Présidentielle 2017 : la question du travail détaché enfin abordée !

Vie des sociétés | 05.04.17
Partager sur :
Présidentielle 2017 : la question du travail détaché enfin abordée ! - Batiweb
Il était temps ! Si jusqu’à présent, peu de candidats à la présidentielle s’étaient exprimés sur les thématiques liées au BTP, les Français ont largement eu matière à réfléchir avec le débat diffusé ce 4 avril. Les onze prétendants à l’Élysée ont notamment abordé la question du travail détaché, actuellement au coeur de nombreuses préoccupations dans le secteur de la construction. Tour d’horizon des déclarations des candidats.
Il était annoncé comme une « première historique » car rassemblant tous les candidats : le Grand débat présidentiel, retransmis ce 4 avril sur BFM TV et CNEWS entre autres, a été l’occasion pour Jean-Luc Mélanchon, Marine Le Pen, François Fillon, Benoît Hamon, Nicolas Dupont-Aignan, Emmanuel Macron, François Asselineau, Philippe Poutou, Jean Lassalle, Nathalie Arthaud et Jacques Cheminade de s’affronter sur leurs programmes respectifs.

Et malgré les propositions de nombreux organismes (la Fédération Française du Bâtiment, la Filière Béton ou la Confédération nationale du logement), les onze concurrents se faisaient plutôt discrets sur les sujets relatifs au secteur de la construction. Jusqu’à hier soir tout du moins, où la thématique ô combien polémique du travail détaché a – enfin – été abordée.

Dupont-Aignon contre Macron, Mélenchon accuse Le Pen

Et c’est Nicolas Dupont-Aignon, interrogé sur son programme concernant la création d’emplois en France, qui a lancé les hostilités. « Je veux supprimer la concurrence déloyale. Du premier jour de mon élection, je supprimerai la directive travailleurs détachés », indique le candidat de Debout la France.

« C’est inacceptable que des personnes viennent de Roumanie, de Pologne, d’Espagne, et ne paient pas les charges sociales quand nos artisans, nos indépendants les paient », poursuit-il, avant de s’adresser à ses concurrents : « Aucun d’entre vous n’a osé supprimer cette directive, vous l’avez même signée. »

Des déclarations acérées qui ont offert aux téléspectateurs ‘’un grand moment de télévision’’ ! Soutenant les propos de Nicolas Dupont-Aignan, Jean-Luc Mélenchon s’attaque à sa grande rivale Marine Le Pen, rappelant qu’elle s’est abstenue de voter ce texte au Parlement européen. « Il fallait voter contre ! », assène-t-il.

« Non, Monsieur Mélenchon, nous n’avons évidemment pas voté la directive détachement », réplique la principale intéressée. « Moi je me moque de la fraude, je ne veux pas de cette directive détachement ! Même si on respecte la loi, je la trouve profondément injuste pour les travailleurs parce qu’elle crée une priorité étrangère à l’emploi. »

Se voyant proposé un droit de réponse aux accusations de Nicolas Dupont-Aignon, Emmanuel Macron a également tenu à intervenir sur la question du travail détaché, arguant que « près de 300 000 Français » sont considérés par cette problématique. « Le problème, c’est le travail détaché illégal, quand on contourne la loi et qu’on ne la respecte pas », déclare-t-il, s’attirant les foudres de Jean-Luc Mélenchon.

« Quand j’étais ministre, j’ai fait voter une loi qui a permis, justement, de contrôler cela en mettant des cartes d’identité dans le BTP », rappelle le candidat d’En Marche !. Un dispositif qui ne fonctionne pas, selon Nicolas Dupont-Aignan. Faux, d’après Emmanuel Macron, qui reconnaît malgré tout que cette méthode de contrôle, bien qu’« en train de se développer », est encore « insuffisante ».

Fabien Carré
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Travail détaché : Muriel Pénicaud salue l’adoption de textes « importants » - Batiweb

Travail détaché : Muriel Pénicaud salue l’adoption de textes « importants »

Lors du Conseil des Ministres de l’Emploi de l’UE, Muriel Pénicaud, ministre du Travail, s’est félicitée de l’adoption de « plusieurs importants textes » visant à renforcer la lutte contre la fraude au détachement et à mieux protéger les travailleurs européens et français. Elle est également revenue sur le lancement prochain de l’Autorité européenne du travail, une initiative qui permettra aux Etats membres de mieux collaborer pour faire progresser l’Europe sociale.
Carte d’identification : Bati Vigie, pionnier en matière de contrôle sur les chantiers - Batiweb

Carte d’identification : Bati Vigie, pionnier en matière de contrôle sur les chantiers

Alors que la carte d’identification professionnelle des salariés du BTP est en test depuis le 5 décembre dernier, Frédéric Pradal, fondateur de Bati Vigie, partage son expertise sur le sujet. A l’instar de ce dispositif, son entreprise lutte elle aussi contre la fraude au travail détaché sur les chantiers. La carte d’identification professionnelle, de son côté, sera déployée sur l’ensemble du territoire national dans les mois à venir.
Travail illégal : 1 entreprise sur 7 en fraude dans le BTP - Batiweb

Travail illégal : 1 entreprise sur 7 en fraude dans le BTP

Selon un rapport publié par l'Acoss, organisme collecteur des cotisations de Sécurité sociale, près de 14 % des entreprises du secteur de la construction, soit environ une sur sept, ont eu recours au travail illégal en 2013. Les entreprises encourent pourtant 3 ans d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende, en cas de fraude.