Inscrivez-vous à la Quotidienne du Bâtiment

Accueil > Actualités du BTP > Vie pratique > Réception de travaux, il faut comprendre les termes

Réception de travaux, il faut comprendre les termes

Réception de travaux, il faut comprendre les termes
Mieux vaut être attentif à toutes les mentions figurant sur un procès-verbal de réception de travaux ! Des particuliers qui pensaient pouvoir utiliser la garantie de dix des entreprises ayant intervenu sur leur chantier se sont retrouvées bien embarrassés en découvrant qu'ils avaient en fait laissé passer leur délai d'agissement. La Cour de cassation n'a malheureusement pas pu leur donner raison.

Vie pratique |

Recommander cet article
Imprimer cet article

Il faut être particulièrement attentif aux mentions portées sur un procès-verbal de réception, à l'issue de travaux de construction, révèle un arrêt de la Cour de cassation.

Des particuliers qui croyaient pouvoir mettre en jeu la garantie de dix ans des entreprises se sont rendu compte par la suite qu'ils avaient, par incompréhension, laissé passer le délai leur permettant d'agir.

La "réception" d'une maison en construction marque la fin du chantier et le début des dix ans de garantie obligatoire, cautionnée par un assureur, mais les défauts apparents au jour de la réception ne relèvent pas de cette garantie décennale. Ils relèvent de la garantie de "parfait achèvement" qui est due par tout intervenant, mais durant un an seulement.

Lors d'une opération de réception, le couple qui avait fait construire sa maison n'avait pas compris ni prêté suffisamment attention aux termes employés par les professionnels devant des fissures déjà apparues. Lorsque, plusieurs années plus tard, constatant l'aggravation, ces clients ont invoqué la garantie décennale pour obtenir la réparation de ces défauts qui menaçaient la solidité de la maison, la justice la leur a refusé. Car ce défaut, certes grave, était apparent au jour de la réception. Il échappait donc à la garantie décennale obligatoire des entrepreneurs et de leurs assureurs.

Ces défauts relevaient de la garantie de parfait achèvement, due pendant un an, mais il était trop tard pour l'invoquer.

Les clients, profanes en maçonnerie, ont bien plaidé que, pour eux, les conséquences graves de ces défauts apparents n'étaient apparus que plusieurs années après la réception des travaux, mais ils n'ont pas obtenu gain de cause.

Pour les professionnels, les conséquences à venir étaient connues, ce que prouvait, en termes sibyllins, le procès-verbal de réception des travaux signé de tous. Pour agir utilement, il aurait fallu se faire clairement expliquer ces termes employés ainsi que les conséquences à venir des défauts visibles.

(Cass. Civ 3, 16.11.2017, B 16-24.537).

(AFP)

Photo de Une : ©Fotolia

Recommander cet article
Imprimer cet article

Vos réactions | 0 réactions

Commenter cet article

Les champs à remplir sont obligatoires pour la publication de votre commentaire.

 

 

Le dépôt de votre commentaire ne nécessite pas d'authentification et sera soumis à la validation de notre modérateur. Veuillez taper les caractères tels qu'ils apparaissent ci-dessous.

Dossiers partenaires :

Visuel Dossiers partenaires

LES MENUISERIES ET FAÇADES ALUMINIUM TECHNAL AU SERVICE...


TECHNAL

La Ville est complexe et possède son propre métabolisme, né de l’interaction de multiples systèmes,...
Visuel Dossiers partenaires

L’expert de la sécurité intégrée....


GEZE FRANCE

Qu’elles ouvrent les portes des centres commerciaux, des pharmacies ou des hôtels, les portes automatiques coulissantes...

Suivez-nous :

Linkedin
Twitter
Facebook

Les produits de la semaine :