Inscrivez-vous à la Quotidienne du Bâtiment

Accueil > Actualités du BTP > Vie des sociétés > Deux repreneurs en lice pour TIM

Deux repreneurs en lice pour TIM

Deux repreneurs en lice pour TIM
TIM, fabricant de cabines d’engins pour chantier, actuellement en redressement judiciaire et qui avait fait parler de lui pour avoir attaqué Caterpillar en justice, va peut-être trouver un repreneur. Deux groupes, Fritzmeier, propriétaire de l’usine de TIM, et Atlas, un client de l’entreprise, sont en effet candidats à la reprise de la société. La décision du tribunal est prévue pour le mercredi 12 juillet.

Vie des sociétés |

Recommander cet article
Imprimer cet article

C’est devant le tribunal de commerce de Lille Métropole que Fritzmeier et Atlas ont défendu leurs offres lundi 10 juillet. Le sujet du jour était la reprise de TIM, qui est en redressement judiciaire depuis le 31 janvier.

En effet, dans la tourmente depuis que son client principal, Caterpillar, a cessé toute prise de commande, le fabricant de cabines d’engins de chantier avait attaqué l'industriel américain en justice le mois dernier devant le tribunal de commerce de Lille Métropole.

Pour Christian John, dirigeant de TIM, Caterpillar est le responsable du redressement judiciaire de l'entreprise. En un an, « le volume des ventes qui représentait 65% du chiffre d'affaires a été divisé par six et le chiffre d'affaires de TIM a ainsi été divisé par deux en douze mois », selon lui.

De 900 salariés au début des années 2010, elle n’en compte aujourd’hui plus que 470.

Les deux candidats au rachat ne sortent pas de nulle part. Fritzmeier est notamment le propriétaire de l’usine de TIM. Atlas, quant à lui, est l’un des anciens clients de l’entreprise. Du côté de Fritzmeier, l’offre consiste à investir 9 millions d’euros et à conserver 280 des 470 salariés. L’offre d’Atlas, plus généreuse, prévoit d’investir jusqu’à 12 millions d’euros, ainsi que de reprendre l’intégralité des ouvriers de la société plus la moitié de ses cadres, soit un total de 446 personnes.

Atlas soutenu par les syndicats

« Je sais que la société est valable et peut être sauvée », a affirmé Fil Filipov, propriétaire de Atlas. « La situation actuelle n’est pas la faute des ouvriers ou des clients, mais celle des dirigeants qui n’ont pas livré les bons produits à temps, alors les clients, ils s’en vont », a-t-il rajouté.

Son offre a en tout cas le soutien de l’intersyndicale de TIM, selon Christophe Fournier, délégué Force ouvrière et représentant des salariés.

« M. Filipov compte préserver nos emplois, c’est très importants. Avec l’offre de Fritzmeier, nous avons quelques doutes », a-t-il déclaré. « Le dirigeant parle de licencier 200 personnes tout en espérant continuer à produire dans de bonnes conditions, il sait que ce n’est pas possible ». Verdict dès mercredi 12 !

F.T (Avec AFP)
Photo de une : ©MaxPPP

Recommander cet article
Imprimer cet article

Vos réactions | 0 réactions

Commenter cet article

Les champs à remplir sont obligatoires pour la publication de votre commentaire.

 

 

Le dépôt de votre commentaire ne nécessite pas d'authentification et sera soumis à la validation de notre modérateur. Veuillez taper les caractères tels qu'ils apparaissent ci-dessous.

Dossiers partenaires :

Visuel Dossiers partenaires

Filtre compact Biomeris à culture fixée sur média...


SEBICO

Le filtre compact Biomeris est destiné à l’assainissement non collectif des résidences principales...
Visuel Dossiers partenaires

KITINOX, LA RÉPONSE CHEMINÉES POUJOULAT POUR LA...


CHEMINEES POUJOULAT

Le foyer insert séduit de plus en plus de particuliers. Plébiscité aussi bien en neuf qu’en rénovation,...

Suivez-nous :

Linkedin
Twitter
Facebook

Les produits de la semaine :