Bretagne : quand la chaleur des porcs permet d’économiser de l’énergie Insolite | 03.10.16

Partager sur :
Récupérer la chaleur produite dans les élevages porcins et l’utiliser pour chauffer et ventiler l’exploitation : telle est l’idée innovante qu’a mis au point Tech’Map, entreprise bretonne spécialisée dans les énergies renouvelables. Une technique originale qui permet à la fois de réduire les émissions de gaz à effet de serre, réaliser des économies d’énergie, et contribuer au bien-être des animaux. Explications.
La Bretagne : ses paysages, son patrimoine, ses spécialités culinaires, ses élevages porcins… et ses innovations ! Tech’Map, société locale spécialisée dans la mise au point de solutions thermodynamiques, vient tout juste de voir son nouveau système Calopor récompensé au salon international des productions animales de Rennes.

Diffuseurs d'air PVC Calopor. ©Tech'Map - Calopor

La bonne idée derrière cette petite révolution : récupérer la chaleur produite dans les élevages de porcs grâce à des tubes de cuivre (matière réputée pour sa forte conductivité thermique) et la réutiliser en chauffage et en ventilation au sein de l’exploitation.

Des avantages à tous les niveaux

Cette innovation répond directement aux besoins des éleveurs, pour qui la température est un élément essentiel au bien-être des animaux. « En réutilisant la grande quantité de chaleur produite naturellement par les porcs, il est possible d’assurer la bonne régulation thermique des espaces, indispensable dans les élevages, sans dépenses d’énergie supplémentaires », indique David Marhadour, responsable développement de Tech’Map.

Fonctionnement Calopor. ©Tech'Map - Calopor

En outre, Calopor récupère la chaleur dans l’air sortant des pré-fosses afin de préchauffer l’air de ventilation. Ce dernier est ensuite conduit dans les salles via des bouches PVC. Cette technique permet non seulement de limiter les coûts liés aux énergies fossiles, mais également de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Deux éleveurs - l’un dans du Finistère, l’autre du Nord - ont d’ores et déjà choisi d’installer cette technique dans leurs exploitations. Les premiers résultats étant particulièrement prometteurs, Tech’Map espère bien continuer « à miser sur le cuivre pour répondre aux attentes des installateurs et grands donneurs d’ordres », comme l’annonce David Marhadour.

F.C
Photo de Une : ©Tech’Map – Calopor
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Engie inaugure la première centrale de géothermie marine à Marseille

Engie inaugure la première centrale de géothermie marine à Marseille

C’est une belle innovation qu’a récemment présenté Engie ! En effet, l’industriel français a inauguré la première centrale de géothermie marine, qui devrait permettre de chauffer et climatiser une partie du quartier Euroméditerranée, à Marseille, grâce à l’eau de mer. 500 000 mètres carrés de bâtiments pourront ainsi être alimentés par le biais de ce dispositif. Une première en France !
Des drones qui prennent soin des éoliennes

Des drones qui prennent soin des éoliennes

Depuis 2017, la start-up française SupAirVision développe des drones qui inspectent les éoliennes pour en assurer la maintenance. Grâce à une technologie développée avec Engie Green France et l’Université de Reims, les drones prennent des photos HD et détectent les défauts internes avec des capteurs qui fonctionnent par thermographie dynamique pulsée. SupAirVision dévoile aujourd’hui sa dernière innovation : des drones capables de repeindre les éoliennes jusqu’à 150 mètres de hauteur, de façon rapide, sécurisée et rentable. Une solution qui pourrait avoir des applications dans l’industrie ou le bâtiment.
Un béton « plus vert » grâce au graphène

Un béton « plus vert » grâce au graphène

Des experts de l’Université d’Exeter au Royaume-Uni ont développé un béton « plus vert » en utilisant du graphène. Baptisé GraphCrete, le nouveau matériau composite est deux fois plus fort et quatre fois plus résistant à l’eau que les bétons existants. Autre avantage : sa production aurait moins d’impact sur l’environnement. L’innovation pourrait ainsi venir révolutionner le secteur de la construction et contribuer au développement de villes plus durables. Précisions.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter