Inscrivez-vous à la Quotidienne du Bâtiment

Accueil > Actualités du BTP > Collectivités territoriales > De nombreuses mesures d'économies à l'étude pour réduire le coût du Grand Paris Express

De nombreuses mesures d'économies à l'étude pour réduire le coût du Grand Paris Express

De nombreuses mesures d'économies à l'étude pour réduire le coût du Grand Paris Express
La Société du Grand Paris ne va pas s'ennuyer dans les semaines à venir ! Le nouveau président du conseil de surveillance de l'organisme, Thierry Dallard, a fait savoir que 1 200 pistes d'économies doivent être étudiées dans le cadre de la réduction du coût du chantier du Grand Paris Express, comme l'avait demandé le gouvernement. Estimé à 35 milliards d'euros, le projet pourrait également voir son financement remis en question. Les détails.

Collectivités territoriales |

Recommander cet article
Imprimer cet article

Alors que certains chantiers du Grand Paris Express, futur super-métro de la capitale, sont déjà en cours, d'autres se font toujours attendre. Il faut dire que le projet avait un temps été gelé par la ministre des Transports Elisabeth Borne pour des raisons économiques.

Le gouvernement a d'ailleurs demandé à la Société du Grand Paris (SGP) de réduire le coût du chantier de 10%, le budget lié au Grand Paris Express ayant tout bonnement explosé ces dernières années pour atteindre les 35 milliards d'euros.

Un « travail d'optimisation » avant tout

Ce mardi 12 juin, Thierry Dallard, président du conseil de surveillance de la SGP, a confirmé que des démarches avaient déjà commencé dans ce sens. « Le vrai travail d'optimisation, c'est un travail en continu », a-t-il estimé, précisant que le projet ne serait pas modifié. De fait, d'autres solutions sont à envisager.

« Aujourd'hui, nous avons engagé au niveau de la Société du Grand Paris 1 200 pistes de recherches d'économies », a fait savoir le président du conseil de surveillance. « Ces économies, elles iront abonder les à peu près 20% d'aléas qui seront dans l'opération et qui seront nécessaires pour faire face aux risques, parce que la seule chose dont je suis sûr, c'est que des risques, on va en avoir ».

250 millions d'euros à trouver chaque année

En parallèle de l'examen de ces nouvelles pistes, le Premier ministre Edouard Philippe a également chargé le député Gilles Carrez de trouver 250 millions d'euros par an de ressources supplémentaires.

« Le Premier ministre m'a demandé que je lui fasse des propositions, sans créer de taxes nouvelles, sans augmenter les impôts et à isofiscalité générale », a indiqué l'élu, qui devra rendre des comptes au gouvernement d'ici début juillet. Une échéance courte mais que Gilles Carrez compte bien tenir en se tournant vers les niches fiscales.

« Il se trouve que pour les recettes qui sont affectées à la SGP, il y a les mêmes caractéristiques, des tas de niches que tout le monde ignore, qui se sont accumulées au fil du temps. Donc, même si ce n'est pas tout à fait à isofiscalité, fermer les niches, c'est plus acceptable que de créer de nouvelles taxes », estime-t-il.

Quoiqu'il en soit, « il est hors de question de demander à la province de financer » le Grand Paris Express, a assuré le député.

F.C (avec AFP)

Photo de Une : ©Fotolia

Recommander cet article
Imprimer cet article

Vos réactions | 0 réactions

Commenter cet article

Les champs à remplir sont obligatoires pour la publication de votre commentaire.

 

 

Le dépôt de votre commentaire ne nécessite pas d'authentification et sera soumis à la validation de notre modérateur.

Dossiers partenaires :

Visuel Dossiers partenaires

Nouvelle porte pare-flamme E30 WICONA


WICONA

La protection incendie est l’un des secteurs les plus sensibles du bâtiment. La verticalisation des villes participe...
Visuel Dossiers partenaires

VENTÉLIA, la nouvelle sortie de toit ventilation haute...


CHEMINEES POUJOULAT

Innovation Cheminées Poujoulat, la sortie de toit ventilation VENTÉLIA est une solution alternative à...

Suivez-nous :

Linkedin
Twitter
Facebook

Les produits de la semaine :