L'entreprise familiale Semin dévoile les clés de son succès pour ses 180 ans Vie des sociétés | 14.09.18

Partager sur :
Semin, c'est avant tout une histoire de famille : six générations se sont succédé à la tête de l'entreprise spécialisée dans les colles et enduits depuis sa création en 1838. Pourtant, à 180 ans, la société est plus que jamais tournée vers l'avenir. Forte de ses dernières innovations, dont le Rebouch Trou et le CE78/180, elle affiche désormais un objectif particulièrement ambitieux à horizon 2021 : atteindre les 200 millions d'euros de chiffre d'affaires.
En 1838, Jean-Baptiste Laurent Semin, instituteur, lance une activité de fabrication de plâtre à Kédange-sur-Canner, en Moselle. 180 ans plus tard, sa société familiale, davantage tournée vers les enduits et ossatures métalliques, prospère toujours. En témoignent les indicateurs affichés par le Groupe : 5 usines en France, 600 salariés dans le monde, 152 millions de chiffre d’affaires en 2017, dont 30% réalisé à l’export, etc.

C’est dans cette dynamique que Philippe Semin, arrière-arrière petit-fils du fondateur et actuel président de l’entreprise, a fêté ce 13 septembre l’incroyable longévité de sa société avec la presse. L’occasion de faire le point sur ses propres initiatives, qui ont largement contribué au bon développement du Groupe.

« Lorsque j’ai débuté, nous étions 10 et nous ne travaillions que dans quelques départements dans l’Est de la France. A deux nous partions avec des sacs d’enduits dans le coffre de la voiture pour faire du porte à porte ou bien des salons. Grâce à ce travail de terrain, l’entreprise a connu une croissance régulière de plus de 10% par an qui se perpétue encore aujourd’hui », se remémore Philippe Semin.

Ainsi, depuis son arrivée à la tête de l’entreprise en 1982, le PDG a notamment permis la création d’une usine et d’un centre de formation à Amblainville (60), d’un centre de production à Espira de l’Agly (66), ou encore le rachat d’une unité de fabrication d’ossatures pour plafonds longues portées à Tours. Le rayonnement du Groupe à l’international est également assuré par les différentes filiales de Semin, en Pologne, Russie, Tchéquie, Algérie, Allemagne et Espagne.

2018, année de la nouveauté

Bien que conscient du riche passé de sa société, Philippe Semin a aujourd’hui les yeux tournés vers l’avenir. L’arrivée de ses deux filles, Léa et Caroline, au sein même de l’entreprise familiale est d’ailleurs le symbole de cette volonté d’innovation et de développement continu. La seconde est d’ailleurs à l’origine de l’une des grandes nouveautés de l’année : la Gamme Painterz.

« Ce sont des enduits en pâte, avec un enduit de rebouchage, un enduit de dégrossissage et un enduit de finition. Pour la petite anecdote, l’histoire a commencé il y a un an. Nous étions en séminaire avec les commerciaux professionnels à Malte, en janvier. Lors d’une activité où nous étions répartis par groupes de travail, nous devions proposer un plan d’actions pour le lancement de cette gamme », raconte Caroline Semin. « Nous avons voulu rester dans le thème des animaux, qui fait référence aux précédents produits : après l’éléphant et le guépard, nous avons sorti le rhinocéros pour l’enduit de rebouchage, le gorille pour le garnissant, et le flamant, bleu Semin, pour l’enduit fin. C’est aussi un clin d’œil à Batimat 2017 avec le thème de la jungle. »

La Gamme Painterz, à gauche, et le CE 78/180, à droite. ©Semin

La Gamme Painterz pourrait cependant se faire voler la vedette par une autre nouveauté, l’enduit pour joints de plaques de plâtre CE 78/180. Dans la continuité des autres produits Semin, celui-ci consiste en une colle-enduit dont le temps de prise peut aller jusqu’à 3 heures. « Avec un sac de 20 kilogrammes, on a un rendement équivalent à un sac de 25 », ajoute Caroline Semin. « Le marketing s’est amusé avec un petit clin d’œil aux 180 ans [de l’entreprise, ndlr] et un packaging vintage. »

« L’innovation est la partie émergée de l’iceberg. Semin innove aussi du côté industriel où nos équipes sont constamment dans l’amélioration de nos processus de fabrication. Tout cela passe par une volonté d’avoir des collaborateurs épanouis, formés et apporteurs de solutions », ajoute-t-elle.

Semin, un groupe dynamique, innovant… et ambitieux !

Autant d’éléments qui se font indéniablement ressentir sur le développement de la société, qui peut se vanter d’un chiffre d’affaires en hausse constante depuis 2000. En 17 ans, le CA a ainsi augmenté de 606%, soit une croissance annuelle moyenne de 12%. « Nous avons toujours été en progression (…) même quand le bâtiment ne va pas bien », souligne Philippe Semin.

Loin de s’arrêter en si bon chemin, ce dernier a d’ailleurs annoncé un objectif ambitieux à horizon 2021 : atteindre, voire dépasser, les 200 millions d’euros de chiffre d’affaires, avec un fort développement sur les activités liées à l’export. Celles-ci pourraient ainsi représenter 40% du CA d’ici 5 ans, contre 30% aujourd’hui, avec une forte demande en Allemagne, Espagne et Portugal.


Au coeur de l'usine située à Amblainville. ©FC

Pour ce faire, Semin pourra non seulement s’appuyer sur le lancement de nouveaux produits, à raison de 5 à 10 par an, mais également sur la proximité entretenue avec ses clients. Outre les salons et les animations proposées en magasin, l’entreprise organise depuis 2016 un Tour de France visant à faire découvrir ses innovations à un plus grand nombre. Après le « Plakist’Tour » et « I Clic Solutions », l’événement « Nos amis les enduits » sera ainsi lancé dans quelques jours, faisant la part belle à la Gamme Painterz, qui sera présentée aux artisans dans les régions et aux étudiants en CFA. Indéniablement, un levier supplémentaire de réussite pour Semin.

Fabien Carré
Photo de Une : ©FC
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Bouygues Construction et Colas s’offrent le suisse Alpiq Engineering Services

Bouygues Construction et Colas s’offrent le suisse Alpiq Engineering Services

Quel dynamisme pour Colas ! Après le rachat, au début du mois, du canadien Miller McAsphalt, l’entreprise a annoncé ce 26 mars avoir réalisé l’acquisition de Alpiq Engineering Services aux côtés de Bouygues Construction. Grâce à cette opération, la société entend bien s’imposer comme un acteur incontournable du secteur de l’énergie et des services en Europe.
Le CSTB’Lab, un espace dédié au développement des start-up de la construction

Le CSTB’Lab, un espace dédié au développement des start-up de la construction

Surfant sur la tendance des espaces de coworking et autres incubateurs d’entreprises, le CSTB (Centre scientifique et technique du bâtiment) a inauguré mercredi 11 son propre accélérateur visant à accompagner le développement des start-up de la construction. De quoi permettre à l’organisme de renforcer « son rôle d’acteur public au service de l’innovation dans le bâtiment ».
MB Barter & Trading AG passe entre les mains de Rehau

MB Barter & Trading AG passe entre les mains de Rehau

Le spécialiste des solutions polymères dédiées au secteur du bâtiment Rehau a annoncé le 26 décembre dernier l'acquisition de MB Barter & Trading AG, entreprise de négoce de matières premières. Grâce à cette acquisition, le groupe suisse espère voir se développer un nouveau business model, qui reposera notamment sur des innovations et services inédits. Les détails.
Bilan positif pour France Air, qui investit dans la digitalisation et l’innovation

Bilan positif pour France Air, qui investit dans la digitalisation et l’innovation

France Air peut se féliciter d’une croissance de 7% de son chiffre d’affaires, qui atteint 148 millions d’euros pour l’année 2018. Face à ces résultats positifs, la société a décidé d’investir dans la digitalisation, avec la numérisation de son catalogue et la transition vers un site plus responsive, mais aussi dans l’innovation, avec de nouveaux produits plus performants.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter