Alain Plantier réélu à la présidence de l’UNPG Nomination | 06.01.21

Partager sur :
Après un premier mandat de trois ans, débuté en 2017, Alain Plantier a été réélu à la présidence de l’union nationale des producteurs de granulat (UNPG) par le conseil d’administration. Lors de son mandat précédent, il avait notamment souligné l’importance de soutenir les démarches de responsabilités sociétales des entreprises.

Réunissant environ 900 entreprises, l'UNPG est une organisation professionnelle qui représente l’ensemble des entreprises qui extraient et produisent des granulats naturels (sable et graviers) ou recyclés, pour alimenter le secteur du bâtiment et des travaux publics. La plupart de ses membres adhèrent également à l’Unicem (Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction). 

Après avoir été diplômé de l’école des Mines d’Alès, Alain Plantier rejoint le groupe Vicat en 1985. Au sein du groupe, il occupe principalement le poste de directeur général des activités granulats. 9 ans plus tard, il rejoint le groupe Cemex en tant que directeur adjoint de la zone granulats Ile-de-France puis devient, en octobre 2018, directeur général Matériaux Nord France. 

Lorsqu’il est élu président de l’UNPG pour la première fois, en décembre 2017, Alain Plantier promet de défendre l'accès durable de la profession à la ressource minérale, ce qu’il fait. Sous sa présidence, il favorise également l’accompagnement de l'élaboration des nouveaux Schémas Régionaux des Carrières et souligne l’importance de soutenir les meilleures pratiques opérationnelles sur les sites de production ainsi que le déploiement du référentiel de responsabilité sociétale des entreprises (RSE) de la profession. 

Un retentissement pour le secteur 

Avec le contexte sanitaire actuel, liée à la crise du Covid-19, et de son impact sur le secteur, Alain Plantier explique : « Dès les premiers jours de la crise sanitaire, l’UNPG s’était attelée à la réalisation d’un guide de bonnes pratiques pour assurer la santé et la sécurité des salariés, concernant les exploitations de carrières et les plateformes de recyclage. Pour l’UNPG, l’objectif était de soutenir et d’accompagner ses adhérents pour assurer une continuité d’activité partielle des chantiers du BTP, puis de permettre une reprise de l’ensemble du secteur ».

« Aujourd’hui, les résultats nous montrent, sans surprise, un fort impact de la crise sanitaire sur l’activité en 2020. L’année devrait donc se solder par une contraction de l’activité d’environ - 8 % pour les granulats en données brutes. La production de granulats « primaires » (hors recyclage) devrait atteindre fin 2020, 294 millions de tonnes, soit un niveau de 10 % en dessous de la moyenne de ces 10 dernières années. L’UNPG continuera donc, plus que jamais, son accompagnement au plus près de ses adhérents en leur apportant soutien, réponses et outils pour s’organiser au mieux ».

Un second mandat engagé en faveur du développement durable

Depuis plusieurs années, le syndicat fait savoir qu’il est ouvertement engagé en faveur du développement durable. Parmi ses priorités :

  • Continuer de valoriser la maturité de la filière en matière d’économie circulaire et particulièrement en matière de recyclage et de valorisation des déchets inertes du BTP. La constante mobilisation des producteurs de granulats a permis de dépasser, dès 2018, le seuil des 70 % de taux de valorisation fixé par l’Union européenne pour 2020. Les déchets inertes du bâtiment (33,5 millions de tonnes) sont ainsi déjà valorisés à hauteur de 80 %, grâce à un maillage de 1 500 plateformes réparties sur l’ensemble du territoire.
  • Accélérer les connaissances et le partage de bonnes pratiques en faveur des économies d’énergie et de la réduction des gaz à effet de serre. Alain Plantier, durant ce second mandat, poursuivra ces engagements en actionnant et optimisant tous les leviers permettant d’atteindre cet objectif de diminution de l’empreinte carbone, qui passe notamment par le maintien des sites à proximité des zones de consommation afin de fournir des matériaux locaux en boucles courtes permettant de limiter les transports et les émissions de CO2. L’UNPG a d’ailleurs engagé un important chantier de calcul du bilan carbone des activités de la filière.

 

Marie Gérald

Redacteur

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter