Insertion : 22 réfugiés formés aux Travaux Publics

Vie des sociétés | 07.02.18
Partager sur :
Insertion : 22 réfugiés formés aux Travaux Publics  - Batiweb
Bruno Cavagné, président de la FNTP, et Muriel Pénicaud, ministre du Travail ont signé, mardi 6 février, la convention cadre relative à l’insertion sociale et professionnelle des réfugiés dans le secteur des Travaux Publics en Ile-de-France. A cette occasion, les signataires se sont rendus sur le chantier du prolongement de la ligne 14 à Saint-Ouen et ont échangé avec les stagiaires qui ont bénéficié, depuis le 16 août dernier, du programme « Hébergement orientation parcours vers l’emploi ».
Pour faciliter l’insertion sociale et professionnelle des réfugiés, la préfecture d’Ile-de-France, en partenariat avec l’AFPA, l’OFII et Pôle emploi, a mis en œuvre le programme expérimental HOPE (Hébergement Orientation Parcours vers l’emploi).

Le programme permet aux réfugiés de suivre des cours de français puis d’entrer dans un parcours composé d’une phase de préparation opérationnelle à l’emploi collective suivie d’un « contrat de professionnalisation » en alternance dans les entreprises partenaires pour une durée de 450 heures.

La Fédération Nationale des Travaux Publics (FNTP) a exprimé, dès le lancement du programme, sa volonté de former et d’accueillir des réfugiés sur des chantiers de travaux publics franciliens.

Ainsi, depuis le 16 août dernier, et grâce à la participation volontaire d’entreprises du secteur, 22 réfugiés bénéficient du programme afin d’obtenir le titre professionnel de Coffreur-bancheur génie civiliste.

Immersion totale

Après avoir acquis les savoirs de base et le vocabulaire technique propre à l’univers des TP et s’être formés aux dispositifs de sécurité, deux stagiaires ont été affectés sur le chantier de prolongement de la ligne 14 à Saint-Ouen (93). L’un est originaire d’Erythrée et le second du Soudan. Ils sont suivis par un tuteur chef de chantier, chargé de les épauler sur le terrain et les former.

Spie batignolles, mandataire sur le chantier, se dit « particulièrement fier de participer à cet acte de solidarité, initié par la FNTP et le gouvernement français. Il implique une mobilisation de toutes nos équipes, pour accueillir et participer à la formation des stagiaires réfugiés ».

Cet engagement « constitue une parfaite illustration des valeurs de solidarité, d’accompagnement, de formation et d’intégration de personnes en difficulté pour l’accès à l’emploi portées par l’ensemble du groupe ».

Mardi 6 février, Muriel Pénicaud, ministre du travail, s’est rendue sur le chantier de la ligne 14 et a échangé avec les chefs d’entreprise et les stagiaires. A l’issue de cette visite, le gouvernement et l’ensemble des intervenants, se sont rendus au siège de la FNTP pour la signature officielle de la Convention cadre relative à l’insertion sociale et professionnelle des réfugiés dans le secteur des travaux publics entre l’Etat et la FNTP.

« Je crois profondément que la qualification est la clé d’une intégration réussie. L’initiative HOPE est une réponse inédite pour l’intégration globale des réfugiés, qu’elle soit sociale – en les accompagnants vers l’accès au logement, à la santé, à la mobilité…– ou professionnelle – en leur permettant de suivre des formations de langue française et une formation qualifiante pour apprendre un métier. C’est un principe de justice sociale et d’intégration » a souligné Muriel Pénicaud.

Le programme HOPE concerne aujourd’hui plus de 660 stagiaires. Plus de 1 000 places sont prévues au niveau national.

R.C
Photo de une : ©Spie Batignolles
Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Le BTP s’indigne d’une nouvelle ordonnance jugée pénalisante - Batiweb

Le BTP s’indigne d’une nouvelle ordonnance jugée pénalisante

Les mesures dérogatoires concernant les délais d’exécution des contrats - instituées par l’état d’urgence sanitaires - prendront fin le 23 juin inclus pour les marchés privés et le 23 juillet inclus pour les marchés publics, se sont émues la FNTP et la FFB, après l’adoption d’une nouvelle ordonnance ce mercredi 13 mai. Alors que la reprise se fait au ralenti, avec une baisse de productivité liée au manque de personnel et à la bonne application des mesures sanitaires, le BTP s’indigne du retour des pénalités de retards, qui viendront s’ajouter aux surcoûts liés aux protections. La FFB et la FNTP regrettent ne pas avoir été consultées avant cette prise de décision.
Le secteur des travaux publics est « réellement » optimiste pour l’avenir - Batiweb

Le secteur des travaux publics est « réellement » optimiste pour l’avenir

Pour la première fois depuis 10 ans, les entrepreneurs des travaux publics voient l’avenir avec un « réel optimisme ». Pour 2017, la Fédération nationale des travaux publics estime la croissance d’activité à 2,5%, une tendance qui devrait se confirmer l’an prochain avec une hausse possible de 4% du chiffre d’affaires, grâce notamment aux chantiers du Grand Paris Express. De quoi aborder l’année 2018 avec sérénité.
Economie circulaire : mise en ligne d’un centre de ressources et d’information - Batiweb

Economie circulaire : mise en ligne d’un centre de ressources et d’information

La Fédération Nationale des Travaux Publics (FNTP) et l’Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction (Unicem) ont annoncé la mise en ligne d’un centre de ressources et d’information sur l’économie circulaire. Baptisé MaTerrio.construction, le site propose notamment des références techniques et réglementaires et un outil de géolocalisation des installations de traitement sur l’ensemble du territoire français.
La fédération DLR et la Fondation Apprentis d’Auteuil s’associent pour aider à l’insertion de jeunes en difficultés - Batiweb

La fédération DLR et la Fondation Apprentis d’Auteuil s’associent pour aider à l’insertion de jeunes en difficultés

La fédération DLR des matériels de construction et de manutention et six entreprises adhérentes se sont associées avec la Fondation Apprentis d’Auteuil pour lancer « Skola Méca », un dispositif de formation et d’insertion pour des jeunes en difficultés. L’objectif : former une dizaine de jeunes demandeurs d’emploi au métier de mécanicien réparateur de matériel de chantier et de manutention pour les aider dans leur insertion professionnelle et sociale.