Inscrivez-vous à la Quotidienne du Bâtiment

Accueil > Actualités du BTP > Collectivités territoriales > Un tramway électrique sans câbles dès 2013 ?

Un tramway électrique sans câbles dès 2013 ?

Un tramway électrique sans câbles dès 2013 ?
En éliminant les lignes aériennes et câbles jusqu’ici nécessaires à l’alimentation des véhicules électriques, la technologie Primove révolutionne le monde des transports en commun. Plus de détail avec le chef du projet chez Bombardier, Jérémie Desjardins.

Collectivités territoriales |

Recommander cet article
Imprimer cet article

La technologie Primove de Bombardier est une technologie sans fil et sans contact qui permet de propulser les véhicules électriques, notamment tramways, autobus, camions et voitures. En utilisant le principe de transmission d’énergie par induction, ce système permet aux véhicules électriques d’être rechargés sans fil soit lorsqu’ils sont en mouvement (recharge dynamique), soit à l’arrêt (recharge statique) sans modifier leurs habitudes de conduite et la durée du parcours. 


Rencontre avec Jérémie Desjardins, chef de projet Primove chez Bombardier.

Vous avez signé deux contrats pour des bus électriques à recharge sans-fil

Nous avons signé en mai 2012 un premier contrat avec la ville de Braunschweig en Allemagne pour deux bus de 12 et 18 mètres de long. Il y a une option pour quatre autres bus qui pourrait se faire au cours du projet, ce qui porterait le total à six. C’est une ligne de 12 kilomètres, centrale dans la ville donc très visible, avec quatre stations de recharge en plus du dépôt. Solaris est le fournisseur de bus et la mise en œuvre passager est prévue pour octobre 2013, avec les premières installations de dépôts en mars.

Le second contrat concerne Bruges en Belgique avec trois bus de 10 m de long sur 6 km. Vanhool est le constructeur et De Lijn l’opérateur. Cette ligne aussi centrale dans la ville avec une à deux stations sera opérationnelle en octobre 2013.

Vous ambitionnez également une signature cette année pour un tramway sans-fil

Nous n’avons pas encore signé. Mais les démarches sont entamées pour y parvenir cette année. Les négociations sont plus longues que pour le bus. Ce sont de plus gros projets d’infrastructure. Après la signature il faut compter 18 mois de fabrication. Il s’agit de la même technologie que pour le bus. Nous avons d’ailleurs un prototype en opération à Augsburg depuis un an et demi en site semi-public. C’est une technologie éprouvée.
 

« Les marchés dans les pays émergents sont plus libres
car ils n'ont pas de caténaires à démonter. Tout reste à faire
  »
Jérémie Desjardins, chef de projet Primove chez Bombardier
 

Vos tractations vous mènent en Chine et au Moyen-Orient, dans quel but ?

Le marché du tramway est mature en Europe, il ne s’agit que d’extensions de lignes, de rachats de véhicules. Et comme les caténaires sont déjà installées, il est difficile de faire changer de technologie aux collectivités. Alors que dans les pays émergents, il n’y a pas d’infrastructure, donc ils n’ont pas forcément besoin de caténaires et sont plus libres de faire le choix d’une nouvelle technologie.

En quoi l’électrique sans-fil est-il plus rentable pour la collectivité que le diesel ?

Un bus diesel ne coûte pas cher car il est produit en grande série. Le coût d’opération est lui par contre élevé : le carburant est cher et polluant, et la maintenance coûte plus cher. Un bus électrique de son côté part chargé du dépôt le matin. Mais ses batteries sont grosses, coûteuses et lourdes. Le bus électrique sans charge intermédiaire n’est donc pas rentable par rapport au diesel. Plus il y a de stations de recharge plus l’on réduit la taille des batteries, tout en augmentant la durée de vie du bus à 10 ou 12 ans. Le coût total de propriété devient ainsi plus intéressant. Notre projet Primove privilégie ainsi ce choix avec des batteries plus petites, au lithium-ion, qui se rechargent à chaque tour de bus. Comme je la décharge très faiblement, j’augmente sa durée de vie.

Quels sont les derniers freins au développement de votre technologie Primove ?

Le seul frein qui puisse exister est ma propre vitesse à installer des projets commerciaux pour montrer que la technologie est viable et opérationnelle dès maintenant. Nous sommes les seuls à l’heure actuelle à pouvoir fournir des puissances de 200 kW pour les bus et les tramways. Nous y travaillons depuis 2007 et sommes prêt à passer en phase commerciale.

Propos recueillis par Laurent Perrin  


Aller plus loin

- Primove: la mobilité électrique sans fil
- Étude du projet pilote Augsburg [en]
- Étude du projet de recherche Lommel

Recommander cet article
Imprimer cet article

Vos réactions | 2 réactions

1 - Belval le 14 janvier 2013

BUS ÉLECTRIQUES

Existe t'il une application pour les camions et de quel tonnage ?

 

 

2 - Bordeaux le 14 janvier 2013

TRAM SANS CABLE

Alsthom depuis longtemps a équipé Bordeaux d'un tram sans cables aériens .L'électricité est transmise par les rails par tronçons électrifiés qui se trouvent seulement sous le tram donc sans danger pour le public.Depuis des années d'ailleurs aucun incident de personne

Commenter cet article

Les produits de la semaine :

Dossiers partenaires :

Visuel Dossiers partenaires

CALCIFIN : La finition ITE à la chaux aérienne...


PAREXLANKO

Le Calcifin est une finition minérale mince à la chaux aérienne spécialement formulée...
Visuel Dossiers partenaires

Plus de 50 % des revêtements de sol Forbo seront sans...


FORBO FLOORING SYSTEMS

Forbo Flooring Systems s’impose sur le marché des sols souples avec une offre variée et haut de gamme...