Inscrivez-vous à la Quotidienne du Bâtiment

Accueil > Actualités du BTP > Législation et règlements > Le manque de connaissances, principal frein au déploiement du Document Unique

Le manque de connaissances, principal frein au déploiement du Document Unique

Le manque de connaissances, principal frein au déploiement du Document Unique
Une enquête de l’Oppbtp réalisée en 2016 a dévoilé que plus de 80% des entreprises artisanales ont réalisé leur Document Unique (DU) mais que seulement 54% ont développé un plan d’action associé. Une nouvelle enquête publiée ce jour vient compléter cette enquête et identifie deux principaux freins au déploiement du DU : le manque de temps et le déficit de connaissances des chefs d’entreprise.

Législation et règlements |

Recommander cet article
Imprimer cet article

Partenaires de longue date, la Capeb, l’Iris-St, l’Oppbtp et la Cnatp dévoilent ce jour les résultats d’une nouvelle étude portant sur le Document Unique. Pour rappel, en 2016, suite à la mise en place par le Gouvernement d’un troisième Plan Santé au travail, l’Oppbtp s’était fixé l’objectif d’accompagner tous ses adhérents dans la mise en place d’un DU et d’un plan d’action associé d’ici 5 ans. L’organisme avait alors mené une enquête auprès de 1 100 entreprises artisanales du BTP pour dresser un bilan complet de l’appropriation du DU par ces entreprises.

Riche d’enseignements, l’étude avait notamment révélé qu’une grande majorité d’entreprises avait réalisé son DU mais que 54% seulement d’entre elles avaient mis en place un plan d’action découlant de ce dernier.

Pour compléter cette étude, une nouvelle enquête a été menée auprès de 885 TPE adhérentes à la Capeb ou la Cnatp. L’objectif : identifier les freins au déploiement du Document Unique et apporter des pistes pour améliorer l’adoption du DU et son efficacité.

Manque de temps et de… connaissances

L’étude confirme celle réalisée par l’Oppbtp en 2016 : une grande majorité de TPE ont effectivement mis en place leur Document Unique d’évaluation des risques professionnels (80%). Pour ce faire, 68% des entreprises interrogées déclarent avoir bénéficié d’une aide extérieure pour la rédaction du DU parmi lesquelles 54% disent s’être appuyées sur leur organisme de prévention (Oppbtp), 36% sur leur organisation professionnelle (Capeb ou Cnatp) et 8% sur un service de santé (Iprp, Médecin du travail, etc.).

Près de la moitié des entreprises sondées déclarent avoir mis plus de 2 jours à réaliser leur DU (46%) et pour une entreprise sur deux, c’est le chef d’entreprise lui-même qui a rédigé seul son Document Unique.

Mettre en place le Document Unique n’a pas été des plus évidents pour les entreprises artisanales qui se sont pour la plupart retrouvées confrontées à des difficultés telles que l’évaluation de chaque risque (66%), le manque de temps (51%) ou encore l’identification des risques (49%).

Concernant les entreprises n'ayant pas encore réalisé leur DU, les principaux freins sont le manque de connaissances (60%), de temps (53%) ou encore d’outil adapté aux petites entreprises (37%).

La prévention, source d’efficacité

Près de 2/3 des entreprises (65%) sont pourtant convaincues que la mise en place d’une démarche de prévention améliore l’efficacité de l’entreprise. C’est d’ailleurs pour cette raison que 53% des chefs d’entreprise artisanale ont présenté le DU à leurs salariés et 59% des TPE du BTP ont mis à jour leur Document Unique.

« Les chefs d’entreprise artisanale sont bien conscients des risques présents sur les chantiers et mettent déjà en place des actions de prévention. Ils sont cependant nombreux à être demandeurs d’un accompagnement afin de les formaliser. Le Document Unique est encore trop souvent perçu comme une contrainte plutôt que comme un réel outil d’optimisation de la performance de l’entreprise ! », déclare Patrick Liébus, président de la Capeb. 

Bien du chemin reste ainsi à parcourir d'autant plus que seulement 34% des entreprises artisanales du BTP ont mis en place un plan d’action de leur DU, « un chiffre qui augmente avec la taille de l’entreprise », précise l’étude. Ce plan compte une moyenne de 5 actions portant principalement sur les chutes de hauteur (68%), les manutentions manuelles (56%) et le risque routier (39%).

Des pistes d’amélioration

Pour accompagner au mieux les entreprises artisanales du BTP, l’étude préconise de simplifier le Document Unique, ses outils et sa méthodologie pour l’adapter aux TPE ; de développer encore plus l’accompagnement des entreprises artisanales du BTP ; d’associer davantage les salariés ; et de promouvoir la prévention comme levier de performance pour l’entreprise.

« L’OPPBTP et les syndicats professionnels jouent un rôle important dans l’aide apportée aux entreprises pour réaliser le Document Unique. Il faut poursuivre et développer ces aides notamment concernant la mise à jour du Document Unique ainsi que la formalisation et l’utilisation du plan d’action associé », conclut Jean-Jacques Châtelain, trésorier de l’Iris-St.

R.C
Photo de une : ©Fotolia

Recommander cet article
Imprimer cet article

Vos réactions | 0 réactions

Commenter cet article

Les champs à remplir sont obligatoires pour la publication de votre commentaire.

 

 

Le dépôt de votre commentaire ne nécessite pas d'authentification et sera soumis à la validation de notre modérateur. Veuillez taper les caractères tels qu'ils apparaissent ci-dessous.

Dossiers partenaires :

Visuel Dossiers partenaires

Evac, une autre vision des réseaux d’eaux usées


Evac

Evac valorise tous vos espaces par la liberté accordée au design des réseaux d’eaux usées.
Visuel Dossiers partenaires

Rénovation d’un pavillon des années 1960 : une isolation...


EDILTECO FRANCE

Pavillon bâti en 1969, près d’Alençon en Normandie, cette maison familiale nécessitait un ravalement complet....

Suivez-nous :

Linkedin
Twitter
Facebook

Les produits de la semaine :