L'Ademe alerte sur les risques des rénovations « par geste » Développement durable | 26.01.21

Partager sur :
Dans une étude publiée ce lundi 25 janvier, l'Ademe revient sur les risques des rénovations par gestes dissociés, très largement répandues en France, et qui génèrent souvent des pathologies, que ce soit pour le logement, mais aussi en termes de santé des habitants. L'organisme prône à l'inverse des rénovations globales performantes avec une vision d'ensemble et réalisées en une seule étape.

L'Ademe est à l'origine d'un rapport sur la rénovation performante par étape, publié ce lundi 25 janvier.

 

Dans cette étude, l'agence prône des rénovations globales, prenant en compte les 6 postes de travaux primordiaux (isolation du sol, des murs, de la toiture, menuiseries extérieures, ventilation et chauffage) tout au long du processus, avec une vision d'ensemble pour que ces travaux soient réalisés dans le bon ordre et idéalement en une seule étape.

 

Pour l'organisme, une rénovation peut être considérée comme « performante » lorsque le bâtiment atteint au minimum un niveau de performances BBC ou équivalent (80 kWh/m2 par an), qu'il présente une qualité de l'air intérieur saine, et qu'il reste confortable été comme hiver.

 

L'Ademe définit très exactement une rénovation « performante » en ces termes : « un ensemble de 6 postes de travaux (isolation des murs, du sol, de la toiture, menuiseries extérieures, ventilation et chauffage), qui permet d’atteindre une consommation « BBC rénovation » ou équivalente (soit une classe énergétique A ou B), sans mettre en danger la santé des occupants, en préservant le bâti de toute pathologie liée à ces travaux et en assurant le confort thermique et acoustique été comme hiver ».

 

Des rénovations par geste qui ne permettent pas d'atteindre des performances satisfaisantes

 

Selon la synthèse de cette étude, les rénovations actuelles « par geste » ne seraient en revanche pas assez efficaces pour parvenir à un niveau de performances rénovation BBC ni aux objectifs fixés dans la Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC) en termes de réduction des consommations du parc bâti à l'horizon 2050.

 

« L’addition simple de travaux qualifiés de « travaux BBC-compatibles » n’est pas suffisante pour l’atteinte du niveau de performance BBC rénovation ou équivalent à terme, en moyenne sur le parc », tranche l'Ademe.

 

Des risques pour le logement et ses habitants

 

L'organisme déconseille donc ces travaux par étapes (notamment au-delà de 3 étapes) car ils génèrent souvent de l'inconfort et des surcoûts pour les habitants, mais aussi de nouvelles pathologies pour le logement (humidité, moisissures...). Malheureusement, les Français, par manque de budget, réalisent souvent ce type de rénovations par geste, en fonction des besoins prioritaires (remplacement de chaudière...) et des aides disponibles.

 

L'Ademe appelle donc à développer la communication autour de ces sujets pour informer les propriétaires et leur permettre de faire des choix éclairés.

 

L'intégralité de l'étude est accessible ici.

 

Claire Lemonnier

Photo de une : Adobe Stock

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La rénovation énergétique au cœur des « Défis Bâtiment Santé » 2019  - Batiweb

La rénovation énergétique au cœur des « Défis Bâtiment Santé » 2019

Depuis 2011, les Défis Bâtiment Santé s’attachent à faire progresser le sujet de la santé dans le bâtiment. Cette année, l’événement soulignera les bénéfices d’une approche globale de la rénovation énergétique. Santé, bien-être, environnement, énergie sont autant de thèmes qui seront abordés. Deux temps forts marqueront l’édition 2019 : les Trophées Bâtiment Santé et le Colloque qui sera organisé le 4 juillet prochain au CAP SMA à Paris.
Rénovation : Nexity et le Plan Bâtiment Durable signent un « Green Deal » - Batiweb

Rénovation : Nexity et le Plan Bâtiment Durable signent un « Green Deal »

Nexity et le Plan Bâtiment Durable ont annoncé avoir signé un « Green Deal ». L’objectif, accélérer la rénovation énergétique des copropriétés. A travers ce contrat, la société immobilière s’engage notamment à mettre en place un guide à destination de ses clients pour les aider à identifier les travaux efficaces. Des formations seront également imparties à l’ensemble des gestionnaires de copropriété du Groupe.
Lancement d’une campagne pour FAIRE de la rénovation, une priorité pour tous - Batiweb

Lancement d’une campagne pour FAIRE de la rénovation, une priorité pour tous

Dans le cadre du plan de rénovation, le Gouvernement et l’Ademe lancent FAIRE, une grande campagne de mobilisation en faveur de la rénovation énergétique des bâtiments. Alors qu'en France, le marché de la rénovation progresse timidement, cette nouvelle initiative parviendra-t-elle à booster l'activité ? Pour rappel, le bâtiment est à l'origine de 27% des émissions de gaz à effet de serre, et représente à lui seul 45% de l'énergie finale consommée.
Seuls 25% des travaux de rénovation ont un impact énergétique « significatif » (Etude)  - Batiweb

Seuls 25% des travaux de rénovation ont un impact énergétique « significatif » (Etude)

Il y a quelques jours, l’Ademe a dévoilé les résultats d’une enquête réalisée auprès des Français qui ont rénové leur logement. Intitulée TREMI, l’étude révèle qu’entre 2014 et 2016, 5,1 millions de ménages ont réalisé des travaux pour un coût moyen de 11 750 €. Si 83% d’entre eux estiment avoir amélioré le confort thermique de leur logement, l’Ademe indique que seuls 25% des travaux ont eu « un impact énergétique significatif ». Précisions.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter