Inscrivez-vous à la Quotidienne du Bâtiment

Accueil > Actualités du BTP > Vie des sociétés > CISMA et DLR s'unissent pour une utilisation plus sécurisée des grues à tour

CISMA et DLR s'unissent pour une utilisation plus sécurisée des grues à tour

CISMA et DLR s'unissent pour une utilisation plus sécurisée des grues à tour
Alors que le code du travail impose aux entreprises du BTP de maintenir leurs grues à tour en état de conformité, le syndicat des équipements pour la Construction, les infrastructures, la sidérurgie et la manutention (CISMA) et la fédération des matériels de construction et de manutention (DLR) ont croisé leur expertise afin de publier une note d'information sur l'utilisation en sécurité de ces équipements. Présentation de ce document inédit.

Vie des sociétés |

Recommander cet article
Imprimer cet article

D'après l'OPPBTP, les chutes de hauteur sont responsables de 17% des accidents du travail dans le secteur de la construction, loin derrière la manutention manuelle (52%). Pour autant, les chutes demeurent la première cause d'accidents graves et mortels, avec 30 décès recensés en 2015. Des chiffres qui ont de quoi faire pâlir et amènent à réfléchir aux moyens à mettre en place pour prévenir les risques.

Une démarche dans laquelle s'inscrivent justement CISMA et DLR, qui ont observé que « le sujet relatif à l'utilisation en sécurité des grues à tour fait l'objet de nombreuses et intenses discussions dans divers groupes de travail au niveau national, notamment en ce qui concerne le contrôle de maintien de charges ». Forts de ce constat, les deux organismes professionnels viennent tout juste de publier conjointement une note d'information portant sur l'utilisation en sécurité des grues à tour.

Un risque à ne pas prendre à la légère

Plus qu'un simple document à portée préventive, ce dernier débute avec un rappel du contexte actuel. D'une part, « il n'y a aucune obligation pour une entreprise de mettre en conformité ses grues à tour, lorsqu'il y a une évolution de l'état de l'art applicable à des grues plus récentes ». Par ailleurs, les auteurs indiquent que « l'accidentologie portée à [leur] connaissance aujourd'hui ne révèle aucun élément factuel permettant d'indiquer qu'il y a un risque avéré lié au maintien de charges ».

Pour autant, le risque zéro n'existe pas, et il convient donc de vérifier autant que possible l'état technique de l'équipement. Les « exigences essentielles de sécurité de la réglementation » doivent ainsi être respectées afin d'assurer la sécurité de tous. Pour ce faire, CISMA et DLR mettent en garde contre un manque de maîtrise des opérations de maintenance.

« Si dans vos équipes vous ne disposez pas des compétences pour analyser la conformité d'une grue à tour, vous pouvez demander à un bureau de contrôle de réaliser cette vérification de conformité », suggèrent les deux organisations. « Cette vérification de conformité ne doit pas être confondue avec les vérifications réglementaires périodiques, de mise ou de remise en service qui n'attestent pas de la conformité de la grue à tour aux règles techniques qui lui sont applicables. »

Il est également impératif de s'assurer que le matériel est bien entretenu. Le propriétaire de la grue est notamment obligé de réaliser « un entretien approfondi tous les 5 ans si l'on ne peut justifier d'une maintenance en adéquation avec les consignes du constructeur. » DLR et ISMA recommandent ainsi d'effectuer une visite préventive par trimestre, une visite d'entretien à 12 mois, une visite complémentaire à 24 mois (avec changement de pièces si nécessaire), et, enfin, une visite préventive approfondie à 48 mois.

Surtout, les auteurs rappellent qu'un examen doit être mené par l'utilisateur avant le début du chantier, afin de vérifier que la grue est bien adaptée à ce dernier. La note se conclut par un focus sur le risque de dérive de charge, qui, s'il est faible, « doit être pris en compte ».

F.C
Photo de Une : ©Fotolia

Recommander cet article
Imprimer cet article

Vos réactions | 0 réactions

Commenter cet article

Les champs à remplir sont obligatoires pour la publication de votre commentaire.

 

 

Le dépôt de votre commentaire ne nécessite pas d'authentification et sera soumis à la validation de notre modérateur.

Dossiers partenaires :

Suivez-nous :

Linkedin
Twitter
Facebook

Les produits de la semaine :