Entre mer et terre, la singulière Casa Santa Teresa Architecture | 19.02.20

Partager sur :
L’architecte Amelia Tavella vient de terminer la réalisation de la Casa Santa Teresa, une charmante maison située sur la route des Sanguinaires à Ajaccio. Un ensemble qui croise astucieusement une vue paradisiaque, un univers charmant et une architecture remarquable.

Amelia Tavella n’est pas à sa première signature de qualité, en effet, la jeune femme tout juste distinguée par le premier Palmarès d’architecture de Corse, livre sur son île natale le chantier de la Casa Santa Teresa, un projet qui respecte l’ancien tout en lui apportant un nouveau souffle.

 

Rebâtir sans se séparer des vestiges du passé

 

C’est une résidence de bord de mer, de couleur blanche, à la situation exceptionnelle que l’architecte Amelia Tavella vient de livrer au plus grand bonheur de ses propriétaires. 

 

« C’est une maison des années 50 qu’il a fallu rebâtir sans se séparer des vestiges du passé : son âme, son esprit. Je crois en la mémoire des murs, à la façon dont elle laisse son empreinte sur un espace. C’est l’histoire du plaisir qu’il fallait retrouver ici. Plaisir des bains, de la nature invasive, de la grande proximité de la plage, des rochers, de la mer méditerranée. La maison est comme extraite de la ville, qui s’efface au profit de la beauté, du silence. Portes pivotantes, alcôves, aucune cloison ne vient empêcher le regard. Je voulais que la beauté circule, que ce soit une invitation à l’horizon, à l’imagination. Les garde-corps sont en corde, les volets sculptés inspirés des persiennes et les portes en châssis laissent circuler la lumière tout en la filtrant quand elle est intense », nous raconte l’architecte.

 

Entre construction traditionnelle et architecture d’aujourd’hui

 

La réalisation habite ainsi le lieu, se l’approprie et écrit une nouvelle ère dont le ton oscille merveilleusement entre les constructions traditionnelles et les traits de l’architecture d’aujourd’hui. La maison est constituée de plusieurs niveaux, le vaste salon, sa cheminée et les chambres hautes reliées par un escalier de bois, tandis qu’à l’extérieur le chemin de dalles mène allègrement vers la plage. L’intérieur est baigné de lumière grâce aux grandes baies vitrées qui ouvre certains espaces sur l’extérieur. Le bois apporte une sensation de chaleur alors que la couleur blanche apporte plus de générosité.

 

©Thibaut Dini

 

Avec sa façade blanche et lisse, ses terrasses fleuries, sa piscine avec vue, la Casa Santa Teresa constitue la maison de villégiature par excellence, un lieu singulier où les limites de l’intérieur et l’extérieur se brouillent par moments et où d’exceptionnelles perspectives nourrissent les rêves de ses habitants. 

 

©Thibaut Dini

 

Et pour conclure, Amelia Tavella déclare : « Mon architecture s’inspire du maquis. Je reprends sa beauté, sa couleur, sa texture, sa densité. À chaque fois je lui rends hommage. Je ne sépare rien. La nature et mes édifices se tiennent sur la même ligne, se répondent. C’est un écho puis une fusion. J’utilise les matériaux de mon île pour la faire renaître à chaque fois d’elle-même. Un seul mot contient et donne l’élan à mon vœu d’architecte : l’éthique ».

 

Sipane Hoh

Photo de une : ©Thibaut Dini

Redacteur

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter