Inscrivez-vous à la Quotidienne du Bâtiment

Accueil > Actualités du BTP > Eco-construction > La brique terre cuite face aux labels et réglementations

La brique terre cuite face aux labels et réglementations

La brique terre cuite face aux labels et réglementations
Devenu aujourd’hui le grand référentiel du bâtiment en France, le label E+C-, lancé le 17 novembre par Emmanuelle Cosse, vise à établir de nouveaux standards environnementaux pour les bâtiments neufs. La FFTB est allée demander à Pouget Consultants en janvier 2017 comment les maçonneries en terre cuite sauront tenir ces standards. Et voici les résultats de l’enquête…

Eco-construction |

Recommander cet article
Imprimer cet article

Face aux standards environnementaux de plus en plus nombreux et exigeants, il est normal de voir tout le monde, professionnels comme particuliers, s’inquiéter des inévitables changements à venir. Faudra-t-il changer leurs méthodes de travail ? Les matériaux utilisés ? Rénover (parfois au prix fort) leur petit nid douillet ?

La brique en terre cuite, exploitée depuis des siècles, est aujourd’hui encore utilisée dans la construction (plus d’un tiers des logements neufs construits en 2015 étaient en briques de terre cuite). Mais est-elle pertinente, face à de nouveaux labels comme E+C- ? C’est la question que se posait la FFTB (Fédération Française des Tuiles et Briques).

Les résultats de l’enquête démontrent que la terre cuite permet un gain minimum de +3% de surface habitable, grâce à sa performance thermique. Et au mieux, une construction répondant aux standards E+C-, peut bénéficier d’un bonus de COS (Coefficient d’Occupation des Sols) allant jusqu’à +30% ! Oui, la brique en terre cuite est compatible avec les critères de l’excellence énergétique et environnementale et ce, quelque soit l’usage et l’énergie du bâtiment.


Pour aboutir à ces résultats, l’étude a été effectuée en janvier 2017 dans 8 zones climatiques différentes, avec des briques de 20 cm à R=1m2.K/W, ce qui est loin d’être le score de résistance thermique le plus élevé du marché.

L’étude a également fait en sorte de multiplier au maximum les variables : immeubles collectifs, logements individuels, utilisation de chauffage au gaz ou électrique, des isolants effectués pour tester l’efficacité de la brique en terre cuite. Qu’elle soit capable d’atteindre sans difficulté les critères du bonus de constructibilité est de bon augure pour la maçonnerie en terre cuite.

F.T
Photo de une : ©Fotolia

Recommander cet article
Imprimer cet article

Vos réactions | 1 réactions

1 - DF le 05 mai 2017

BRIQUE TERRE CUITE ET ENVIRONNEMENT

En 2017, il serait probablement temps de s'intéresser au bilan thermique (cycle de vie complet) des matériaux utilisés d'une part et des systèmes constructifs innovants d'autre part. Quelle énergie et pour fabriquer un M2 de mur en brique? Quelle émission de CO2? Comment de comparent ces chiffres face aux solutions constructives les moins energivores? La norme E+C- est un nain à côté du système LEED ou de Minergie en Suisse. Et si La France, en Europe prenait la tête en matière d'élan normatif et industriel en matière de construction eco-responsable?

Commenter cet article

Dossiers partenaires :

Visuel Dossiers partenaires

Weber va encore plus loin dans la résistance au feu avec...


WEBER

Pour son système weber.therm XM PSE, weber a fait réaliser en avril 2016 un essai LEPIR2 et confirme ainsi...
Visuel Dossiers partenaires

La géométrie prend une nouvelle dimension : une...


LG Hausys Europe GmbH

Sous l’angle du cristal Au cœur de la tour HVB de la HypoVereinsbank, formes géométriques, angles...

Suivez-nous :

Linkedin
Twitter
Facebook

Les produits de la semaine :