Emmanuelle Cosse fait la guerre aux logements vacants Législation et règlements | 30.11.16

Partager sur :
La lutte contre les logements vacants continue ! Dernièrement, la mairie de Paris faisait part de sa volonté d’augmenter les taxes pour les logements vides. Aujourd’hui, c’est au tour d’Emmanuelle Cosse d’annoncer de nouvelles mesures pour lutter contre la vacance locative. Grâce à cette initiative, la ministre du Logement espère remettre 50 000 logements sur le marché d’ici trois ans.
En janvier 2015, Emmanuelle Cosse, ministre du Logement, demandait à la Fondation Abbé Pierre de « dresser un inventaire des dispositifs existants et proposer de nouvelles mesures pour mobiliser des logements dans le parc privé pour les ménages en difficulté ».

Une mission qui a donné naissance à un rapport important, remis ce mardi par Christophe Robert, délégué général de l’organisme, stipulant que « le parc privé peut accueillir des ménages en difficulté à condition que soient mis en place des dispositifs adaptés aux attentes des acteurs, en particulier des centaines de milliers de bailleurs ». Une requête qui n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd.

Des mesures efficaces à mettre en place

Au vu des constats soulignés par le rapport, Emmanuelle Cosse a annoncé de nouvelles mesures afin que 50 000 logements vacants soient remis sur le marché d’ici trois ans. Ainsi, la ministre a créé « le premier réseau national des territoires mobilisés contre les logements vacants », qui vise à mieux coordonner les actions menées par l’État et les collectivités locales.

« Un nouveau dispositif fiscal à destination des propriétaires qui remettent sur le marché leur logement vacant » sera également proposé par Emmanuelle Cosse au Parlement afin d’asseoir ce réseau nouvellement créé. À travers ce projet, la ministre espère obtenir une exonération fiscale pour les propriétaires (déduction de 15% à 70% des loyers perçus sur le revenu), une adaptation du réseau dans les zones tendues, ainsi qu’une « incitation à l’intermédiation locative ».

Insistant particulièrement sur ce dernier aspect, Emmanuelle Cosse souhaite grandement encourager les propriétaires à « confier la gestion [d’un bien] à une association agréée » afin de favoriser l’accès aux logements privés pour les ménages modestes. Dans ce sens, la ministre compte sur un financement du Fonds national des aides à la pierre, qui devrait engager pas moins de 3,5 millions d’euros pour favoriser le recours à l’intermédiation locative.

F.C
Photo de Une : @emmacosse (Twitter)
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Le PTZ et la simplification, stars des mesures de relance de la construction

Le PTZ et la simplification, stars des mesures de relance de la construction

Même si le premier ministre à dévoilé à l’avance les mesures de relance de la construction, Sylvia Pinel, ministre du Logement et de l’Égalité des territoires, s'est présentée face à la presse ce mercredi pour détailler la mise en œuvre de mesures pour redonner aux acteurs du bâtiment la confiance nécessaire à une relance durable de la construction. A noter le retour du Prêt à Taux Zéro dans l'ancien, sous conditions, et une volonté de simplifier les normes et la réglementation.
Vers une réforme des agences immobilières

Vers une réforme des agences immobilières

Le Premier ministre a confié au député Mickaël Nogal (LREM) une mission visant à réformer le fonctionnement des agences immobilières. L’objectif, faciliter la mise en location de logements et simplifier les relations entre propriétaires et locataires. L’une des pistes évoquées ? La révision des modalités de l’intermédiation d’un bien immobilier où la location et les responsabilités liées pourraient être assumées par l’agence.
Droit au logement opposable : 10 ans plus tard, le dispositif reste à améliorer

Droit au logement opposable : 10 ans plus tard, le dispositif reste à améliorer

Cela fait maintenant 10 ans que la loi sur le droit au logement opposable a été mise en place. Si 123 596 ménages en ont bénéficié depuis, la pleine application de la réglementation se fait toujours attendre, des difficultés de relogement se faisant encore sentir dans certains territoires. Le point sur cette situation préoccupante pour de nombreux acteurs concernés par ladite loi.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter