Inscrivez-vous à la Quotidienne du Bâtiment

Accueil > Actualités du BTP > Législation et règlements > Un plan de sauvegarde des routes nationales va être lancé

Un plan de sauvegarde des routes nationales va être lancé

Un plan de sauvegarde des routes nationales va être lancé
Alors que le débat sur la limitation de la vitesse à 80 km/h fait rage, l’état des routes nationales comme départementales ne faisait pas jusqu’alors la Une l’actualité. Or la sécurité routière passe aussi par l’état de la chaussée. Un audit récent, pas encore rendu public, a pointé « l’état critique du réseau ». Élisabeth Borne, ministre des Transports a réagi et annonce un plan d’action ambitieux.

Législation et règlements |

Recommander cet article
Imprimer cet article

Le 1erjuillet prochain, la vitesse va être limitée à 80 km au lieu de 90 km/h actuellement sur toutes les routes nationales et départementales à double sens. La mesure a déclenché une tempête dans les territoires qui s’estiment lésés par cette mesure et dont l’enclavement va être aggravé selon les contempteurs de la mesure. Si on peut discuter longtemps de l’opportunité ou pas de cette mesure, il y a un autre facteur très important qui influe la sécurité de circulation sur les routes, c’est leur état.

 

50% des routes en mauvais état

Et dans ce domaine, le réseau secondaire français accuse un gros retard d’investissement. L’association « 40 millions d’automobilistes » alerte depuis un moment les pouvoirs publics et pointe une baisse de 30% des crédits alloués à l’entretien des routes non concédées depuis 5 ans. L’audit remis en avril à Élisabeth Borne, et dont des extraites ont fuité dans la presse, pointe le très mauvais état du réseau. 50 % des surfaces de chaussées seraient à renouveler et un pont sur 10 serait en mauvais état.
 
Cet audit vient conforter les conclusions du rapport Duron1qui affirmait la nécessité d’investissements importants sur les réseaux routiers et ferroviaires de proximité et entre les métropoles régionales. L’état a réduit les investissements d’entretien aussi bien sur la route que pour le rail afin de faire des économies budgétaires. Mais comme le pointe « Routes de France », qui fédère les constructeurs de routes, la route est le premier et le plus ancien des réseaux sociaux. Le sénat s'était aussi inquiété de l'état du réseau routier français lors d'un colloque, en février dernier.

 

1 milliards d'Euros d'investissement par an pendant 5 ans

La ministre des Transports a réagi et a annoncé mardi 15 mai « le lancement d’un plan de sauvegarde des routes nationales »  dès 2019 qui va comporter des investissements importants afin d’améliorer l’état des routes nationales et des ouvrages d’art. Ce plan propose d’investir 1 milliard d’Euros par an pendant 5 ans. Par comparaison, l’état consacre 800 millions d’Euros aux travaux routiers cette année, ce qui était déjà un effort supplémentaire par rapport aux années précédentes. L’objectif est d’augmenter cet effort d’entretien sur la durée.
 
Ceci dit le plan ne portera que sur les routes nationales et laissera le réseau secondaire sans solution à court terme. Les collectivités locales ont aussi réduit les investissements et le député LRM Benoît Simian, cité dans lesechos.fr, déclare« … qu’ il va falloir également trouver une solution pour les routes secondaires, qui ont été les premières à voir leurs budgets d'entretien servir de variable d'ajustement ».
 
« Le gouvernement va très bientôt faire connaître ses choix en matière d’infrastructures » a déclaré la ministre. En effet, elle va présenter dans les prochaines semaines une loi d’orientation sur les mobilités (LOM) qui va « proposer une stratégie d’ensemble ainsi qu’une programmation sincère de nos infrastructures sur les deux prochaines décennies ». 
 
Cela devrait réjouir la FNTP (Fédération Nationale des Travaux Publics) qui s’alertait dès 2015 de l’état du réseau routier français et réclamait déjà des investissements plus massifs. À l’époque, elle annonçait la création possible de plus de 8 000 emplois liés aux activités d’entretien des routes. 
 
 
Régis Bourdot, avec AFP
 
 
1  Philippe Duron est le président du Conseil d’Orientationdes Infrastructures, le COI, auteur d’un rapport sur les « Mobilités du quotidien, répondre aux urgences et préparer l’avenir ». 

Recommander cet article
Imprimer cet article

Vos réactions | 0 réactions

Commenter cet article

Les champs à remplir sont obligatoires pour la publication de votre commentaire.

 

 

Le dépôt de votre commentaire ne nécessite pas d'authentification et sera soumis à la validation de notre modérateur.

Dossiers partenaires :

Visuel Dossiers partenaires

Revêtements de sol caoutchouc nora : La référence...


NORA

Les revêtements de sol caoutchouc nora équipent de nombreux hôpitaux et cliniques à travers le...
Visuel Dossiers partenaires

Ecole fondamentale Les Trèfles / Revêtement de...


ROCKPANEL

La nouvelle école fondamentale Les Trèfles, à Anderlecht (tout près de Bruxelles), forme une...

Suivez-nous :

Linkedin
Twitter
Facebook

Les produits de la semaine :