L'insertion professionnelle fait des émules au Fort d'Entrecasteaux à Marseille Vie des sociétés | 29.11.13

Partager sur :
Après l’inauguration en 2012 d’un Pôle d’insertion et de formation au Fort d’Entrecasteaux à Marseille, 100.000 euros supplémentaires ont été apportés à de nouveaux travaux de restauration. Les bâtiments, déjà aménagés sur 350 m2, ont ainsi pu accueillir 300 m2 d’espaces de formation et d’accueil supplémentaires.

Les travaux au Fort d’Entrecasteaux à Marseille vont bon train. Après l’inauguration en 2012 d’un Pôle d’insertion et de formation sur ce Monument Historique classé du XVIIème siècle, balcon du Vieux Port de Marseille, une seconde tranche de travaux s’achève. Elle a permis l’insertion et la formation de 236 personnes en 2013, ainsi que la restauration des 30% restants des intérieurs de la Demi-Lune Dauphine et la restauration des magasins et de l’intérieur de la Poudrière de la demi-lune de Villeroy. Le siège d’Acta Vista, qui assure l’entretien et la restauration du Fort, sera donc agrandi grâce à l’aménagement de bureaux et d’espaces de formations supplémentaires.

Le Fort d’Entrecasteaux, anciennement propriété du Ministère de la Défense, a été cédé en décembre 2010 à la Ville de Marseille. Il constitue la partie supérieure du Fort Saint-Nicolas. Au XVIIème siècle, bien que la ville fût sous tutelle française, elle affichait une grande indépendance à l’égard de la Couronne et une indifférence aux rappels à l’ordre du Roi Soleil. Celui-ci prit Marseille par la force en 1660. Il s’installa brièvement sur les hauteurs de la rive Sud du port, sur la place de Lenche, afin de rétablir l’ordre dans la ville. Le port fut alors remodelé en profondeur et aujourd’hui, il a gardé quasiment l’aspect qui lui avait été donné.

Un dispositif de défense optimisé par Vauban

Ce Fort est une ingénieuse construction en étoile qui s’adapte au relief tourmenté de cette partie du port. À noter que Vauban y est intervenu plus tard afin d’améliorer le dispositif de défense du site. Dès 1686, la citadelle servit de prison aux soldats condamnés à de courtes peines par les tribunaux militaires. Le 18 mai 1790, une foule de révolutionnaires attaqua le Fort et le détruisit partiellement. Ce n’est qu’en 1834 qu'il fut restauré au moyen de pierres grisâtres, qui tranchent avec les teintes rosées utilisées à l’origine.

Sur ordre de Napoléon III, des travaux routiers scindèrent la citadelle en deux forts distincts, et ouvrirent un boulevard de circulation (aujourd'hui boulevard Charles Livon). En 1969, le site fut classé Monument Historique. En 2003, des travaux de restauration sont entrepris par l’association Acta Vista dans le cadre de chantiers d’insertion.

La Fondation Total, dans le cadre de son partenariat avec la Fondation du patrimoine, soutient le chantier depuis 2008. Les deux partenaires ont apporté une somme de 250.000 euros à la première phase de travaux de trois ans, qui a permis en 2012 la création d’un Pôle d’insertion et de formation professionnelle sur le site, dédié aux métiers du patrimoine et de l’écoconstruction.

Insertion professionnelle et formation qualifiante

Les chantiers d’insertion professionnelle sont doublés d’un plan de formation qualifiante pour leurs bénéficiaires. Depuis 2003, plus de 950 personnes y ont été embauchées ou formées. D’autres phases de travaux sont prévues sur le site. À terme, ce seront plus de 2550 m² qui seront disponibles.

Acta Vista est l’association spécialiste des chantiers de formation aux métiers du patrimoine pour l’insertion professionnelle des personnes les plus éloignées de l’emploi. Fondée en 2002, elle embauche, forme et accompagne vers l’emploi, plus de 300 personnes chaque année sur ses différents chantiers de formation en PACA et Corse.

Inauguration le mardi 3 décembre 2013 à 11h00

L.P  

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La Corderie à Marseille classée au titre des monuments historiques

La Corderie à Marseille classée au titre des monuments historiques

La ministre de la Culture, Françoise Nyssen, a annoncé sa décision de classer les vestiges de la Corderie à Marseille au titre des monuments historiques. Pour rappel, c’est en 2017, à l’occasion de fouilles préventives avant la construction d’un immeuble par Vinci Immobilier, qu’une carrière de calcaire dont l’exploitation remonte au Ve siècle avant JC, avait été découverte. Les habitants s’étaient alors fortement mobilisés pour protéger leur patrimoine. Ils obtiennent aujourd’hui gain de cause.
Palmarès du concours 2013 « Nos moulins ont de l’avenir »

Palmarès du concours 2013 « Nos moulins ont de l’avenir »

Le concours Nos moulins ont de l’avenir, récompense pour la sixième année consécutive, des actions entreprises en faveur de la sauvegarde de moulins traditionnels. Deux prix, dotés chacun de 5.000 euros, sont décernés, qui distinguent à la fois une restauration de qualité et une animation remarquable organisée autour d’un moulin.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter