Inscrivez-vous à la Quotidienne du Bâtiment

Accueil > Actualités du BTP > Vie des sociétés > L’immobilier ancien fait grise mine en ce début d’année

L’immobilier ancien fait grise mine en ce début d’année

L’immobilier ancien fait grise mine en ce début d’année
Le secteur de l’immobilier serait-il en train de s’essouffler ? Possible, à en croire le dernier Baromètre LPI-SeLoger, qui constate que les tensions sur les prix de l’ancien tendent à s’atténuer depuis le début de l’année. Sur ce marché, le volume de transactions a également baissé au cours du dernier trimestre. Le point sur les principaux indicateurs.

Vie des sociétés |

Recommander cet article
Imprimer cet article

Autant la construction est parvenue à commencer l’année en surfant sur la tendance dynamique observée en 2017, autant l’immobilier ne semble pas avoir réussi à poursuivre le mouvement. En effet, d’après le dernier baromètre récemment publié par Les Prix de l’Immobilier (LPI), le prix/m2 affiché pour les logements anciens est en baisse sur la période novembre-décembre-janvier.

« C’est sur le marché des maisons que la pression sur les prix s’est relâchée le plus nettement : depuis septembre 2017, les prix signés au cours des 3 derniers mois reculent (avec -0,3% en janvier 2018, contre +1,3% il y a un an à la même époque) », indique le document.

« Sur le marché des appartements en revanche, le rythme d’évolution des prix ne fait encore que ralentir : mais le ralentissement se renforce au fil des mois (avec +0,7% en janvier, contre +1,4% il y a un an à la même époque) », poursuit-il.

De nombreuses villes concernées

De fait, à fin janvier 2018, les prix n’ont augmenté que de 0,4% au cours du dernier trimestre. À titre comparatif, cette croissance était de 1,4% sur la même période l’année précédente.

Le Baromètre fait cependant état d’« évolutions très différentes selon les villes ». La hausse des prix de l’ancien se fait particulièrement ressentir à Bordeaux (+14,3% sur un an), ainsi qu’à Lille et à Lyon (+8%).

« En revanche, la hausse des prix ralentit fortement à Brest, au Mans et à Marseille. Le ralentissement est remarquable pour Brest, face à une demande qui a été déstabilisée par des prix qui avaient cru de 9,8% en 2017 ! Alors que sur Le Mans et Marseille, les prix n’augmentent plus que faiblement, sur un marché en panne », observent Les Prix de l’Immobilier et SeLoger.

Le décrochage du marché de l’ancien se fait également ressentir au niveau du nombre de transactions. Si certaines régions, dont les Pays de la Loire et Poitou-Charentes, parviennent à rester dynamiques, d’autres ont subi un recul « de l’ordre de 10% », à l’instar de l’Auvergne, la Bretagne et le Limousin. Autant de constats qui n'ont rien de rassurant, après les prévisions 2018 du Crédit Foncier.

F.C
Photo de Une : ©Capture d’écran Baromètre LPI-SeLoger des prix immobiliers

Recommander cet article
Imprimer cet article

Vos réactions | 0 réactions

Commenter cet article

Les champs à remplir sont obligatoires pour la publication de votre commentaire.

 

 

Le dépôt de votre commentaire ne nécessite pas d'authentification et sera soumis à la validation de notre modérateur.

Dossiers partenaires :

Visuel Dossiers partenaires

Nouvelle porte pare-flamme E30 WICONA


WICONA

La protection incendie est l’un des secteurs les plus sensibles du bâtiment. La verticalisation des villes participe...
Visuel Dossiers partenaires

VENTÉLIA, la nouvelle sortie de toit ventilation haute...


CHEMINEES POUJOULAT

Innovation Cheminées Poujoulat, la sortie de toit ventilation VENTÉLIA est une solution alternative à...

Suivez-nous :

Linkedin
Twitter
Facebook

Les produits de la semaine :