Quand les lois donnent naissance à une pluie de nouveaux métiers Législation | 18.02.02

Partager sur :
Il est fréquent que des nouvelles lois limitent ou suppriment d’anciennes professions. Or, récemment, trois lois successives ont donné naissance à une série de nouveaux métiers
Les métiers liés à l’aménagement du territoire sont en train de vivre une petite révolution. En effet, la réforme en profondeur du rôle des collectivités locales et territoriales, par les lois Chevènement, SRU et Voynet, a donné naissance à toute une série de nouveaux métiers et par là même à des milliers d’emplois. Pour l’essentiel, ces nouveaux métiers portent sur l’étude et le montage des dossiers sur lesquels les collectivités doivent s’appuyer afin de répondre aux différentes réformes. Ainsi, pour satisfaire à la loi Chevènement qui renforce l’intercommunalité, les communes recrutent tout azimut des compétences dans les domaines des transports, de l’habitat ou de l’environnement. Dans le même registre, la loi du 25 juin 1999, sur le développement durable, dite "loi Voynet", institutionnalise la notion de pays et par la même ses structures de gestion. Pour y faire face, les organismes intercommunaux se tournent actuellement vers les écoles, afin de recruter les futurs experts dans les différentes spécialités concernées par cette nouvelle organisation. Parallèlement, la loi du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbain (SRU) donne naissance au SCOT (schémas de cohérence territoriale) et au PLU (plans locaux d’urbanisme), autant d’outils nouveaux pour lesquels sont créées également de nouvelles spécialités professionnelles. Dans les faits, c’est d’abord un vaste appel d’air qui concerne les ingénieurs, les architectes et les techniciens compétents ou attirés par les problèmes urbains. Viennent ensuite les spécialités concernant les études. Dans ce domaine, les collectivités intensifient les offres envers les étudiants des différents instituts d’études politiques mais aussi des facultés de lettres, notamment celles formant des géographes. Pour accélérer le mouvement, nombre de structures publiques font également appel aux agences d’urbanisme, qui à leur tour recrutent à tour de bras dans les écoles et les universités. Bien que l’ampleur du mouvement ne soit pas encore évaluée, c’est sans doute plusieurs dizaines de milliers d’emplois, concernant les nouveaux métiers de l’aménagement, qui vont être créés à court terme. Ainsi, les directeurs d’études, chargés de recherche spécialisés et autres analystes de l’intercommunalité pourraient bientôt devenir les "golden fonctionnaires" des collectivités territoriales.
Redacteur

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter