Plan de relance autoroutier : la création de 8 200 emplois serait en jeu (FNTP) Vie des sociétés | 19.02.15

Partager sur :
Le syndicat patronal du secteur des travaux publics a affirmé jeudi qu'il y avait « urgence" » à débloquer le plan de relance autoroutier. Sa signature définitive fait encore partie des discussions en cours entre l'Etat et les concessionnaires. Pourtant, ce plan pourrait permettre de créer jusqu'à 8 200 emplois dans un secteur en crise selon la FNTP.

Le plan de relance autoroutier, validé par Bruxelles en octobre, n'est toujours pas signé, au grand dam du syndicat patronal du secteur des travaux publics.

Lors d'une rencontre ce jeudi, avec Jean-Paul Chanteguet, président de la commission du Développement durable de l'Assemblée nationale, Bruno Cavagné, président de la FNTP en a profité pour rappeler « qu'il y avait urgence à débloquer le plan de relance autoroutier », a précisé la FNTP dans un communiqué.

« Alors que le secteur des travaux publics s'enfonce dans la crise avec une prévision de baisse du chiffre d'affaires du secteur de 8 %, ce plan représente 21 projets susceptibles de démarrer entre la fin 2015 et 2016 si le dossier est débloqué ces prochaines semaines », selon la même source.

« Ces 21 projets (...) génèreront en année pleine 8 200 emplois pendant la durée des travaux (en moyenne 3 ans) », a plaidé la FNTP.

Des travaux à hauteur de 3,2 milliards d'euros

Pour rappel, le plan de relance autoroutier prévoit un allongement de la durée des concessions des sociétés d'autoroutes, en échange de travaux à hauteur de 3,2 milliards d'euros. Mais sa signature définitive est encore en discussion entre l'Etat et les concessionnaires.

Par ailleurs, les sociétés autoroutières ont déposé un recours devant le Conseil d'État, dénonçant un « excès de pouvoir » après la décision gouvernementale de suspendre la hausse des tarifs des péages de 0,57 % qui devait entrer en vigueur le 1er février, le temps d'attendre les conclusions du groupe de travail sur l'avenir de ces concessions.

En décembre, M. Chanteguet, député socialiste, avait préconisé dans un rapport une « résiliation des contrats en cours » avec les sociétés concessionnaires d'autoroutes (SCA). Ce dossier s'était également emballé après la publication à la mi-septembre par l'Autorité de la concurrence d'un rapport dénonçant la « rente » de ces entreprises depuis la privatisation de 2006, sur fond de péages augmentant plus vite que l'inflation.

Les concessionnaires font valoir de leur côté que leur rentabilité est bien inférieure aux 20 % ou plus évoqués par l'Autorité de la concurrence, car elle doit se calculer sur l'ensemble de la durée des concessions, soit une trentaine d'années.

Filiales pour la plupart des géants français du BTP Eiffage et Vinci, ainsi que de l'Espagnol Abertis, les SCA exploitent 9 048 kilomètres d'autoroutes françaises, sur les 11 882 existants.

C.T (avec AFP)

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Vers un nouveau plan de construction d'infrastructures routières en 2017

Vers un nouveau plan de construction d'infrastructures routières en 2017

En déplacement à Rivesaltes, près de Perpignan, pour le lancement symbolique du « plan de relance autoroutier », le chef de l'Etat François Hollande s'est dit favorable à un nouveau plan de construction d'infrastructures routières locales. Cette proposition, émanant du patron de Vinci Concession Pierre Coppey, pourrait contribuer à la création de 10 000 emplois directs et indirects.
Les entreprises de travaux publics attendent toujours des mesures d'urgence

Les entreprises de travaux publics attendent toujours des mesures d'urgence

Alors que les entreprises de travaux publics sont « à bout de souffle », la FNTP relance le gouvernement sur la nécessité de favoriser l'investissement en infrastructures, avec des « mesures d'urgence ». Selon elle, « si aucune n'est prise rapidement », 60 000 emplois disparaîtront d’ici à 2017. Un nouveau train de mesures économiques doit être présenté mercredi par le Premier ministre.
Le secteur des travaux publics craint un « scénario noir » pour l'emploi

Le secteur des travaux publics craint un « scénario noir » pour l'emploi

La Fédération nationale des travaux publics (FNTP) s'alarme de la baisse à venir des dotations de l'Etat aux collectivité locales. Elle craint en effet un impact direct sur le chiffre d'affaires des travaux publics ainsi que de fortes destructions d'emplois. La fédération table déjà sur un recul de 4 % de l'activité des entreprises de travaux publics cette année et une perte de 12 000 emplois.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter