32% d’énergies renouvelables pour l’Union Européenne à horizon 2030 Eco-construction | 15.06.18

Partager sur :
Les négociateurs du Parlement Européen et du Conseil ont adopté mercredi dernier de nouveaux objectifs en matière d’énergies renouvelables pour l’UE, à hauteur de 32% la consommation finale brute d’ici 2030. Pour y parvenir, le principe de ‘’l’efficacité énergétique d’abord’’ sera désormais mis en œuvre dans les différentes décisions de planification énergétique, de politique et d’investissement.
Alors que 100% de la consommation électrique francilienne pourrait être d’origine renouvelable à horizon 2050, l’Union Européenne s’est, elle aussi, dotée d’objectifs particulièrement ambitieux en matière d’EnR.

Le Parlement et le Conseil se sont en effet accordés pour rehausser les aspirations des différents États afin que 32% de la consommation finale brute de l’association politique soit issue des énergies renouvelables d’ici 2030. Au-delà, de nombreuses mesures ont également été annoncées en faveur de l’environnement.

Le principe de ‘’l’efficacité énergétique d’abord’’ sera ainsi appliqué afin « de donner la priorité, dans toutes les décisions en matière de planification énergétique, de politique et d’investissement, à des mesures visant à rendre la demande et l’offre d’énergie plus efficaces », comme l’explique le Parlement.

« Pour la première fois, nous avons mis en place une stratégie cohérente », se félicité le rapporteur sur les énergies renouvelables José Blanco Lopez. « Nous avons découragé les investissements dans la nouvelle production de biocarburants à base de cultures vivrières et nous avons fait pression pour le développement et l’utilisation de biocarburants avancés. »

L’autoconsommation comme accélérateur de la transition énergétique

Les États membres se sont par ailleurs engagés, par un accord provisoire, à encourager l’autoconsommation énergétique. De fait, les ménages concernés pourront notamment vendre leur production excédentaire, être rémunérés pour l’électricité renouvelable qu’ils injectent dans le réseau, et seront exonérés de certains frais sur l’énergie autoconsommée jusqu’en 2026.

« L’accord provisoire prévoit un sous-objectif d’augmentation indicative de 1,3% par an des énergies renouvelables dans les installations de chauffage et de refroidissement, calculé sur une période de 5 ans à partir de 2021 », précise le Parlement.

Les États membres seront eux-mêmes responsables de la vérification des différentes informations relatives à la performance énergétique et la part des EnR dans leurs systèmes de chauffage et de refroidissement. De leur côté, les consommateurs pourront, s’ils le souhaitent, résilier leur contrat de chauffage ou de refroidissement pour passer à des systèmes d’autoconsommation.

« Ce résultat final envoie un signal clair au secteur de l’énergie : les investisseurs savent dans quelle direction se dirige l’UE », affirme Bas Eickhout, rapporteur pour la commission de l’environnement. « De plus, il y aura bientôt une révision pour mettre la législation en conformité avec l’accord de Paris. Nous créons également un certain nombre de conditions qui rendront la production d’énergie propre plus attrayante pour les ménages et les groupes de ménage. »

En attendant, l’accord provisoire réunissant les différents États membres doit encore être approuvé par les ministres de l’Union Européenne et les eurodéputés, avant d’entrer en vigueur 20 jours après sa publication au Journal officiel. Le Parlement précise que les nouveaux éléments de la directive devront être intégrés « d’ici le 30 juin 2021 ».

F.C
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Efficacité énergétique : des objectifs toujours plus ambitieux pour l’Union européenne

Efficacité énergétique : des objectifs toujours plus ambitieux pour l’Union européenne

Le Parlement européen s’est prononcé favorable à un objectif visant à réduire la consommation d’énergie de l’UE de 0,8% par an de 2021 à 2030. En parallèle, la part des énergies renouvelables dans la consommation finale brute de l’Union pourrait atteindre les 32% d’ici à douze ans. Le point sur les principales ambitions évoquées par les eurodéputés.
Le Parlement européen revoit les objectifs climatiques de l’UE à la hausse

Le Parlement européen revoit les objectifs climatiques de l’UE à la hausse

En amont de la Conférence de Katowice sur le climat (COP24), qui se tiendra du 3 au 14 décembre en Pologne, le Parlement européen a appelé jeudi 25 octobre à relever les objectifs climatiques fixés par l’Union dans le cadre de l’Accord de Paris. Entre autres, les émissions de gaz à effet de serre devraient être réduites de 55% à horizon 2030, contre 40% aujourd’hui. Les détails.
L’Europe, nouveau modèle pour la transition vers l’énergie propre ?

L’Europe, nouveau modèle pour la transition vers l’énergie propre ?

La Commission européenne a présenté le 30 novembre dernier un ensemble de mesures répondant à un objectif précis : assurer la compétitivité et l’exemplarité de l’Union européenne en termes de transition vers l’énergie propre. La révision de l’économie de l’UE, la création d’emplois en faveur de la croissance verte, ou encore la réduction des émissions de CO2 sont autant de propositions avancées par la Commission pour atteindre son but.
100 milliards d’euros investis chaque année dans les renouvelables à l’échelle européenne ?

100 milliards d’euros investis chaque année dans les renouvelables à l’échelle européenne ?

« Investir massivement dans la transition énergétique » : c’est ce que propose l’eurodéputé Yannick Jadot, qui réclamait le 20 août dernier un investissement annuel de 100 milliards d’euros à l’échelle européenne pour accélérer le développement des énergies renouvelables. Une nécessité qui, selon lui, répond à des enjeux multiples. Précisions.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter