Inscrivez-vous à la Quotidienne du Bâtiment

Accueil > Actualités du BTP > Collectivités territoriales > La Société du Grand Paris s’engage à reloger au même loyer les locataires d’un immeuble bientôt détruit

La Société du Grand Paris s’engage à reloger au même loyer les locataires d’un immeuble bientôt détruit

La Société du Grand Paris s’engage à reloger au même loyer les locataires d’un immeuble bientôt détruit
La Société du Grand Paris, en charge de la construction du Grand Paris Express, a annoncé vendredi dernier que les locataires d’un immeuble HLM de Gennevilliers, bientôt rasé pour y bâtir une nouvelle gare, seraient relogés sans augmentation de loyer. Ainsi, une charte engageant les différentes parties a été signée en février dernier, engageant la SGP à combler la différence entre les loyers actuels et futurs durant cinq ans. Explications.

Collectivités territoriales |

Recommander cet article
Imprimer cet article

Alors que la Société du Grand Paris (SGP) annonçait il y a peu le rachat de 29 hectares au groupe PSA afin d’y bâtir le futur Grand Paris Express, un nouveau compromis a été trouvé entre le porteur du projet et les occupants d’un immeuble HLM promis à la démolition.

En effet, le bâtiment, construit en 1972 à Gennevilliers, est appelé à disparaître afin de laisser place à une nouvelle gare de métro. Une situation exceptionnelle pour Philippe Yvin, président du directoire de la SGP.

Une promesse difficile à tenir ?

En outre, une Charte de relogement avait été signée en février dernier dans laquelle la Société du Grand Paris s’engageait à financer la différence entre les loyers actuels et à venir pendant cinq ans. Passé ce délai, l’office public d’habitat serait en charge d’assumer cette dépense.

Un accord qui semble faire l’unanimité du côté de Droit au logement. « C’est la première fois que la Société du Grand Paris, chargée de concevoir et réaliser le futur réseau de super métro, s’engage à financer le relogement avec les mêmes loyers », souligne notamment Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole de l’association.

Pour les résidents, en revanche, c’est la perplexité qui prime. « On nous a dit qu’il fallait quitter l’immeuble en 2018 », témoigne Dalila Karri, présidente de l’association des habitants. « Ici, ce sont des gens modestes. Un T4, c’est un loyer d’environ 600 euros mensuels. Dans le neuf, avec une surface équivalente, c’est environ 1 100 euros : c’est impossible ».

Un argument qui se tient, au vu des prix relevés par l’Observatoire des loyers de l’agglomération parisienne (Olap) en décembre dernier.

F.C (avec AFP)
Photo de Une : ©Fotolia

Recommander cet article
Imprimer cet article

Vos réactions | 0 réactions

Commenter cet article

Les champs à remplir sont obligatoires pour la publication de votre commentaire.

 

 

Le dépôt de votre commentaire ne nécessite pas d'authentification et sera soumis à la validation de notre modérateur. Veuillez taper les caractères tels qu'ils apparaissent ci-dessous.

Dossiers partenaires :

Visuel Dossiers partenaires

Base inédite des Copropriétés Résidentielles


EXPLORE

Expert en data intelligence, la société EXPLORE vient de lancer une base de données recensant les copropriétés...
Visuel Dossiers partenaires

KITINOX, LA RÉPONSE CHEMINÉES POUJOULAT POUR LA...


CHEMINEES POUJOULAT

Le foyer insert séduit de plus en plus de particuliers. Plébiscité aussi bien en neuf qu’en rénovation,...

Suivez-nous :

Linkedin
Twitter
Facebook

Les produits de la semaine :