Inscrivez-vous à la Quotidienne du Bâtiment

Accueil > Actualités du BTP > Architecture > Un grand « huit », symbole infini de la nouvelle église de Saint-Denis

Un grand « huit », symbole infini de la nouvelle église de Saint-Denis

Un grand « huit », symbole infini de la nouvelle église de Saint-Denis
Inaugurée le 24 mai dans le quartier en pleine mutation de la Plaine-Saint-Denis, la nouvelle église Saint-Paul-de-la-Plaine imaginée par Patrick Berger et Jacques Anziutti représente vue du ciel un grand « huit », symbole de l’infini. Visible de l’extérieur, une partie de sa charpente en acier constitue l’enclos d’un futur jardin méditatif.

Architecture |

Recommander cet article
Imprimer cet article

« Dans une église, on ne peut pas échapper à certaines figures d’espace et à des archétypes. C’est inévitable. Il y a des figures imposées ». C’est en ces termes que Patrick Berger expose son projet de lieu de culte de 170 places assises qui, de prime abord, ne ressemble à aucune espèce connue. La raison du décalage entre le discours et la première impression ? L’église Saint-Paul-de-la-Plaine ne répond pas à un modèle unique. Elle est une synthèse formelle et liturgique des deux archétypes que sont le plan basilical - qui oriente les fidèles vers l’autel – et le plan circulaire – qui crée un espace communautaire.

(c) Franck Badaire

Saint-Paul-de-la-Plaine est une sorte de syncrétisme. En mélangeant un cercle fédérateur et un rectangle de basilique, les architectes ont déduit un plan original en forme de goutte d’eau où le chœur triangulaire a été imaginé comme la principale source de lumière. Comme dans une basilique, l’autel est disposé au fond de l’église mais les fidèles sont réunis dans un espace enveloppant. « Nous avons construit le projet de l’intérieur, dit Patrick Berger. Dans toutes les églises, la liturgie détermine la forme de l’espace. Cette église traduit géométriquement une hésitation de la liturgie actuelle, entre communauté et tradition ».

Sobriété et lumière

Côté intérieur, Patrick Berger et Jacques Anziutti ont réglé l’ambiance sur un mode dépouillé et lumineux. Le dessin des bancs en bois suit des lignes concentriques. Sur le pourtour de la voûte inversée de l’édifice, douze baies zénithales, qui rappellent la cène avec les douze apôtres, projette sur les murs une lumière changeante en fonction de la course du soleil. « Avec l’autel et la croix, il s’agit de la seule introduction iconographique de l’église », se plait à rappeler l’architecte qui a lui-même dessiné une partie du mobilier.

(c) Franck Badaire

Côté extérieur, c’est l’étonnante charpente métallique qui frappe au premier coup d’œil. La structure de Saint-Paul-de-la-Plaine est en effet composée d’un grand « huit » tridimensionnel en acier qui porte l’ensemble de l’édifice. Constitué de deux boucles, ce grand « huit » repose en ses extrémités sur un sol à faible portance. Les deux boucles s’appuient l’une sur l’autre et se croisent à l’aplomb du chœur. Chaque boucle délimite un espace distinct. Le premier est celui de l’église proprement dite, bardée d’aluminium. Le second est un enclos à ciel ouvert qui accueillera un jardin agrémenté d’un arbre et de fleurs blanches. Ce jardin, que ses concepteurs qualifient de « féminin », constituera la toile de fond du chœur.

Amorcé il y a une dizaine d’année, le projet a coûté 2,7 millions d’euros. Les Chantiers du Cardinal, une œuvre d’église avec 33 000 donateurs annuel, en ont financé 1,7 millions. Ils soutiennent actuellement 26 projets de rénovation et 9 grands projets de lieux de culte en Île-de-France. Parmi eux, on trouve la maison Saint-François-de-Sales à Boulogne-Billancourt (architectes : Brenac et Gonzales), Notre-Dame à Créteuil (Architecture Studio) et le centre Teilhard-de-Chardin à Saclay (Arep architecture).

Tristan Cuisinier

Fiche technique :

Maîtrise d’ouvrage : Diocèse de Saint-Denis
Maître d’ouvrage délégué : Chantiers du Cardinal
Architectes : Patrick Berger et Jacques Anziutti
Economiste : Bureau Michel Forgue
BET : Batiserf (structure) / Louis Choulet (fluides) / Ingelux (éclairage) / ACV (acoustique)
Mobilier liturgique : Patrick Berger (bancs, autel et croix de façade), Edouard et Antoine Ropars (croix du chœur et tabernacle)
Crédits photographiques : Franck Badaire

Recommander cet article
Imprimer cet article

Vos réactions | 1 réactions

1 - TASUME le 02 janvier 2015

UN 8 !

Pourquoi pas en forme de triangle avec un œil !

Commenter cet article

Dossiers partenaires :

Visuel Dossiers partenaires

Nouvelle porte pare-flamme E30 WICONA


WICONA

La protection incendie est l’un des secteurs les plus sensibles du bâtiment. La verticalisation des villes participe...
Visuel Dossiers partenaires

VENTÉLIA, la nouvelle sortie de toit ventilation haute...


CHEMINEES POUJOULAT

Innovation Cheminées Poujoulat, la sortie de toit ventilation VENTÉLIA est une solution alternative à...

Suivez-nous :

Linkedin
Twitter
Facebook

Les produits de la semaine :