleuron retrouvé du patrimoine évianais

Le Palais Lumière est à l’origine un établissement thermal. Ernest Brunnarius, architecte parisien de renom, est chargé, en 1900 de construire ce nouvel établissement thermal. Programme monumental et moderne, l’équipement est inauguré en 1902. Remarquable par sa physionomie et sa taille imposantes, le bâtiment se distingue aussi par sa grande valeur architecturale.

Il est un des plus beaux témoignages de l’architecture des villes d’eaux du début du siècle. Situé face au lac, au voisinage de l’hôtel de ville (ancienne villa des frères Lumière), il jouit d’un emplacement central et privilégié.

En 1996, la Ville d’Evian redevient propriétaire du bâtiment. Dès lors, une première étape vers la préservation est franchie avec l’inscription à l’inventaire des Monuments historiques de sa façade principale, de son hall d’entrée et de son vestibule, avec ses décors. Une réflexion sur une destinée nouvelle et valorisante est aussitôt lancée.

Elle aboutit, en 2002, au projet de reconvertir l’édifice en centre culturel et de congrès. Le projet s’inscrit dans une perspective globale de redynamisation de l’économie touristique locale. Le nouvel équipement municipal devra être emblématique du renouveau de la Ville.

Le « Palais Lumière » sera un outil spectaculaire et unique !

Le Palais Lumière, nouvel emblème de la ville d’Evian

Situé en front de lac, en centre ville, le Palais Lumière est un bâtiment de 4200 m2 composé d’un hall central de taille imposante, coiffé d’un dôme rénové, et entouré de part et d’autre de deux cours symétriques en « U » couvertes de verrières.

Le bâtiment accueillera trois entités :
— un centre de congrès « high tech » se développant sur 2200 m2, pour l’accueil de congrès nationaux et internationaux, comprenant notamment une salle de 382 places, huit salles de séminaires et des espaces de détente.
— un espace culturel (sous-sol et rez-de-chaussée) de 600 m2 permettant de réaliser des expositions de qualité muséale.
— une médiathèque de 800 m2, abritant également des archives historiques. Le hall d’entrée, restauré tel qu’il était à l’origine, sera public et utilisé pour les vernissages et l’accueil des congressistes.

Le Palais Lumière, une reconversion prestigieuse et culturelle

L’espace d’exposition répond à l’ambition de la Ville, grâce à un espace hautement équipé, d’en faire un pôle de référence, à l’instar des musées genevois proches, de la fondation Gianadda à Martigny ou de la fondation de l’Ermitage à Lausanne. L’objectif étant de s’inscrire dans ce circuit circum-lémanique et d’en élargir l’offre.

Pour inaugurer ce nouvel espace, la ville d’Evian a souhaité rendre hommage à Pierre Christin, « enfant du pays », en lui consacrant une grande rétrospective (30 juin / 1er octobre) qui vient couronner une oeuvre de la plus enviable qualité.

Pierre Christin est né le 26 décembre 1935 à Evian. Personnalité très attachante, farouchement épris de sincérité et résolument tourné vers la nature et les gens, il dit de ses tableaux qu’ils forment son journal intime. C’est à eux qu’il se confie, pour dire ses angoisses et ses révoltes, quelquefois ses rêveries, ses cauchemars. La sélection des oeuvres de l’exposition repose sur trois axes : la période dite de jeunesse, les premières émotions jetées sur la toile comme une révélation d’un désir ardent de peindre, ensuite avec les quinze dernières années de sa production, là où se trouvent probablement ses plus beaux tableaux et enfin ses objets et notamment ses personnages, truculents et drôles, qui devraient ravir le public.

A cette rétrospective, succédera une programmation ambitieuse d’expositions temporaires.

En 2007 : « Ernest Pignon-Ernest » (février-avril), « L’Eau douce » dans les oeuvres des musées de Saint-Pétersbourg (été), en 2008 « Gustav-Adolf Mossa, peintre symboliste » (printemps), « Auguste Rodin » (sculptures, aquarelles et glaise) en partenariat avec le musée Rodin à Paris et le musée d’Orsay et en association avec le centre Jean Foa à Evian (Villa Sapinière) où l’artiste a réalisé des décorations intérieures (été), et en 2009 « Jules Chéret » dans les collections du musée des Beaux-Arts de Nice (printemps).

Recommander cet article
Imprimer cet article

Vos réactions | 0 réactions

Commenter cet article

Les champs à remplir sont obligatoires pour la publication de votre commentaire.

 

 

Le dépôt de votre commentaire ne nécessite pas d'authentification et sera soumis à la validation de notre modérateur.

Dossiers partenaires :

Visuel Dossiers partenaires

La protection acoustique au coeur de l'innovation TECHNAL


TECHNAL

À l’heure de la densification urbaine et de l’amplification des nuisances sonores, l’exposition...
Visuel Dossiers partenaires

Drain’Up, Une gamme de postes de relevage pour l'habitat...


SEBICO

Sebico propose des réponses pour tous les besoins en postes de relevage pour les eaux usées ou les eaux pluviales....

Suivez-nous :

Linkedin
Twitter
Facebook

Les produits de la semaine :