Inscrivez-vous à la Quotidienne du Bâtiment

Accueil > Actualités du BTP > Législation et règlements > Transports : l’entretien des infrastructures priorisé, les grands projets mis à mal

Transports : l’entretien des infrastructures priorisé, les grands projets mis à mal

Transports : l’entretien des infrastructures priorisé, les grands projets mis à mal
La décision d’Elisabeth Borne de mettre à l’arrêt plusieurs projets majeurs à l’été 2017 aurait dû servir d’avertissement aux acteurs des Travaux publics. Ces derniers ont pourtant subi une nouvelle douche froide ce 11 septembre, alors que la ministre des Transports présentait la programmation des investissements dans les infrastructures. Résultat : un budget en hausse de 40%, mais encore insuffisant pour financer l’ensemble des programmes.

Législation et règlements |

Recommander cet article
Imprimer cet article

Chose promise, chose due ! La ministre des Transports Elisabeth Borne a présenté le 11 septembre le budget consacré aux infrastructures de transport faisant suite aux recommandations du Conseil d’orientation des infrastructures (COI). La priorité du gouvernement : « agir pour les transports du quotidien », comme l’a rappelé l’ex-présidente de la Régie autonome des transports parisiens (RATP).

« C’est bien le sens de cette programmation, pleinement intégrée dans le projet de loi d’orientation des mobilités : mettre notre politique d’investissements au service d’une nouvelle politique de mobilités, une politique luttant contre l’assignation à résidence de nos concitoyens dans tous les territoires, portant une ambition inédite pour la mobilité propre, et accompagnant les révolutions du digital et des nouvelles mobilités », a-t-elle déclaré.

Revenant sur les actions déjà menées par l’exécutif depuis sa mise en place (pause des grands projets d’infrastructures, organisation des Assises nationales de la mobilité, réalisation d’audits sur l’état des routes, etc.), la ministre des Transports a ensuite dévoilé le tant attendu budget consacré aux infrastructures. Ce sont ainsi 13,4 milliards d’euros qui seront investis sur la période 2018-2022, soit 40% de plus qu’au cours du quinquennat précédent. À horizon 2023-2027, l’enveloppe pourrait même grimper jusqu’à 14,3 milliards d’euros.

« Ce choix politique très clair est nécessaire pour à la fois maintenir un niveau de qualité pour nos infrastructures, garantir la sécurité et la qualité des déplacements de nos concitoyens au quotidien, soutenir la performance de notre économie, assurer la transition vers une mobilité plus propre, renforcer la cohésion du territoire et son intégration dans les flux européens et mondiaux », estime le ministère.

Un budget en hausse mais toujours insuffisant

Si l’augmentation du budget consacré aux transports est un signal fort du gouvernement, à y regarder de plus près, il s’agit davantage d’un cadeau empoisonné joliment empaqueté. En effet, les priorités présentées par Elisabeth Borne sont avant tout axées sur 5 points : l’entretien et la modernisation des réseaux, le renforcement et le développement du ferroviaire, le désenclavement routier des villes rurales, le développement des mobilités propres, et le report modal dans le transport de marchandises.

Répartition des grands volumes de dépenses (Millions d'euros).
©Ministère de la Transition écologique et solidaire

Les grands projets, quant à eux, ressortent perdants de cette programmation. Bien qu’aucune liste de projets prioritaires n’ait, pour l’heure, été communiquée, le gouvernement a déjà laissé entendre qu’il s’appuierait sur « l’approche nouvelle proposée par le COI, reposant sur une réalisation phasée des projets ». Le ministère a également précisé que les projets de Canal Seine-Nord Europe et la liaison ferroviaire Lyon-Turin seraient bien honorés, sans plus de détail.

Bien qu’ambitieuse, la programmation proposée par le gouvernement est loin d’avoir convaincu la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable du Sénat, qui a réagi dès ce 12 septembre aux annonces de la ministre des Transports. Tout particulièrement, Hervé Maurey, président de la commission et membre du COI, a déploré un montant bien en-dessous des niveaux nécessaires à l’entretien des réseaux. D’après lui, 1,5 milliards d’euros manquent encore afin d’atteindre les objectifs fixés par l’exécutif.

« Les territoires sont les premières victimes des intentions du gouvernement en matière de financement des mobilités », a-t-il pointé. « Le gouvernement doit revoir au plus vite sa copie. » Le sénateur a également rappelé que le plan présenté faisait totalement l’impasse sur le financement des investissements prévus. De quoi laisser la porte ouverte à la mise en place d’un éventuel prélèvement sur les usagers de la route…

F.C
Photo de Une : @Elisabeth_Borne (Twitter)

Recommander cet article
Imprimer cet article

Vos réactions | 0 réactions

Commenter cet article

Les champs à remplir sont obligatoires pour la publication de votre commentaire.

 

 

Le dépôt de votre commentaire ne nécessite pas d'authentification et sera soumis à la validation de notre modérateur.

Dossiers partenaires :

Visuel Dossiers partenaires

Sanitaires mobiles sous vide en Andorre


Evac

Le Cirque du Soleil s’est installé à Andorre-la-Vieille durant le mois de juillet 2018 et a rassemblé...
Visuel Dossiers partenaires

SINIAT lance SLIMISOL®, le système d’isolation par...


SINIAT

SLIMISOL®, un système innovant unique sur le marché. Le Programme d’investissements d’avenir (PIA) a été...

Suivez-nous :

Linkedin
Twitter
Facebook

Les produits de la semaine :