Inscrivez-vous à la Quotidienne du Bâtiment

Accueil > Actualités du BTP > Collectivités territoriales > La Société du Grand Paris s’engage à reloger au même loyer les locataires d’un immeuble bientôt détruit

La Société du Grand Paris s’engage à reloger au même loyer les locataires d’un immeuble bientôt détruit

La Société du Grand Paris s’engage à reloger au même loyer les locataires d’un immeuble bientôt détruit
La Société du Grand Paris, en charge de la construction du Grand Paris Express, a annoncé vendredi dernier que les locataires d’un immeuble HLM de Gennevilliers, bientôt rasé pour y bâtir une nouvelle gare, seraient relogés sans augmentation de loyer. Ainsi, une charte engageant les différentes parties a été signée en février dernier, engageant la SGP à combler la différence entre les loyers actuels et futurs durant cinq ans. Explications.

Collectivités territoriales |

Recommander cet article
Imprimer cet article

Alors que la Société du Grand Paris (SGP) annonçait il y a peu le rachat de 29 hectares au groupe PSA afin d’y bâtir le futur Grand Paris Express, un nouveau compromis a été trouvé entre le porteur du projet et les occupants d’un immeuble HLM promis à la démolition.

En effet, le bâtiment, construit en 1972 à Gennevilliers, est appelé à disparaître afin de laisser place à une nouvelle gare de métro. Une situation exceptionnelle pour Philippe Yvin, président du directoire de la SGP.

Une promesse difficile à tenir ?

En outre, une Charte de relogement avait été signée en février dernier dans laquelle la Société du Grand Paris s’engageait à financer la différence entre les loyers actuels et à venir pendant cinq ans. Passé ce délai, l’office public d’habitat serait en charge d’assumer cette dépense.

Un accord qui semble faire l’unanimité du côté de Droit au logement. « C’est la première fois que la Société du Grand Paris, chargée de concevoir et réaliser le futur réseau de super métro, s’engage à financer le relogement avec les mêmes loyers », souligne notamment Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole de l’association.

Pour les résidents, en revanche, c’est la perplexité qui prime. « On nous a dit qu’il fallait quitter l’immeuble en 2018 », témoigne Dalila Karri, présidente de l’association des habitants. « Ici, ce sont des gens modestes. Un T4, c’est un loyer d’environ 600 euros mensuels. Dans le neuf, avec une surface équivalente, c’est environ 1 100 euros : c’est impossible ».

Un argument qui se tient, au vu des prix relevés par l’Observatoire des loyers de l’agglomération parisienne (Olap) en décembre dernier.

F.C (avec AFP)
Photo de Une : ©Fotolia

Recommander cet article
Imprimer cet article

Vos réactions | 0 réactions

Commenter cet article

Les champs à remplir sont obligatoires pour la publication de votre commentaire.

 

 

Le dépôt de votre commentaire ne nécessite pas d'authentification et sera soumis à la validation de notre modérateur. Veuillez taper les caractères tels qu'ils apparaissent ci-dessous.

Dossiers partenaires :

Visuel Dossiers partenaires

Formations AIPR - Autorisation d’intervention à...


Ginger formation

Nouvelle réglementation - À compter du 1er janvier 2018, la réglementation française obligera...
Visuel Dossiers partenaires

Filtre compact Biomeris à culture fixée sur média naturel


SEBICO

Le ltre compact Biomeris est destiné à l’assainissement non collectif des résidences principales ou secondaires....

Suivez-nous :

Linkedin
Twitter
Facebook

Les produits de la semaine :