Les palaces parisiens et l'ouverture du Fouquet's Barrière

Architecture | 26.06.06
Partager sur :
Les palaces parisiens et l'ouverture du Fouquet's Barrière - Batiweb
La capacité du marché des palaces parisiens, jusqu'ici limité à 1.100 chambres avec six hôtels, va augmenter de 25% avec l'ouverture du Fouquet's Barrière et d'un autre hôtel, le Shangri-La, place d'Iéna (160 chambres).Les palaces parisiens, un moment en perte de vitesse, ont retrouvé en 2005 , avec la reprise, la faveur des investisseurs étrangers... Le luxe à la française comme un art de vivre.
Lors d'une conférence de presse à Paris, le responsable du cabinet international de services en investissement hôtelier a également fait état de l'extension de 26 chambres du Bristol, ainsi que plusieurs petits projets à l'horizon 2008. Selon lui, les groupes qui investissent dans des palaces "visent une valorisation à long terme", la rentabilité à court terme étant réduite. "Le prix de revient par chambre de ces hôtels, -t-il dit, est de l'ordre de 1 à 1,2 million d'euros, voire davantage".

"Il y a, a-t-il dit, risque de surcapacité" si l'offre se développe davantage, avec des projets de restructuration d'immeubles de bureaux notamment près de la place Vendôme, sous l'impulsion d'enseignes hôtelières très haut de gamme absentes de Paris. "Le marché de Paris n'est pas extensible à l'infini", dit-il.

En province, selon l'expert, une nouvelle génération d'hôtels quatre étoiles apparait dans les grandes métropoles régionales, sous l'impulsion notamment du groupe Radisson, des investisseurs achetant les murs. Radisson, après Boulogne et Disney, ouvrira des hôtels en 2007 à Marseille et Bordeaux.

"La compétition est des plus vives aujourd'hui pour les investisseurs et les groupes hôteliers comme Hilton, Marriott, Raffles, Mövenpick et InterContinental". "La restructuration de l'Hôtel Dieu, à Marseille, est notamment très convoitée." Pour M. Marchal, les transactions hôtelières en 2006 n'atteindront pas le record de 2005 (670 millions d'euros), mais atteignent déjà pour le premier semestre quelque 325 millions d'euros, et pour les portefeuilles d'hôtels environ un milliard d'euros (3,7 milliards en 2005).

Dans la première catégorie figurent notamment l'achat par Marriott du Sofitel Rive Gauche (Accor), pour 100 millions d'euros, ou l'acquisition également à Paris du Park Hyatt Vendôme pour 75 millions. Pour la seconde catégorie figurent entre autres la vente par Marriott de cinq hôtels en région parisienne et la vente des murs de sept hôtels InterContinental, dont le Carlton à Cannes.

Parmi les transactions "100% françaises", on relève la vente des murs de 67 hôtels Accor à Foncière des murs pour 462 M EUR.

Le futur palace parisien Fouquet's Barrière, avenue des Champs-Elysées, face au magasin Louis Vuitton, dont les travaux sont achevés à 75%, sera l'un des rares nouveaux hôtels de grand luxe à s'ouvrir à Paris.

"30% des chambres sont déjà achevées et le mobilier sera installé à partir d'août. L'inauguration aura lieu début novembre", indique Frédéric Vincent, directeur général du futur palace. Les travaux auront duré 18 mois, pour un investissement de 50 M EUR, soit un prix de revient moyen par chambre de 467.000 euros.

Adossé au restaurant Fouquet's, qu'il intégrera et dont la terrasse sera agrandie, l'hôtel a son entrée 46 avenue George V, surmontée d'une marquise. Mardi, il a reçu son grand escalier. Des ouvriers achèvent les 450 m2 de sols du hall, en marbre noir de Chine et marbre blanc de Carrare.

L'établissement, qui comptera 107 chambres dont 40% de suites, est constitué de cinq immeubles acquis séparément, dont deux sur les Champs-Elysées et un, l'ancien hôtel Carré d'Or, rue Quentin-Bauchard. Une façade des années 70 a été recouverte d'un moulage de la façade côté Champs-Elysées.

Sur le chantier, sur lequel travaillent 235 ouvriers, la cour intérieure est déjà recouverte du toit en rotonde du restaurant Diane, du nom de la fille du fondateur du groupe Lucien Barrière. Un mur aveugle sera recouvert de 3.000 branches d'arbre en aluminium. La décoration a été confiée à Jacques Garcia, l'architecte étant Edouard François. L'insonorisation a été poussée très loin, de même que la climatisation, réalisée à partir d'un réseau parisien d'eau glacée. "Nous sommes destinés à une clientèle à 90% étrangère, très exigeante", dit le directeur.

La taille moyenne des chambres est de 40 m2. La plus grande surface sera la suite présidentielle, au dernier étage, légèrement mansardée et donnant sur l'avenue et la cour, modulable de 535 m2 à 1.250 m2, dotée d'une terrasse. L'hôtel possède un Spa et une piscine entourée d'une plage en ardoise qu'installent les ouvriers. "Ce sera la deuxième piscine d'hôtel par la taille après le Ritz", indique M. Vincent.

"Cette implantation à Paris, indique le pdg du groupe Barrière, Dominique Desseigne, était indispensable pour asseoir la notoriété internationale du groupe. C'est aussi un rêve qui se réalise, la récompense de sept ans d'aventure, et d'une stratégie".

"Des rachats d'hôtels existants, comme le Bristol, puis le Prince de Galles, avaient été envisagés, précise M. Desseigne. L'idée du Fouquet's Barrière est venue peu à peu, à la suite d'opportunités, après le rachat du restaurant en 1999. Nous avons eu beaucoup de chance, même si cela n'a pas toujours été facile".

"Aujourd'hui je suis satisfait, poursuit-il. On ne peut rêver de meilleur emplacement, et nous bénéficierons de la marque, de l'histoire du Fouquet's, liée au cinéma. Notre clientèle existe déjà, et nous pourrons aussi créer des synergies avec nos autres établissements, comme le Majestic à Cannes". Le prix moyen d'une chambre est de 750 euros. Il emploiera 350 personnes, dont l'équipe du restaurant Fouquet's.

M. Desseigne estime aussi que l'hôtel sera "le seul hôtel de luxe" parisien à capitaux français, au moins en majorité. Le groupe Barrière est détenu à 51% par la famille Desseigne-Barrière, à 34% par Accor, et 15% par le fonds d'investissement Colony Capital.

Le fonds américain Starwood Capital a racheté récemment le Crillon et le Lutétia à Paris, l'Intercontinental-Paris a été acquis par un fonds singapourien. Marriott a acheté le Plaza Vendôme et le Sofitel-Rive gauche.

Redacteur