Un impressionnant îlot culturel à Clichy-Batignolles Architecture | 26.02.20

Partager sur :
Comme tous les autres îlots de la ZAC parisienne de Clichy-Batignolles, deux équipes dont les architectes de TVK comme mandataires et Tolila+Gilliland comme associés ont travaillé côte à côte sur un intéressant concept qui croise habitations et culture.

Le programme est complexe, il s’agit de faire cohabiter sur une même parcelle un cinéma multiplex de sept salles, un centre d’animation, une salle de spectacle et de danse ainsi que 342 logements (dont 153 logements sociaux, 80 logements à loyer maîtrisé et 109 logements à accession) et les commerces. Un ensemble hétéroclite qu’il a fallu remanier avec tact pour que chaque entité trouve sa place au sein du grand puzzle qu’est le lot 08.

 

Toute surface est valorisée

 

L’îlot culturel des Batignolles est doté d’un emplacement stratégique. Situé à l’extrémité du 17e arrondissement parisien, il jouit d’une exceptionnelle vue sur le parc Martin Luther King et donne sur les ateliers Berthier de l’opéra de Paris qui abritent actuellement le théâtre de l’Odéon. Une situation caractéristique qui, outre les habitations, concentre diverses activités culturelles.

 

Les surfaces sont valorisées ©Cyrille Weiner

 

Au lieu de proposer un projet fermé sur lui-même, les architectes ont opté pour l’ouverture. En effet, le centre d’animation et le cinéma déploient de larges façades vitrées en cœur d’îlot autour d’un passage en plongeon sur le parc. Ce couloir sinueux, entouré d’une abondante végétation permet les rencontres. Plus qu’un jardin intérieur, l’espace constitue une véritable suture urbaine qui forme le cœur même de la réalisation. Ce lieu de passage permet non seulement d’accéder au cinéma et son large espace culturel entièrement vitré donnant sur le parc, mais aussi aux différentes salles logées à l’étage inférieur.

 

Des espaces ouverts ©Cyrille Weiner

 

Le centre d’animation dont la toiture est occupée par un jardin pédagogique, complète le dispositif par une grande salle de spectacle située en sous-sol ainsi qu’une pièce, consacrée à la danse, ouverte sur la rue. Un jardin collectif pour les habitants des logements de l’îlot se trouve sur la toiture du cinéma. Dans leur démarche d’optimisation de tous les espaces, les architectes ont fait de sorte à occuper toutes les toitures qu’elles soient accessibles par le public dans le cas des jardins ou celles, non accessibles, qui comportent les panneaux photovoltaïques.  

 

Un puzzle en 3D

 

Par ailleurs, le projet tire parti de la topographie. Les concepteurs logent une partie importante des équipements mais aussi la totalité des parkings dans un socle partiellement enterré. Trois bâtiments émergent aux angles de ce dernier. L’architecture compose avec les vues adjacentes tout en proposant des espaces généreux répondant aux diverses exigences des différentes constituantes du programme. Chacun des programmes culturels et résidentiels s’ouvre ainsi largement sur le paysage.

 

Concevoir les immeubles de logement jusqu’à 50 mètres est un exercice complexe qui nécessite une réflexion particulière sur l’expression de la hauteur dans la ville. La hauteur comme marqueur par rapport à un quartier mais aussi et surtout comme une solution pratique qui dénoue certaines difficultés. A Clichy-Batignolles, les deux équipes d’architectes ont engendré un projet qui répond au programme, s’inscrit dans son contexte tout en évitant le côté répétitif et statique de la superposition des plateformes. L’idée des trois bâtiments qui partagent un principe commun tout en utilisant les éléments architecturaux des façades pour introduire un mouvement d’ensemble, a réussi à procurer un certain dynamique qui caractérise l’ensemble. Tandis que la couleur sable se caractérise par une progression ascensionnelle s’enroulant tout autour du bâtiment, le bâtiment rose se caractérise par le passage progressif d’une façade plane dans les étages bas à une façade plissée dans les étages hauts. Quant au bâtiment blanc, il est principalement vu en contreplongée. Il propose des sous-faces de balcons sculptées en pointes de diamants dont la géométrie évolue dans les étages. Les architectes nous racontent que « la recherche d’une certaine unité a conduit à utiliser un même matériau pour les façades des trois bâtiments construits en béton préfabriqué. » Il en résulte non seulement une belle homogénéité qui règne sur l’ensemble mais un joli clin d’œil à la minéralité des façades parisiennes. 

 

Des bâtiments aux allures parisiennes ©Cyrille Weiner

 

L’art n’étant jamais loin du projet, un petit coup de cœur pour une œuvre d’art située au cœur du projet. Il s’agit d’une œuvre collaborative portée par l’artiste Stefan Shankland qui présente un protocole de transformation de déchets de chantier.  Baptisée « Marbre d’ici », l’œuvre se forme des gravats qui ont été réduits en poudre, mélangés à du ciment et coulés en strates, bref, il s’agit d’un intelligent recyclage à la fois utile et subtile qui a donné naissance à un nouveau matériau qui présente une sculpture horizontale se matérialisant sous forme d’un cheminement piéton sillonnant le jardin au pied des trois immeubles de l’ilot.

 

A Clichy-Batignolles, les deux agences d’architectures TVK et Tolila-Gilliland ont réalisé un projet remarquable !

 

Sipane Hoh

Photo de une ©Cyrille Weiner

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La FFB présente deux outils pour « mieux valoriser » les déchets de chantier - Batiweb

La FFB présente deux outils pour « mieux valoriser » les déchets de chantier

Alors que le Gouvernement a publié, le 23 avril dernier, sa feuille de route économie circulaire, la Fédération Française du Bâtiment (FFB) annonce le lancement de deux outils à destination des artisans et entrepreneurs. Soutenus par l’Ademe, ils visent à accompagner le secteur dans la valorisation des déchets de second œuvre issus de site de démolition/réhabilitation.
Déchets de chantier : Veolia, Envie et Legendre ont inauguré la 1ère unité de tri de Bretagne - Batiweb

Déchets de chantier : Veolia, Envie et Legendre ont inauguré la 1ère unité de tri de Bretagne

Le 1er février dernier, Veolia, Envie et Legendre ont inauguré TRIVEL, la première unité de tri de déchets de chantier de Bretagne. Implanté au sein du Parc Industriel du Groupe Legendre à Bourgbarré (35), le site ambitionne la réception de 24 000 tonnes de chantiers par an dont 70% pourront être valorisées au sein de filières spécifiques. Le projet, qui a nécessité un investissement de 2 millions d’euros, vient répondre aux objectifs du secteur du BTP en matière de transition énergétique.
Economie circulaire : Cycle Up et Hesus Store annoncent leur partenariat - Batiweb

Economie circulaire : Cycle Up et Hesus Store annoncent leur partenariat

Hesus Store et Cycle Up ont annoncé, le 16 avril dernier, avoir signé un partenariat visant à accompagner les professionnels du secteur de l’immobilier dans le réemploi des matières de chantier. Outre la mise à disposition d’outils digitaux, les partenaires ambitionnent de guider les entrepreneurs dans la transformation structurelle à laquelle ils doivent faire face pour répondre aux enjeux de recyclage.
Économie circulaire : les professionnels du bâtiment se mobilisent  - Batiweb

Économie circulaire : les professionnels du bâtiment se mobilisent

14 acteurs des filières Bâtiment et Déchets vont débuter, le 4 décembre prochain, une étude visant à proposer aux pouvoirs publics, des scénarios pour une meilleure valorisation des déchets issus des chantiers de construction. L’initiative, qui s’inscrit dans le cadre de la feuille de route économie circulaire (FREC) doit notamment venir soutenir le développement des filières de réemploi et de recyclage et contribuer à l’objectif de zéro « dépôts sauvages ».

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter