L’ÉCOLOGIE ÉCLOT SUR LES TOITS DE PARIS Communiqués | 04.11.16

Partager sur :
Un pas de plus ver l'Agriculture urbaine. Bien plus qu'une mode, le "vert" à Paris est aujourd'hui une volonté forte des élus comme des habitants de réinventer la ville en y introduisant la nature.

En janvier dernier, la Mairie de Paris a lancé un appel à projets pour promouvoir les végétalisations innovantes. Dans ce cadre, le dossier présenté par Urbagri en partenariat avec Siplast, Nidaplast et Loiseleur, parmi les 22 projets retenus, proposait de concevoir un jardin suspendu sur l'un des bâtiments ajoutés dans les années 70 au 4 rue Lobeau. Pari réussi avec la création d'une nappe phréatique en toiture qui permet la création du "Jardin de l'Hôtel de Ville" et la plantation de fruits, de légumes et de vignes.

 

Fruits et légumes pour le Jardin de l'Hôtel de Ville

 

Les premières fraises sont déjà sorties de terre, ainsi que les radis, mesclun, herbes aromatiques, capucines et soucis. Les 110 pieds de vigne plantés en octobre (muscat, chasselas, chardonnay, pinot noir et gamay) permettront une première récolte dans deux ans. Alors que depuis près de dix ans les rooftops du monde entier sont le lieu d'un véritable renouveau, Paris affiche son ambition avec l'objectif de végétaliser 100 hectares. En cohérence parfaite avec cet objectif, le dossier présenté par les quatre partenaires est une expérimentation grandeur nature sur trois ans : investir une toiture plate de près de 1 000 m2, originellement étanchée avec un complexe bicouche bitume autoprotégé, accueillant quelques équipements techniques et une double verrière centrale, pour la transformer en jardin comestible. Ce jardin se compose d'un potager et d'une vigne, posés sur une nappe phréatique artificielle créée grâce à un système de récupération et stockage d'eaux pluviales.

 
 

UN PAS DE PLUS VERS L'AGRICULTURE URBAINE

 

Un projet qui répond aux problématiques urbaines actuelles
Dans le cadre du Plan Climat actualisé de Paris, du Livre bleu de Paris et du Plan biodiversité de Paris, le Jardin de l'Hôtel de Ville répond aux problématiques suivantes :

 
  • Lutter contre l'îlot de chaleur ;
  • Limiter la dégradation de la qualité de l'air ;
  • Gérer l'eau de pluie pour limiter les rejets en voirie et écrêter les pics de pluviométrie ;
  • Apporter des solutions en matière de biodiversité en créant des maillons s'intégrant aux corridors écologiques et aux trames vertes de la ville ;
  • Valoriser les surfaces en rendant une toiture-terrasse inaccessible productive ;
  • Créer du lien social auprès des personnels de la Ville de Paris travaillant dans ce bâtiment ;
  • Apporter une réponse concrète et mesurée en termes d'agriculture urbaine, réalisée dans le respect des règles de l'agriculture biologique : variétés régionales, emploi de substrats avec des fertilisants naturels, recyclage des déchets grâce au compostage sur place. L'objectif est une production alimentaire en circuit court, le Jardin de l'Hôtel de Ville pouvant nourrir partiellement 10 personnes.
 
 

Et après ?
Le jardin sera cultivé pendant une durée de trois ans renouvelable trois années supplémentaires. L'objectif est d'évaluer l'autonomie du système, la quantité d'eau supplémentaire nécessaire, la qualité des substrats et les polluants éventuels retrouvés dans les produits.

 
 

Au départ : une toiture-terrasse non accessible, purement technique.

 
 

Pour parfaire l'étanchéité, pose d'une feuille en bitume SBS traitée anti- racine : Parafor Jardin Silver.

 
 

Installation du système en nid d'abeille Nidaroof puis du géo-espaceur Geo aw 44-1F pour création de la nappe phréatique arti cielle.

 
 

Pour la parcelle potagère, création des bacs et mise en place des substrats.
 

 

Transformer une toiture inaccessible et technique en toiture accessible et potagère !

 

Au cœur de ce projet particulièrement innovant, la création d'une nappe phréatique de près de 1000 m2 nécessitant une grande technicité et une étanchéité parfait

 

La nappe phréatique sur une grande partie de la surface de la toiture permet de stocker l'eau de pluie et de la restituer, non pas vers le réseau d'assainissement, mais de l'utiliser en totalité pour l'irrigation des végétaux, via des nappes textiles à forte capillarité, évitant le recours à une pompe électrique. Le dispositif a également pour objet de favoriser l'humidification de l'air en période chaude pour lutter contre l'effet îlot de chaleur, grâce à l'évapo-transpiration des végétaux et à l'évaporation à partir du substrat et de la nappe phréatique. La solution répond à l'enjeu incontournable de la gestion de l'eau de pluie que doit prendre en compte la collectivité et aux objectifs d'introduction de la nature en ville, de la biodiversité, des corridors écologiques et des îlots de chaleur. En complément, et pour pallier les longues périodes de sécheresse, un circuit d'arrosage raisonné - spécifique aux besoins en eau de chaque catégorie de plantes - est installé.

 

L'étanchéité, préalable pour tout projet fiable

 

Le préalable incontournable était de s'assurer de disposer d'une étanchéité robuste et adaptée à la mise en place d'un potager. Pour le Jardin de l'Hôtel de Ville, au vu de la qualité du complexe existant – Adepar JS + Paradiene 30 de Siplast -, il suffisait d'ajouter une feuille en bitume SBS traitée anti-racine, Parafor Jardin Silver. Ce produit appartient à la gamme Silver***, des solutions d'étanchéité haute performance proposées par Siplast, garanties 20 ans et tracées avec des puces RFID.

 

La rétention d'eau en toiture ou comment créer une nappe phréatique sur un toit

 

Sous le potager, une lame d'eau de 100 mm d'épaisseur a été constituée à l'aide du procédé Wateroof. Il associe une structure nid d'abeille appelée « Nidaroof » et un géo-espaceur, Geoflow 44-1F. Ainsi, les eaux de pluie tombant sur la verrière et sur le potager sont collectées sous le potager et constituent une réserve d'eau disponible pour les plantes. La structure nid d'abeille se présente sous forme de panneaux de 100 mm d'épaisseur, composés d'alvéoles en matière plastique de 50 mm de diamètre. Ils sont recouverts par un géotextile sur les deux faces, de manière à éviter que le substrat ne rentre dans les alvéoles. Ils offrent un indice de vide maximum (95 %) permettant de stocker l'eau pluviale.

 

Les substrats

 

Deux modes de mise en œuvre ont été utilisés sur la toiture. Le premier est appelé configuration en lasagne. Il consiste à la mise en place de substrat sous forme de couches successives. Par exemple, la parcelle potagère est constituée de 6 cm de bois broyé en fond puis 4 cm de substrat de champignon pour finir avec 10 cm d'un mélange terre végétale/compost. Le second est appelé configuration en mélange. Il consiste à la mise en œuvre de substrats différents préalablement mélangés. Par exemple, une partie de la zone viticole est un savant mélange de plâtre concassé, de sable, de brique, de terre végétale et de compost.

 

Les cultures

 
 

Des associations de cultures ont été réalisées pour permettre une meilleure préparation des végétaux aux différentes attaques - nuisibles, maladies - qui pourraient intervenir tout au long de leur cycle de croissance. Le protocole d'expérimentation va également permettre le suivi de rotation des cultures : tomates, concombres, radis, courgettes, salades, aromatiques, fraises, framboises...

 
 

filter_list Sur le même sujet

Nouvelles sous-faces de toiture Nicoll : le choix entre un design contemporain ou classique pour habiller votre débord de toit

Nouvelles sous-faces de toiture Nicoll : le choix entre un design contemporain ou classique pour habiller votre débord de toit

Spécialement développées pour s’adapter à tous les styles architecturaux, les sous-faces de toiture Nicoll, façon lambris classique ou lambris contemporains, combinent innovation, performance et esthétisme. En neuf comme en rénovation, elles habillent parfaitement les débords de toit au niveau des égouts et des rives en se fixant par simple emboîtement pour une pose simple et rapide. Nouveauté 2011 : la finition chêne liège. Restituez l’aspect naturel et chaleureux du bois tout en bénéficiant de toutes les qualités des matériaux de synthèse.
La fenêtre de toit tout-en-un RT 2012 pour toitures ardoisées

La fenêtre de toit tout-en-un RT 2012 pour toitures ardoisées

Partenaire des métiers de la couverture depuis plus de quarante ans, Roto, fabricant allemand et spécialiste de la fenêtre de toit à ouverture par projection, met un point d'honneur à développer des produits à hautes performances thermiques mais aussi simples et rapides de mise en œuvre.
La fenêtre de toit plat illumine votre intérieur

La fenêtre de toit plat illumine votre intérieur

Les évolutions constantes dans le secteur du bâtiment et des matières premières facilitent la construction d’habitats avec toits plats, ce qui explique leur succès grandissant. Mais dans ce type d’architecture, il n’est pas toujours possible de poser des fenêtres verticales standard. Les fenêtres de toit plat FAKRO, spécialement conçues pour ce type de construction, offrent la solution idéale. Tout en éclairant les pièces de lumière naturelle, elles permettent aussi de les ventiler et conjuguent design avec haute fonctionnalité et excellente performance thermo-isolante.
VODALIS®, LA GOUTTIÈRE DESIGN ET RÉSISTANTE

VODALIS®, LA GOUTTIÈRE DESIGN ET RÉSISTANTE

La gouttière Vodalis® est le fruit de la longue expérience de Nicoll sur le marché de la couverture. Développée avec des professionnels de la couverture, et pour eux, cette gouttière est la parfaite synthèse entre la résistance assurée par le zinc et le choix de couleurs permis par l’aluminium.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter