Emprunter pour financer ses travaux de rénovation énergétique, une bonne idée ?

Vie pratique | 07.11.16
Partager sur :
Emprunter pour financer ses travaux de rénovation énergétique, une bonne idée ? - Batiweb
En 2014, seulement 288 000 logements français ont fait l’objet d’une rénovation énergétique selon l’Ademe. Un chiffre bien loin des objectifs fixés à 500 000 unités par an. Il faut dire que les coûts particulièrement élevés d’un tel chantier (25 400 euros en moyenne) ont largement de quoi freiner les ménages. De plus en plus de solutions de financement sont pourtant proposées aux particuliers afin de les inciter à entreprendre des travaux d'éco-rénovation. Explications.
Si de plus en plus de français adoptent des gestes éco-responsables, une grande majorité a encore du mal à passer le cap de la rénovation énergétique. Un problème lié aux coûts trop élevés d’une telle démarche. En effet, selon l’Ademe, un budget moyen de 25 400 euros serait nécessaire à la réalisation d’une rénovation énergétique performante, contre 8 300 pour une rénovation "classique".

Face à cette situation, de plus en plus de solutions de financement alternatives émergent. Parmi elles, le recours au crédit est en plein développement. Il faut dire que cette forme de paiement ne manque pas d’avantages, aussi bien pour les professionnels que pour les particuliers.

Des intérêts pour les ménages…

Du côté des particuliers, il s’agit avant tout d’une solution facile d’accès et efficace, permettant de couvrir tout ou partie des coûts liés aux travaux. Selon l’Ademe, les Français dépensent en moyenne 10 000 euros pour réaliser une rénovation énergétique. Domofinance, entreprise spécialisée dans les crédits liés au logement, indique quant à elle que « le panier moyen emprunté s’élève à 4 800 euros, soit une mensualité légèrement supérieure à 100 euros pendant 48 mois. »

Au-delà des avantages liés à la mensualité, les taux d’intérêt spécifiquement attribués dans le cadre d’une rénovation énergétique sont particulièrement attractifs. De nombreuses banques, dont le Crédit Agricole, le Crédit Mutuel ou la Banque Postale, proposent notamment l’éco-PTZ.

Mis en place par le gouvernement, il offre la possibilité de profiter d’un prêt à taux zéro à hauteur de 30 000 euros réservés aux travaux d’éco-rénovation. Le gros point fort de ce dispositif ? Il suffit d’être propriétaire du logement, sans condition de ressources. L’eco-PTZ est d’ailleurs cumulable avec le crédit d’impôt pour la transition énergétique (qui, lui, correspond à 30% du montant des dépenses éligibles).

…et pour les entreprises

Les ménages ne sont cependant pas les seuls à pouvoir tirer profit du recours à un crédit ! Les professionnels du bâtiment intervenant sur un projet de rénovation énergétique ont, eux aussi, tout intérêt à se rapprocher d’un acteur du secteur financier afin de sécuriser la trésorerie de l’entreprise. « En effet, le paiement est réceptionné immédiatement après la validation du dossier de financement, ce qui permet de s’assurer une visibilité sur les mois à venir », explique Domofinance.

Il s’agit également de gagner du temps en externalisant une partie du travail à fournir. En effet, une fois la vente (aussi bien de produit que de service) effectuée, le commercial n’a qu’à retourner la partie administrative auprès de l’organisme financier avec lequel sa société travaille. C’est alors à cette dernière de tester la solidité du dossier et sa viabilité.

Domofinance précise par ailleurs que « les professionnels de l’habitat sont de plus en plus nombreux à développer des partenariats avec des organismes financiers spécialisés, comme argument de vente supplémentaire auprès de leur clientèle ». Suffisant pour accroître le nombre de logements éco-rénovés chaque année ?

Caliéco et Domofinance, un partenariat qui porte ses fruits

Afin d'encourager les particuliers à réaliser des travaux de rénovation énergétique et lever les freins liés aux coûts, Caliéco, entreprise bretonne commercialisant des systèmes de chauffage à granulés et à bois, a choisi de faire de Domofinance son partenaire privilégié pour les questions relatives aux crédits.

« La clientèle de particuliers ne dispose pas toujours [de la somme nécessaire] à débourser comptant, il s'agit au contraire d'un réel investissement pour l'amélioration de l'habitat. De plus, le principe même d'être mensualisé pour les dépenses liées au chauffage (...) est rentré dans les moeurs depuis longtemps. Il n'y a donc pas de frein particulier pour nos clients lors du recours au crédit », témoigne Marc Simon, directeur de Caliéco.

Particulièrement satisfait de cette association, ce dernier ne tarit pas d’éloges sur le dispositif mis en place, qui lui garantit la sécurisation de sa trésorerie. Les équipes commerciales sont en contact direct avec l’organisme financier, qui assure également un traitement rapide des dossiers.

C’est ainsi que près de la moitié des clients de Caliéco (48%) a eu recours à un prêt pour financer l’éco-rénovation de son habitat en 2015. Preuve, s’il en est, que les ménages sont bel et bien prêts à agir en faveur de l’environnement s’ils sont accompagnés dans leurs démarches.


F.C
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Les financements de la rénovation énergétique passés au crible (rapport) - Batiweb

Les financements de la rénovation énergétique passés au crible (rapport)

Dans le cadre de la COP21 et la loi de transition énergétique, le gouvernement s’est fixé l’objectif de réaliser 500 000 rénovations par an d’ici 2020. Dans ce but, Emmanuelle Cosse a confié à Philippe Pelletier, président du Plan Bâtiment Durable, la lourde tâche de dresser un état des lieux sur les modes de financement de la rénovation énergétique des logements. Une mission qui a donné naissance à un rapport centralisant 14 propositions, remis le 21 mars à la ministre du Logement.
Rénovation énergétique de l’habitat : Teksial tire la sonnette d’alarme - Batiweb

Rénovation énergétique de l’habitat : Teksial tire la sonnette d’alarme

Alors que 15 millions de logements français ne devraient pas faire l’objet d’une rénovation énergétique avant 2070, la société Teksial a mené une étude importante visant à connaître les dispositifs mis en place par les collectivités pour encourager les foyers à rénover leur habitat. Conclusion : si de nombreuses informations sont accessibles, il y a néanmoins peu d’incitation, et encore moins d’accompagnement.
Rénovation de logements : bilan mitigé pour l’Anah - Batiweb

Rénovation de logements : bilan mitigé pour l’Anah

Légère déception pour l’Agence nationale de l’habitat (Anah) : alors que ces deux dernières années, le programme ‘’Habiter mieux’’ avait permis de réalisation 50 000 rénovations énergétiques, ce chiffre est tombé sous la barre des 41 000 en 2016. Un résultat qui est malheureusement bien loin de l’objectif fixé à 70 000 logements. Le nombre global d’habitats rénovés grâce à l’Anah est également en baisse à 69 769, contre 77 000 l’année précédente.
Mal-logement : des risques sur la santé pour les occupants d’habitats insalubres - Batiweb

Mal-logement : des risques sur la santé pour les occupants d’habitats insalubres

Il y a quelques semaines, le Groupe Velux profitait des 3e Rencontres sur les bâtiments sains pour publier l’édition 2017 de son Baromètre de l’habitat sain. L’année dernière déjà, la qualité de l’air et la luminosité apparaissaient comme des facteurs-clés du bien-être. Allant plus loin dans l’analyse, le fabricant de fenêtres de toits a constaté des « corrélations saisissantes » entre santé et conditions de logement. Les résultats de l’étude.