Dans la tuilerie de Léguevin (31), le groupe Edilians mise sur la rénovation

Vie des sociétés | 07.07.21
Partager sur :
Dans la tuilerie de Léguevin (31), le groupe Edilians mise sur la rénovation - Batiweb
Ce mardi 6 juillet, le groupe Edilians présentait à la presse les derniers investissements dans son usine de Léguevin, près de Toulouse (31), mais également le lancement de sa nouvelle tuile « Médiane Réno Gélis », destinée à la rénovation des maisons traditionnelles du Midi-Pyrénées.

Parmi les 15 usines du groupe Edilians, celle de Léguevin (31) fait partie des plus anciennes. Elle s'étend aujourd'hui sur 23 000 m2, et compte 68 salariés.

 

Depuis 2017, Edilians a investi 7 millions d'euros pour moderniser la chaîne de production de l'usine. Et les travaux ne sont pas achevés, puisqu'une partie de la voûte du four sera également changée cet été.

 

Le site de Léguevin produit trois tuiles qui répondent à des spécificités locales : la « Plein Sud Gélis », particulièrement destinée à la construction neuve pour la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, la « Médiane Plus », plutôt dédiée à la région Occitanie, et la « Romane Sans », à 90 % pour la rénovation des maisons traditionnelles du Midi-Pyrénées et de la façade atlantique.

 

Le « boom » du marché de la rénovation

 

A la demande des couvreurs de la région, le site fabrique également depuis un mois la « Médiane Réno », dans un contexte où le marché de la rénovation est en plein essor. « En Occitanie, la rénovation c'est à peu près 65 à 70 % du marché », précise Pierre-Jean Raynaud, directeur régional des ventes Midi-Pyrénées. Or, cette tuile posséderait « le plus grand jeu de pose du marché », facilitant ainsi le travail des couvreurs faisant de la rénovation.

 

La tuile « Médiane Réno », dédiée au marché de la rénovation. Crédit : Edilians

 

Pascal Casanova, nouveau président d'Edilians ayant pris ses fonctions peu de temps avant le début de la crise sanitaire, souligne plus largement une forte augmentation de la demande, de l'ordre de +20 à +30 % en 2021, ce qui devrait donner lieu à une hausse de 10 à 15 % du chiffre d'affaires du groupe.

 

« Il y a eu un réveil de la rénovation, notamment énergétique. Avec MaPrimeRénov', une partie des travaux concerne l'isolation de toiture, car environ 30 % de l'énergie d'une maison part par le toit. Or, si on isole un toit un peu ancien, on en profite pour changer les tuiles », explique-t-il. Et d'ajouter : «  Le marché va rester rester tendu certainement encore pour un an ».

 

Concernant les pénuries de matières premières, le président d'Edilians rappelle que le groupe reste peu impacté, l'argile étant extraite à proximité des usines, et non pas importé. La question se pose en revanche pour les palettes en bois. Mais grâce à un système de consigne et de réutilisation des palettes, l'impact est pour le moment limité.

 

« Nous avons de la chance, nos matériaux sont locaux. Là où c'est le plus tendu, c'est sur les palettes en bois, donc on est très contents de les recycler, mais malgré tout nos clients tardent parfois à nous les ramener », précise Pascal Casanova.

 

Zoom sur le proccess de fabrication

 

Concernant le process de fabrication des tuiles, l'argile est extraite de carrières situées à proximité de l'usine, puis concassée dans un broyeur afin d'obtenir une poudre d'argile d'un diamètre entre 0,4 et 0,8 millimètres, de façon à ce qu'elle puisse rentrer dans la mouleuse.

 

A cette étape, des « bavures » peuvent encore subsister. Crédit : C.L.

 

La pâte. Crédit : C.L.

 

Lors de l'étape du moulage, l'argile est mélangée à de l'eau pour former une pâte sans air. Cette dernière est ensuite pressée pour obtenir la forme du moule, avant d'être séchée. Viennent ensuite l'engobe (peinture à base d'éléments naturels), la cuisson au four à plus de 1 000 C°, le contrôle qualité, le dépilage, et enfin la palettisation.

 

Grâce aux derniers investissements visant à moderniser la ligne de production, la tuilerie de Léguevin produit désormais 6 000 m2 de tuiles chaque jour, soit l'équivalent de la toiture de 50 maisons.

 

Claire Lemonnier

Photo de une : C.L.

 

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Le polyuréthane se récupère doucement mais sûrement de la crise du MDI - Batiweb

Le polyuréthane se récupère doucement mais sûrement de la crise du MDI

Lors d’une conférence de presse organisée ce mardi 5 février, le SNPU a révélé les chiffres du polyuréthane. S’il détient encore 10% de part du marché de l’isolation, le matériau a « fortement » souffert de la crise du méthyl-di-isocyanate (MDI). Conséquence, le secteur, qui connaissait jusqu’à alors une progression continue, a vu son activité se replier de – 10% en 2018. Le syndicat déclare cependant ne pas « être inquiet ». L’année 2019 devrait en effet permettre au polyuréthane de renouer avec la croissance.
Comment les architectes perçoivent-ils le PVC ? (sondage) - Batiweb

Comment les architectes perçoivent-ils le PVC ? (sondage)

En début d'année, le syndicat national de l'extrusion plastique (SNEP) a commandé une étude à Batimédia pour mieux cerner le rapport des architectes au PVC. Malgré la concurrence du bois et de l'aluminium, ce matériau est jugé particulièrement intéressant en menuiserie, notamment pour son coût, ses performances en isolation, et son potentiel en termes de recyclage.