Inscrivez-vous à la Quotidienne du Bâtiment

Accueil > Actualités du BTP > Eco-construction > « Sous la ville durable, il y a le génie urbain » (Sylvain Allemand)

« Sous la ville durable, il y a le génie urbain » (Sylvain Allemand)

« Sous la ville durable, il y a le génie urbain » (Sylvain Allemand)
Sylvain Allemand, journaliste, suit depuis plusieurs années l'actualité relative aux recherches et initiatives en matière de développement durable. Il vient d’écrire un livre « Sous la ville durable, le génie urbain ». Il nous explique en quoi le génie urbain se révèle être une contribution majeure à la ville durable et quelle est sa vision de la ville durable du futur.

Eco-construction |

Recommander cet article
Imprimer cet article

Cet ouvrage donne l'occasion de faire découvrir un univers méconnu : celui des réseaux et infrastructures de transports, d'assainissement, de communication, le plus souvent enfouis dans le sol et dont dépend notre vie urbaine. Et derrière ces réseaux, les hommes et les femmes qui les conçoivent, les installent et en assurent la maintenance suivant les principes du génie urbain.

Dans votre livre, vous expliquez l’importance du « génie urbain » dans la notion de Ville Durable. Un univers assez méconnu, mais qui est prépondérant dans le développement durable d’une ville ?

Le génie Urbain s’applique au développement et à la gestion des zones urbaines et périurbaines dans toutes leurs dimensions. Il recourt à des méthodes et techniques proches de celles du génie civil voire du génie militaire, mais en prenant en compte les spécificités du contexte urbain et ses contraintes. Le bon fonctionnement d’une ville repose sur de multiples réseaux (d’assainissement, de transport, de chauffage, etc.) qu’il faut savoir faire cohabiter.

Historiquement, la gestion des grandes villes reposait sur une organisation verticale, par domaines : la voirie, les bâtiments, la distribution de l'eau, l'assainissement, les espaces verts, la propreté, etc. Le développement durable, parce qu’il intègre les problématiques environnementales, économiques et sociales, oblige à une approche plus transversale. Or  la vocation du génie urbain est précisément de privilégier une approche globale et unitaire de la ville. Il est donc en parfaite adéquation avec l’«esprit» du développement durable et sa traduction dans le contexte urbain, c’est-à-dire la ville durable. Seulement, le génie urbain quoique plus que centenaire est méconnu, en tout cas insuffisamment reconnu. D’où cet ouvrage qui en retrace la genèse, notamment à la faveur des grands travaux haussmanniens (qui manifestèrent déjà un souci de pérennité), et son développement, avant d’en exposer les défis actuels à travers des témoignages d’acteurs de la ville pour la plupart issus de l’Ecole des Ingénieurs de la Ville de Paris, la seule école d’ingénieurs à proposer une formation complète en génie urbain et qui vient de fêter ses 50 ans.

Dans cette « vision globale » de l’aspect durable d’une ville, vous insistez aussi sur l’importance de l’implication des services municipaux, comme les chargés de mission Développement Durable dans les municipalités. Des acteurs importants, mais pas assez intégrés au projet ?

C’est un point très important effectivement. Il y a beaucoup de collectivités locales qui se sont lancées à corps perdu dans l’élaboration d’un agenda 21 sans faire attention à ce que l’intendance suive. Pour que les services municipaux adhèrent à un agenda 21 local, il faut qu’ils soient intégrés dans la dynamique, qu’ils soient formés, voire motivés, en tous cas dotés des compétences techniques et humaines. Faute de le faire, des élus en charge du Développement Durable se heurtent tout simplement à l’inertie de leurs services techniques. Il importe donc de les impliquer, de les mobiliser mais aussi de redéfinir l’organisation générale. Des collectivités se sont rendues compte qu’elles ne pouvaient pas faire de Développement Durable sans revoir l’organisation des services municipaux. Cela passe souvent par le recrutement d’un chargé de mission, qui aura pour fonction d’orchestrer le travail de la municipalité dans le cadre d’un agenda 21, en faisant l’interface entre les services techniques et les élus mais aussi les autres acteurs concernés (habitants, chefs d’entreprises, associations…).

Et l’utilisation des nouvelles technologies et techniques dans les logements par exemple pour les rendre moins consommateurs d'énergie, n’est-ce pas une illusion ?

Naturellement, les nouvelles technologies sont une contribution utile, mais gare à ne pas en faire « la » solution. Ce dont on se rend compte, notamment à travers les initiatives en matière de démarche HQE, c’est que les technologies nouvelles se révèlent inutiles voire contreproductives si les usagers n’adoptent pas de nouveaux comportements. En effet, on s’est rendu compte que des bâtiments à énergie positive, qui en principe produisent plus d’énergie qu’ils n’en consomment, avaient des performances beaucoup moindres qu’escomptées. Pourquoi ? Parce que les comportements des occupants n’avaient pas été adaptés en conséquence. Une approche globale amène à constater que quelqu’un qui occupe un bâtiment à énergie positive peut mettre à profit les gains réalisés pour consommer plus ailleurs… En bref, nous sommes devant un enjeu éducatif qui montre que les nouvelles technologies ne sauraient être la panacée. D’une certaine manière, ce n’est pas plus mal. Que seraient des individus déresponsabilisés ? 

Quelle est votre vision de la « ville durable » dans le futur ?

La ville durable, c’est d’abord un état d’esprit qui consiste à prendre toutes les dimensions (économique, sociale, environnementale, mais aussi culturelle, politique, etc.) en considération, à adopter une vision transversale plutôt qu’une vision segmentée. Pour prendre l’exemple des écoquartiers, si vous l’établissez en périphérie de votre ville, et par conséquent si vous obligez ses habitants à utiliser la voiture pour aller en centre ville, cela n’a aucun intérêt. Une approche transversale implique de prendre en considération l’ensemble des acteurs concernés. Elle implique aussi à articuler les échelles, quitte à déborder le périmètre administratif d’une ville en privilégiant une approche intercommunale voire régionale. La ville durable, c’est aussi et surtout une ville qui, pour l’essentiel, existe déjà et avec laquelle il faut bien composer. C’est inventer des choses nouvelles mais en partant de l’existant : les bâtiments anciens, le métro construit voici plus d’un siècle, etc.. Dans cette perspective, les écoquartiers ont leur utilité s’ils sont conçus en rapport avec le reste de la ville. Pour des élus, c’est un moyen de rendre visible leur engagement en matière de développement durable : un écoquartier se voit quand même plus facilement qu’une barre d’HLM réhabilitée… Pourquoi pas. Cependant, ce ne peut être qu’une première étape pour sensibiliser une population encore réticente ou qui tout simplement n’arrive pas à mettre des réalisations concrètes sous cette notion de ville durable.

Propos recueillis par Bruno Poulard

Sylvain Allemand est journaliste. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages sur ce thème dont Entre valeurs et croissance, le commerce équitable en question (Les Carnets de l'info, 2008). Il s’apprête à publier Pourquoi le développement durable (éditions Belin).

« Sous la ville durable, le génie urbain » de Sylvain Allemand
Editeur : Carnets De L'info, date de parution décembre 2009
Collection : Modes De Ville
192 pages
17 €

Recommander cet article
Imprimer cet article

Vos réactions | 0 réactions

Commenter cet article

Les champs à remplir sont obligatoires pour la publication de votre commentaire.

 

 

Le dépôt de votre commentaire ne nécessite pas d'authentification et sera soumis à la validation de notre modérateur. Veuillez taper les caractères tels qu'ils apparaissent ci-dessous.

Dossiers partenaires :

Visuel Dossiers partenaires

K-LINE CITY, le nouveau système prêt-à-poser...


K LINE

Avec K-LINE CITY, K-LINE propose une nouvelle approche du tertiaire: un système modulable sur-mesure et prêt-à-poser,...
Visuel Dossiers partenaires

GAGNER EN EFFICACITE AVEC LES SOLUTIONS CHANTIERS DE TOUPRET


TOUPRET SA

Toupret G et Toupret F : 2 nouvelles références pour enduire en plein conçus avec des entreprises partenaires...

Suivez-nous :

Linkedin
Twitter
Facebook

Les produits de la semaine :