Inscrivez-vous à la Quotidienne du Bâtiment

Accueil > Actualités du BTP > Législation et règlements > Clause Molière : Valérie Pécresse persiste et signe !

Clause Molière : Valérie Pécresse persiste et signe !

Clause Molière : Valérie Pécresse persiste et signe !
Valérie Pécresse, présidente actuelle de la région Île-de-France, a déclaré le 18 mai 2017 « assumer » totalement la mise en place de la Clause Molière dans les chantiers du territoire. Face au jugement rendant la clause illégale, elle a dénoncé un « petit coup de communication » du gouvernement sortant. Une sortie qui n’a pas été appréciée des écologistes.

Législation et règlements |

Recommander cet article
Imprimer cet article

Elle ne regrette rien. Valérie Pécresse, une des premières à avoir appliqué la très contestée Clause Molière, affirme assumer la mise en place de cette dernière, adoptée par la région Île-de-France le 9 mars dernier dans le cadre d’un Small Business Act francilien, qui visait à favoriser l’accès des TPE-PLE à la commande publique.

Début mai, les ministres du Travail, de l'Economie, de l'Intérieur et de l'Aménagement du territoire avaient indiqué dans une instruction interministérielle adressée aux préfets, que toute « Clause Molière », était illégale et devait être « traitée comme telle ».

Une décision que Valérie Pécresse juge comme étant « un petit coup de communication en dénaturant la clause que nous avons votée en Île-de-France, et en faisant croire qu'elle excluait les travailleurs étrangers des chantiers ».

« Cette clause n'interdit pas de ne pas parler français sur les chantiers d'Île-de-France », poursuit-elle, précisant qu'elle vise, au contraire, à « assurer la sécurité sur les chantiers, en exigeant qu'un traducteur soit recruté par la compagnie qui fait le chantier ».

Contre le travail détaché, pas le travailleur

Valérie Pécresse n’a toutefois pas cherché à nier l’une des conséquences principales de cette Clause, pointée du doigt par de nombreux opposants. « Bien évidemment, cela renchérit le coût du travailleur détaché, avec comme conséquence que les PME d'Île-de-France soient incitées à recruter des salariés qui vivent en France et comprennent le français ».

« J'assume cette clause, qui permet de rétablir le coût relatif des salariés installés en France par rapport aux travailleurs détachés », insiste-t-elle, réfutant toute accusation de discrimination, avant de la présenter comme un moyen pour la région « de se montrer exemplaire en matière de sécurité des ouvriers et pionnière ».

Des déclarations qui n’ont pas été au goût du groupe écologiste qui s’est exprimé dans un communiqué : « quand une délibération régionale est déclarée illégale, elle doit tout simplement être annulée. Mme Pécresse s'inscrit délibérément dans une posture de discrimination et attend que ce soit les entreprises elles-mêmes qui attaquent la délibération en justice. Nous attendons de l'Etat qu'il fasse appliquer sa décision à la Région Île-de-France. Rapidement. » 

F.T (avec AFP)
Photo de Une : @vpecresse (Twitter)

Recommander cet article
Imprimer cet article

Vos réactions | 0 réactions

Commenter cet article

Les champs à remplir sont obligatoires pour la publication de votre commentaire.

 

 

Le dépôt de votre commentaire ne nécessite pas d'authentification et sera soumis à la validation de notre modérateur. Veuillez taper les caractères tels qu'ils apparaissent ci-dessous.

Dossiers partenaires :

Visuel Dossiers partenaires

Avec Lignal® les menuiseries bois prennent de nouvelles...


PASQUET MENUISERIES

la gamme de fenêtres bois Lignal® de Pasquet menuiseries évolue et se modernise. D’une part sa conception...
Visuel Dossiers partenaires

La nouvelle bgv’costo th+ : l’offre Premium pour...


bio’bric

La bgv'costo th+ offre la meilleure performance du marché pour des bâtiments collectifs (jusqu'à...

Suivez-nous :

Linkedin
Twitter
Facebook

Les produits de la semaine :