Inscrivez-vous à la Quotidienne du Bâtiment

Accueil > Actualités du BTP > Vie des sociétés > Rénovation énergétique : l'UFC-Que choisir fustige les « manœuvres nocives de certains professionnels »

Rénovation énergétique : l'UFC-Que choisir fustige les « manœuvres nocives de certains professionnels »

Rénovation énergétique : l'UFC-Que choisir fustige les « manœuvres nocives de certains professionnels »
Encore une étude de l'UFC-Que choisir qui risque de faire grand bruit ! L'association de défense des consommateurs s'est en effet intéressée aux litiges liés aux démarchages pour les travaux de rénovation avant de publier un rapport sur le sujet ce mercredi 7. Une fois encore, les professionnels concernés en prennent pour leur grade, l'organisme allant jusqu'à qualifier de « méfaits » certaines pratiques commerciales. Les détails.

Vie des sociétés |

Recommander cet article
Imprimer cet article

Ce n'est pas la première fois que les professionnels de la rénovation énergétique sont dans le collimateur de l'UFC-Que choisir. En décembre 2016 déjà, l'organisme n'avait pas hésité à dénoncer « les piètres performances des artisans », s'attirant les foudres de Patrick Liébus, président de la Capeb.

Pourtant, l'association persiste et signe ! Une nouvelle étude portant sur les démarchages pour les travaux de rénovation a été publiée ce 7 février afin de lever « le voile sur [l]es méfaits » de certains professionnels.

Des méthodes douteuses et un manque d'information

Ayant analysé 392 litiges postérieurs à 2015, l'UFC déplore que les « manœuvres nocives de certains professionnels, qui ciblent notamment les consommateurs les plus vulnérables, perdurent ».

309 litiges relatifs à des démarchages à domicile sont recensés par l'organisation, dont 29% concernent des pratiques commerciales trompeuses, 22% des obstacles au droit de rétractation légal, et 26% une livraison incomplète des travaux. La difficulté de faire reconnaître l'insuffisance des performances, quant à elle, est citée dans 16% des cas.

Les consommateurs seraient également mal renseignés quant aux aides dont ils peuvent bénéficier dans le cadre de la réalisation de travaux de rénovation énergétique. D'après l'UFC, les chantiers observés ont été « quasi exclusivement financés » par un prêt à la consommation standard dont le taux varie entre 3,9 et 5,8% dans le cadre d'un démarchage.

A l'inverse, l'Eco-PTZ, « solution financièrement avantageuse pour les consommateurs » qui aurait pu permettre de financer au moins un tiers des opérations, n'est que peu diffusée par les établissements bancaires, à raison de 22 000 en 2016, contre 79 000 en 2010.

Pire encore, l'UFC constate que certains consommateurs ont accepté d'installer des équipements photovoltaïques pour une moyenne de 30 000 euros lors d'un démarchage, soit près de deux fois plus qu'un devis classique. Un investissement très important, donc, qui n'a même pas pu être rentabilisé du fait de l'ensoleillement insuffisant dans la zone d'implantation des installations.

Une réglementation plus stricte à mettre en place

Dans ce contexte, l'UFC demande la création d'« un cadre juridique qui responsabilise aussi bien les professionnels que les établissements bancaires, pour rétablir la confiance des consommateurs dans les travaux de rénovation énergétique ».

L'association rappelle en outre que la loi Hamon, en 2014, avait « failli mettre un terme à l'essor des aigrefins du secteur », mais les progrès instaurés n'ont malheureusement pas suffi à éradiquer les abus. Cette initiative était pourtant « censée renforcer les protections des consommateurs sollicités par les démarcheurs ».

Enfin, l'UFC réclame la validation des prestations en amont et en aval des travaux par un expert indépendant, dont le feu vert sera nécessaire pour accéder aux financements des banques.

F.C (avec AFP)
Photo de Une : ©Fotolia

Recommander cet article
Imprimer cet article

Vos réactions | 4 réactions

1 - jp le 08 février 2018

RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE

Bonjour, comme d'habitude, on dénonce on critique, mais au final ... Rien, il y a toujours au-temps d'entreprise qui arnaque, mais rien on laisse faire, contrôle une goutte d'eau.... par contre on vient faire chier les petites entreprises sérieuses pour des attestations ou autres oubliées sans réel importance mais avec un travail réaliser sans encombre... La France défend les voleurs et détruit les vrais pros ....

 

 

2 - BLACKSCHEEP le 08 février 2018

STOP L ARNAQUE

si vous voulez arrrêter l'escroquerie arrêtez les aides. En plus les aides sont payées avec l'argent des pauvres pour que les riches se payent des voitures électriques ou des pompes a chaleurs qui contribuent au réchauffement planétaire. Si tant est que l'on puisse parler de réchauffement planétaire sachant que la consommation totale et mondiale de l’énergie équivaut a 45 minutes d'insolation terrestre soit moins e 1/8.000 eme. Les memes qui hier vous expliquaent que la terre est plate vous explique que la fin du monde est pour demain et si vous n'etes pas d'accord peu importe vos argument ils sont pret a vous bruler médiatiquement !

 

 

3 - Gilles le 08 février 2018

RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE

Il faut non seulement que la demande de l’UFC de contrôler en amont et en aval soit prise en compte mais que le prestations de ces BET agréés soient payées tout ou partie par des subventions et que leur montant soient liées à la réalisation des prévisions d’économie d’énergie fournies dans le dossier initial.

 

 

4 - Sfee le 15 février 2018

RENOVATION ENERGETIQUE

La suggestion de Gille me paraît bien pertinente

Commenter cet article

Dossiers partenaires :

Visuel Dossiers partenaires

Garde-corps FERIA à barreaudage, la modularité


HORIZAL

Le garde-corps FERIA se plie à toutes le exigences de l’acier. Il a l’esthétisme de l’acier,...
Visuel Dossiers partenaires

Simplicité, Design et Connectivité avec Alfea...


ATLANTIC POMPES A CHALEUR ET CHAUDIERES

Atlantic, fabricant français spécialiste du confort thermique, fait évoluer sa pompe à chaleur...

Suivez-nous :

Linkedin
Twitter
Facebook

Les produits de la semaine :