Inscrivez-vous à la Quotidienne du Bâtiment

Accueil > Actualités du BTP > Législation et règlements > Encadrement des loyers : un organisme demande l'application de la loi

Encadrement des loyers : un organisme demande l'application de la loi

Encadrement des loyers : un organisme demande l'application de la loi
Le Haut comité pour le logement des personnes défavorisées (HCLPD) a demandé mercredi l'application de l'encadrement des loyers dans les 28 agglomérations prévues dans une loi mise en place sous la présidence Hollande, après une évaluation positive du dispositif à Paris.

Législation et règlements |

Recommander cet article
Imprimer cet article

Mise en place sous le quinquennat précédent, la loi pour l'Accès au logement et à un urbanisme rénové (Alur), appliquée à Paris depuis le 1er août 2015 et Lille depuis le 1er janvier 2017, est destinée à protéger les locataires des abus de certains bailleurs.

Cette loi prévoit qu'à la signature d'un nouveau bail ou lors d'un renouvellement, le loyer d'un logement ne puisse dépasser de 20% un loyer de référence fixé par arrêté préfectoral (ni lui être inférieur de 30%).

La demande de l'organisme intervient trois semaines après l'annulation des mesures d'encadrement des loyers à Lille par le tribunal administratif. Le ministère du Logement avait immédiatement annoncé, le 18 octobre, qu'il ferait appel de cette décision, précisant qu'une évaluation du dispositif par le gouvernement était en cours.

"Tout ce qu'on demande, c'est que la loi soit appliquée", a souligné auprès de l'AFP le secrétaire général du HCLPD René Dutrey, rappelant que la loi du 24 mars 2014 prévoit un encadrement des loyers dans 28 agglomérations où la demande de logement est très supérieure à l'offre.

Selon une évaluation publiée mercredi par le Haut comité, la mise en place du dispositif dans la capitale a permis de réduire la hausse des loyers et d'aboutir à une stabilisation du niveau de prix pratiqué, notamment pour les petites surfaces.

En 2016, la hausse des loyers privés a ainsi été de seulement 0,4% à Paris, ramenée pour la première fois de la décennie en-dessous de l'indice des prix à la consommation (0,6%).

Au moment du lancement du dispositif, les propriétaires craignaient un effondrement du marché de l'immobilier et une baisse de la rentabilité des biens, certains affirmant qu'il serait dans certains cas plus rentable de laisser des logements vacants.

Or, "cette supposée baisse de rentabilité des propriétaires demeure improuvée", a souligné le HCLPD, invoquant également l'effet "AirBnb" sur la baisse des mandats de gestion évoquée par des agences immobilières.

(AFP)
Photo de une : ©Fotolia

Recommander cet article
Imprimer cet article

Vos réactions | 0 réactions

Commenter cet article

Les champs à remplir sont obligatoires pour la publication de votre commentaire.

 

 

Le dépôt de votre commentaire ne nécessite pas d'authentification et sera soumis à la validation de notre modérateur.

Dossiers partenaires :

Visuel Dossiers partenaires

Information prévention : Chute de hauteur – prévenir...


OPPBTP

L’OPPBTP vous accompagne dans votre métier en mettant à votre disposition un mémento prévention...
Visuel Dossiers partenaires

GeniaSet Split : La pompe à chaleur ultra silencieuse...


SAUNIER DUVAL

La nature nous offre de nombreuses sources de production économique et durable de chaleur. Les pompes à chaleur...

Suivez-nous :

Linkedin
Twitter
Facebook

Les produits de la semaine :