La prévention des risques, une réelle nécessité pour les entreprises françaises Vie des sociétés | 10.03.17

Partager sur :
Malgré les efforts déployés par les entreprises en matière de prévention des risques, Dekra Industrial, spécialiste du secteur, constate toujours « une efficacité limitée faute d’une réelle stratégie dans le domaine ». Le nombre d’accidents recensés ne cesse néanmoins de baisser, les enjeux liés à la prévention étant de plus en plus pris au sérieux par les dirigeants des sociétés.
À l’occasion de la 5e édition du baromètre de la prévention des risques, Dekra Industrial, expert en la matière, a fait part des résultats d’une étude menée auprès de 2 500 professionnels (1 700 en France, 800 en Allemagne), tous secteurs confondus, afin de dresser un état des lieux de leur situation face au risque.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les entreprises sont de plus en plus conscientes des menaces pouvant atteindre les salariés. Ainsi, 16,2% des sociétés interrogées ont déclaré au moins un accident en 2016, contre 19% il y a deux ans. Mieux encore, entre 1955 et 2015, le nombre de sinistres recensés a baissé de 40%.

« Une tendance positive qui […] profite également de la perte de vitesse des secteurs primaire et secondaire accidentogènes (BTP, agriculture, métallurgie…), au profit du secteur tertiaire considéré comme moins risqué (commerces, services-restauration-hôtellerie…) », commente Dekra.

Encore de nombreuses pistes d’amélioration

En revanche, le spécialiste de la prévention note une hausse du nombre d’accidents mortels. Cette dernière serait notamment due au « recours accru à la sous-traitance ou aux intérimaires moins formés que le personnel interne de l’entreprise ». En effet, selon le CNAMTS, les employés sont victimes de 33,9% des accidents du travail, contre 39% du côté des intérimaires.

En parallèle, Dekra Industrial révèle que « 9 entreprises sur 10 ont mis en place un document unique », et qu’elles sont même « 91% à avoir mis ou à vouloir mettre en place des actions de prévention ». Si ces chiffres sont particulièrement positifs, ils peinent à dissimuler une grande inégalité entre les secteurs.

En effet, l’OPPBTP révélait en septembre dernier que 82% des 1 103 entreprises du BTP qu’elle avait interrogées ont déjà réalisé leur document unique. Très en retard sur le sujet, les professionnels de la construction sont 52% à considérer que le DU n’a aucune utilité.

Dekra Industrial, lui, préfère se montrer optimiste, déclarant que de nombreuses entreprises mènent des actions « sans pour autant les formaliser ». Le spécialiste rappelle néanmoins que l’identification en amont des problèmes est le seul moyen de mettre en œuvre les solutions les plus adaptées.

Fabien Carré
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

L’accueil au cœur de la 9e édition de la Journée de la Prévention

L’accueil au cœur de la 9e édition de la Journée de la Prévention

Chaque année, la Journée de la Prévention est l’occasion pour les salariés du BTP de revenir sur les risques professionnels auxquels ils s’exposent et, surtout, sur les gestes à adopter pour les éviter. L’événement, qui prend de plus en plus d’importance, reviendra cette année encore le 29 mars prochain avec une nouvelle thématique mise à l’honneur : l’accueil des salariés, sur le chantier ou à leurs postes de travail. Les détails.
De nouvelles méthodes d’interventions pour traiter le risque amiante

De nouvelles méthodes d’interventions pour traiter le risque amiante

L’année dernière, suite à la signature de conventions relatives au traitement de l’amiante dans le parc social francilien, l’Union sociale pour l’habitat d’Île-de-France (AORIF) signait deux conventions de partenariat et lançait une phase de tests concernant 60 chantiers. Une démarche à l’objectif simple : mesurer le niveau d’émission de fibres d’amiante. Aujourd’hui, l’heure est au bilan.
Prévention : l'OPPBTP alerte sur le risque routier

Prévention : l'OPPBTP alerte sur le risque routier

Décrété grande cause nationale en 2002, le risque routier reste un sujet de préoccupation notoire pour les entreprises du BTP. Néanmoins, si elles sont de plus en plus nombreuses à l'intégrer à leur Document Unique, peu d'entre elles mettent en place un plan d'actions pour le traiter efficacement. Face à ce constat, l'OPPBTP propose un dispositif alliant outils, formations et partenariats afin d'encourager les professionnels à reconsidérer le risque routier.
La Capeb soucieuse du bien-être des chefs d’entreprise du bâtiment

La Capeb soucieuse du bien-être des chefs d’entreprise du bâtiment

Alors que les questions relatives à la Santé et la sécurité au travail (SST) tiennent une importance grandissante, la Capeb a annoncé ce 19 janvier le renforcement de son partenariat avec Garance et IRIS-ST. Le but : mettre en place un dispositif « afin de renforcer la prévention du risque de stress au travail des chefs d’entreprise et conjoints du bâtiment ». Les détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter