Inscrivez-vous à la Quotidienne du Bâtiment

Accueil > Actualités du BTP > Vie des sociétés > Opération séduction pour la Fédération des Ascenseurs

Opération séduction pour la Fédération des Ascenseurs

Opération séduction pour la Fédération des Ascenseurs
2018 sera une année riche en recrutements pour les ascensoristes ! Dans un communiqué, la Fédération des Ascenseurs indique en effet que 2 500 embauches sont prévues cette année. Une grande campagne de sensibilisation auprès des jeunes a également été lancée. L’objectif : faire connaître « ce vivier d’emploi non délocalisable ».

Vie des sociétés |

Recommander cet article
Imprimer cet article

Dans les grandes métropoles comme dans les villes moyennes, la tendance est à la verticalité, un dynamisme urbain qui semble profiter aux ascensoristes !

Dans un communiqué, la Fédération des Ascenseurs rappelle que les ascenseurs sont le 1er moyen de transport en France sans ticket avec 100 millions de trajets assurés par jour. Pour assurer l’entretien, la maintenance et la sécurité de ce parc représentant 560 000 appareils avec 12 000 ascenseurs neufs installés chaque année, plus de 16 000 professionnels interviennent au quotidien.

« Il s’agit d’une profession de proximité et tournée vers le service, 70% des effectifs travaillant en maintenance », souligne la Fédération.

Un métier qui évolue

L’organisme indique également que la profession fait preuve de flexibilité et qu’elle a toujours su s’adapter aux évolutions de la société. Elle s’est notamment engagée à accompagner les grands enjeux sociétaux en termes de mobilité, d’économie d’énergie, du mieux-vivre et du bien vieillir à domicile.

Pour 2018, le secteur prévoit de recruter 2 500 professionnels, contre 2 000 l’an dernier. « Les mutations de notre profession notamment en matière de transition énergétique et numérique du bâtiment et le remplacement des départs à la retraite nous amènent à anticiper et recruter activement pour préparer les ascensoristes de demain », explique Pierre Hardouin, Président de la Fédération des Ascenseurs.

Outre la vague de recrutements, la profession a annoncé s’être rapprochée de nombreux établissements scolaires à la recherche de nouveaux talents. A travers une campagne de sensibilisation, la Fédération des Ascenseurs veut convaincre les jeunes et leurs parents, de se tourner vers le métier d’ascensoriste. L’objectif est en effet de « faire connaître ce vivier d’emploi non délocalisable ».

Convaincre les plus jeunes

Pour l’année scolaire 2017/2018 par exemple, 16 lycées professionnels (5 en Ile-de-France, 11 en région) proposent la formation « Mention Complémentaire Technicien ascensoriste » avec plus de 200 places disponibles.

En quoi consiste la formation ? La Fédération revient sur le métier de Technicien ascensoriste. Le professionnel est amené à installer, contrôler, entretenir et dépanner l’ensemble des solutions de mobilité verticale existantes dans le parc.

Il intervient dans les immeubles d’habitation, les bureaux, les hôtels, les hôpitaux, les gares, les centres commerciaux… avec des opérations sur l’ensemble des technologies des équipements concernés.

Pour exercer ce métier, il est indispensable d’être polyvalent et de s’adapter en permanence aux différentes étapes de la vie des appareils : installation, mise aux normes, réparation, relation client. Il faut également savoir travailler avec les nouvelles technologies.

La formation « Mention Complémentaire Technicien ascensoriste » permet d’acquérir l’ensemble de ces compétences. Accessible post-bac, cette formation initiale d’un an se déroule entre septembre et juin avec 19 semaines au lycée et 16 semaines de stage obligatoires réparties en 3 périodes de formation. De nombreux établissements proposent également cette formation sous forme d’apprentissage.

« La Fédération des Ascenseurs soutient la Mention Complémentaire ascensoriste, qui permet d’obtenir une formation et un diplôme de l’Education Nationale propres au métier de ses techniciens. Depuis mi-2017, elle confirme une reprise des perspectives d’embauche de jeunes dans la profession », s’enthousiasme Gilles Pierret, Directeur Délégué aux formations professionnelles et technologiques du Lycée Emile Zola à Hennebont (56). 

R.C
Photo de une : ©Fotolia

Recommander cet article
Imprimer cet article

Vos réactions | 0 réactions

Commenter cet article

Les champs à remplir sont obligatoires pour la publication de votre commentaire.

 

 

Le dépôt de votre commentaire ne nécessite pas d'authentification et sera soumis à la validation de notre modérateur.

Dossiers partenaires :

Suivez-nous :

Linkedin
Twitter
Facebook

Les produits de la semaine :