De l’énergie produite par une station de traitement des eaux usées Collectivités territoriales | 01.07.13

Partager sur :
À partir du printemps 2014, l’énergie fatale des effluents traités par la station d’épuration des eaux usées Saône Beaujolais à Belleville (Rhône), chauffera et produira l’eau chaude sanitaire des 9.000 m2 de plancher de la Villa Durabo, un ensemble mixte de logements et de locaux d’activités. Ce projet a reçu il y a quelques jours une Marianne d'Or pour son aspect facilement duplicable.

À Belleville (Rhône), le projet “Réseau de chaleur” prévoit de récupérer la chaleur (calories) des effluents traités en sortie de la station d’épuration CITEAU pour chauffer et produire l’eau chaude sanitaire des 9 000 m2 de bâtiments du projet immobilier "Villa Durabo" ainsi que d’autres sites sur la commune.

Le chauffage sera assuré par des dispositifs d’émetteurs basse température de type plancher chauffant assurant un confort optimal. Le procédé de récupération d’énergie est composé de trois éléments principaux:

- un échangeur de chaleur situé en dérivation du réseau d’eaux, qui permet la récupération de chaleur contenue dans celles-ci.
- un circuit primaire reliant l’échangeur à la pompe à chaleur
- une pompe à chaleur installée dans le bâtiment ou dans la chaufferie collective, qui peut fonctionner en mode production de chaleur seul ou en mode réversible (production de chaleur ou de froid).

La puissance nécessaire pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire de la “Villa Durabo” est de 480 kW. Le projet “Réseau de chaleur” propose un taux de couverture de 80 % qui permet de réduire par trois le bilan carbone du bâtiment. Les 20 % restants sont assurés par un appoint et secours au gaz.

Amortissement sur 7 à 10 ans

L’investissement de 500 000 euros est supérieur à celui d’un système “classique”. Mais le projet va permettre de bénéficier de l’adhésion et du soutien financier de différents partenaires institutionnels (ADEME, Région Rhône-Alpes, Département du Rhône, Agence de l’eau, etc.).

La station d’épuration CITEAU envisage ainsi un amortissement sur sept à dix ans, rendu possible par la commercialisation directe de l’énergie produite, aux occupants des bâtiments.

Inaugurée en mai 2011, la station d’épuration CITEAU, gérée par le Syndicat de traitement des eaux usées Saône Beaujolais (Steusb) à Belleville (Rhône), sera la première en France à produire et à commercialiser son énergie. Cette station d’épuration se veut « modèle dans le paysage français » avec notamment un bâtiment conçu pour se passer de climatisation ; des puits de lumière et de grandes zones vitrées limitant l’éclairage intérieur ; la plantation d’un verger social et éducatif ; le traitement par ultra-violet d’une partie des eaux épurées pour l’arrosage des espaces verts et le nettoyage des bâtiments, etc.

Une Marianne d’Or pour un projet duplicable

Le Steusb a remporté la Marianne d’Or 2013 de la Démocratie locale le 4 juin 2013 pour l’aspect facilement duplicable de son projet. Par cette distinction, est ainsi récompensé le projet de valorisation de l’énergie fatale des effluents de la station d’épuration CITEAU, pour le chauffage des 9.000 m2 de logements en construction et existants. La Marianne d’Or a été remise à Frédéric Pronchéry, président, le mercredi 12 juin, au Conseil Constitutionnel.

Aller plus loin
Trois questions au président du CITEAU
La Villa Durabo, immeuble collectif BBC
Le CITEAU, une station d’épuration modèle

L.P
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Rénovation : le Conseil d’Etat annule définitivement le décret « tertiaire »

Rénovation : le Conseil d’Etat annule définitivement le décret « tertiaire »

Le Conseil d’Etat a annulé lundi le décret du 9 mai 2017 relatif aux obligations d’amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments tertiaires. Le texte, qui remonte à la fin du quinquennat Hollande, imposait des travaux avant le 1er janvier 2020 aux propriétaires de bâtiments à usage de bureaux, d’hôtels ou encore de commerces. Le ministère de la transition écologique et solidaire a justifié la décision expliquant que le projet de loi Elan couvrirait l’ensemble des objectifs du décret.
Wienerberger Brick Award 2020 : les candidatures sont ouvertes !

Wienerberger Brick Award 2020 : les candidatures sont ouvertes !

Organisés tous les deux ans, les Wienerberger Brick Award, récompensent depuis 2004 des réalisations modernes et innovantes avec des matériaux en terre cuite. Fort d’une mobilisation sans précédent en 2018, Wienerberger a annoncé l’ouverture des candidatures de l’édition 2020. Les participants ont jusqu’au 9 avril pour déposer leurs dossiers. Les projets seront examinés par un Jury expert qui révélera, à partir du mois de novembre 2019, les 50 finalistes. Le palmarès sera lui dévoilé au printemps 2020.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter