Inscrivez-vous à la Quotidienne du Bâtiment

Accueil > Actualités du BTP > Eco-construction > Congrès Smart Energies : fort développement des renouvelables en 2017, malgré certaines inégalités

Congrès Smart Energies : fort développement des renouvelables en 2017, malgré certaines inégalités

Congrès Smart Energies : fort développement des renouvelables en 2017, malgré certaines inégalités
En marge du congrès Smart Energies 2018, l’organisation REN21 a publié ce 4 juin la nouvelle édition de son rapport relatif au développement des énergies renouvelables dans le monde, le « Global Statuts Report ». Si le document fait état d’une forte augmentation des nouvelles installations l’année dernière, celles-ci ne semblent avoir été mises qu’au profit de la production d’électricité, au détriment des secteurs de la chaleur et du froid ainsi que des transports. Tour d’horizon des principaux enseignements de ce rapport.

Eco-construction |

Recommander cet article
Imprimer cet article

Avant même que le réseau REN21 ne publie, ce 4 juin, le « Renewables 2018 Global Statuts Report » (ou « Rapport mondial sur les renouvelables 2018 », en Français), Rana Adib, secrétaire générale de l’organisation, s’était laissée aller à quelques confidences sur certains chiffres à retenir.

Entre autres, l’experte avait révélé que les investissements dans les énergies propres avaient augmenté de 2,2% en 2017, après une forte baisse l’année précédente. Ils ont ainsi atteint 279,8 milliards de dollars à l’échelle mondiale. « Un bon signe », pour Rana Adib, « car le coût des énergies a continué à baisser ».

Pour autant, la croissance dans les renouvelables est particulièrement inégale. Selon REN21, la progression du secteur a surtout profité à la production d’électricité. En effet, le rapport indique que 70% des nouvelles capacités mises en place l’année dernière étaient à base d’énergies renouvelables, soit 178 gigawatts installés dans le monde. Il s’agit, d’après le document, de « la plus forte augmentation (…) de l’histoire moderne ».

« Retard considérable » pour la chaleur et les transports

En revanche, la tendance est nettement moins dynamique du côté d’autres marchés. Entre autres, « la chaleur et le secteur des transports restent un challenge considérable », selon Rana Adib. Le rapport fait ainsi état de « peu de changement » sur le segment de la chaleur et du froid, les renouvelables étant toujours à l’origine de près de 10% de la production (contre 25% pour l’électricité, entre autres).

Les transports sont également très en retard, avec une dépendance aux énergies fossiles à hauteur de 96%, dont 92% pour le pétrole. Sans surprise, les biocarburants n’ont permis de couvrir que 2,8% des besoins mondiaux, devant l’électricité verte (1% seulement).

« Ces chiffres mettent en évidence la focalisation sur l’électricité », note Rana Adib. « Les mentalités doivent changer, et il faut que les entreprises mettent en place une approche de services énergétiques. Une société comme Engie en France, ou ENEL en Italie, l’ont bien compris, intégrant pleinement cette logique dans leur stratégie d’entreprise ».

De l’importance d’agir rapidement

Le rapport du réseau d’experts rappelle pourtant que la transition énergétique est primordiale pour limiter le réchauffement climatique à 2°C. Il convient néanmoins, pour ce faire, de redoubler d’efforts à l’échelle mondiale… ce qui semble loin d’être le cas : seulement 48 pays auraient adopté des objectifs nationaux de verdissement des secteurs de la chaleur et des transports, et 146 pour l’électricité.

Selon REN21, le déploiement des EnR n’est toujours « pas assez rapide pour couvrir l’augmentation de la demande d’énergie ». Rana Adib se veut somme toute optimiste. En effet, si la Chine reste le pays le plus dynamique au regard des nouvelles installations, devant les Etats-Unis, le Japon, l’Inde et l’Allemagne, « de nombreux pays en développement apparaissent ».

Autant de données qu’il est possible de retrouver au congrès Smart Energies Paris 2018, qui se déroule ces 5 et 6 juin à La Défense.
                       
La France loin d’être exemplaire

L’engouement Français pour les énergies renouvelables, qui s’était fait largement ressentir après la COP21, semble désormais bien loin ! Rana Adib révèle en effet que l’hexagone « ne fait partie du top 3 dans aucune des activités ». « Mais la France avance bien dans les domaines des réseaux de chaleur », nuance la secrétaire générale de REN21. Le pays atteint péniblement la 8ème place du classement en termes de puissance installée photovoltaïque en 2017, et la 7ème place pour l’éolien. Rana Adib souligne néanmoins la forte implication des territoires, qui n’hésitent plus à solliciter les citoyens pour faire émerger de nouvelles réflexions. 
 

F.C (avec AFP)
Photo de Une : ©Fotolia

Recommander cet article
Imprimer cet article

Vos réactions | 0 réactions

Commenter cet article

Les champs à remplir sont obligatoires pour la publication de votre commentaire.

 

 

Le dépôt de votre commentaire ne nécessite pas d'authentification et sera soumis à la validation de notre modérateur.

Dossiers partenaires :

Visuel Dossiers partenaires

Nouvelle porte pare-flamme E30 WICONA


WICONA

La protection incendie est l’un des secteurs les plus sensibles du bâtiment. La verticalisation des villes participe...
Visuel Dossiers partenaires

VENTÉLIA, la nouvelle sortie de toit ventilation haute...


CHEMINEES POUJOULAT

Innovation Cheminées Poujoulat, la sortie de toit ventilation VENTÉLIA est une solution alternative à...

Suivez-nous :

Linkedin
Twitter
Facebook

Les produits de la semaine :