Inscrivez-vous à la Quotidienne du Bâtiment

Accueil > Actualités du BTP > Publi-rédactionnels > THERMOGRAPHIE INFRAROUGE BATIMENT

THERMOGRAPHIE INFRAROUGE BATIMENT

THERMOGRAPHIE INFRAROUGE BATIMENT
Les premiers signes de l’hiver arrivent, et il sera bientôt temps de remettre nos systèmes de chauffage en route. Ces mêmes systèmes qui sont aujourd’hui au centre de nombreuses annonces : prime de l’Etat pour un changement de chaudière, appel de votre installateurs pour la maintenance annuelle, etc…

Publi-rédactionnels |

Recommander cet article
Imprimer cet article

Toutes ces annonces n'ont vraiment de sens que si ces systèmes ne sont utilisés dans une enveloppe de bâtiment qui n'est pas une passoire : entendez par là une enveloppe avec un isolant en bon état et en bonne place, et une étanchéité à l'air satisfaisante.

La thermographie infrarouge est une technique qui permet la visualisation d'une enveloppe pour en déterminer avec précision l'état ET la localisation d'éventuels « désordres thermiques », ceci encadré par une norme NF EN 13187. Pourquoi faire appel à un thermographe professionnel pour réaliser cet audit ?


La caméra thermique adaptée

L'outil primordial est évidemment la caméra thermique utilisée. Celle-ci est déterminée par différents paramètres, comme un appareil photo. Mais elle doit avoir une taille d'image satisfaisante pour pouvoir exploiter les images. Ces images doivent avoir un détail suffisant (une « définition ») pour identifier les défauts, et une sensibilité forte pour détecter un maximum de défaut.


Une connaissance de tous les phénomènes thermiques

La détection des défauts par thermographie nécessite non seulement une image thermique de base satisfaisante, mais également une compétence spécifique du thermographe.

En effet, l'image thermique n'est qu'une visualisation des températures de surfaces : en clair, il n'y a pas de mesure d'un défaut. La détection de l'irrégularité thermique dépend fortement de l'interprétation du thermographe, et donc de sa compétence.

Les différents paramètres qui entrent en jeu peuvent être les températures extérieures et intérieures, l'humidité, les matériaux, les structures, les angles de prises de vue, les conditions d'exposition au vent ou au soleil, etc…

Le contexte et les enjeux d'une thermographie

Ces différents facteurs doivent aussi prendre en compte le contexte de la thermographie du bâtiment. En effet, cette technique peut être utilisée sur tous les types d'opération, mais s'il apparait évident que le seuil de tolérance n'est pas le même entre un projet de thermographie avant réhabilitation et une thermographie à réception d'un bâtiment, il convient de s'adapter à différents objectifs de la thermographie :

Thermographie avant rénovation : cette intervention a pour but de détecter une maximum de défaut de l'enveloppe pour ensuite établir un plan de bataille en fonction de l'importance (intensité et taille), ou de préciser les modèles simulés par les bureaux d'étude thermiques.

Thermographie à réception : tout l'enjeu de ce type d'intervention est de vérifier les mises en œuvre de matériau (notamment les isolants extérieurs) et le traitement des points dits « singuliers » (angle, jonction structure, joint de dilatation), en fonction des bonnes pratiques et des cahiers des charges.

Thermographie expertise : ce type d'intervention est généralement réalisée dans un contexte spécifique, comme par exemple une surconsommation de chauffage, une impossibilité d'atteindre les températures de consignes, ou en complément d'une expertise dommage-ouvrage.

Thermographie de labellisation : les opérations immobilières d'envergure certifient leurs performances thermiques par des labels spécifiques (NF Habitat Environnement, HQE, Effinergie+, BREEAM, LEED, WELL…), dont certains requiert la thermographie comme outil de contrôle. La connaissance des cahiers des charges de ces labels permet alors au thermographe de suivre le protocole adapté.

Thermographie de recherche : certaines pathologies spécifiques du bâtiment peuvent être identifiées et localisées grâce à la thermographie infrarouge, ou des dérivées (thermographie stimulée par exemple). On pourra citer les cas particuliers de mapping de réseau de chauffage urbain ou d'habitation, la recherche de fuites en réseau de chauffage au sol, la mise en évidence de zone humide, par fuite ou capillarité.

Thermographie aérienne : la vitrine flashy de la thermographie infrarouge a pour but un effet de sensibilisation d'un territoire donnée. Les diagnostics techniques qui en découlent restent limités. On préfèrera une solution de thermographie de façade ou des appuis ponctuel par drone par exemple.


Recommander cet article
Imprimer cet article

Vos réactions | 0 réactions

Commenter cet article

Les champs à remplir sont obligatoires pour la publication de votre commentaire.

 

 

Le dépôt de votre commentaire ne nécessite pas d'authentification et sera soumis à la validation de notre modérateur. Veuillez taper les caractères tels qu'ils apparaissent ci-dessous.

Dossiers partenaires :

Visuel Dossiers partenaires

Base inédite des Copropriétés Résidentielles


EXPLORE

Expert en data intelligence, la société EXPLORE vient de lancer une base de données recensant les copropriétés...
Visuel Dossiers partenaires

KITINOX, LA RÉPONSE CHEMINÉES POUJOULAT POUR LA...


CHEMINEES POUJOULAT

Le foyer insert séduit de plus en plus de particuliers. Plébiscité aussi bien en neuf qu’en rénovation,...

Suivez-nous :

Linkedin
Twitter
Facebook

Les produits de la semaine :