Focus sur CCF, la façade double peau à cavité fermée signée Wicona Nouveaux produits du BTP | 03.12.18

Partager sur :
Alors que les consommations énergétiques et le confort des occupants font partie des enjeux auxquels se doit de répondre le secteur du bâtiment, les façades double peau intéressent de plus en plus les maîtres d’ouvrage. En effet, en plus d’offrir de belles performances thermiques et acoustiques, elles permettent une maîtrise des apports solaires. Pour en savoir plus sur ce type de façades, nous avons décidé d’interroger Wicona. L’industriel s’est notamment distingué grâce à CCF, une façade « élément » double peau à cavité fermée et complètement étanche.

Peu répandue jusqu’au début des années 2000, la façade double peau connaît aujourd’hui un succès grandissant. Pourquoi tant d’engouement ? « Les principaux avantages des façades double peau par rapport aux façades classiques est qu’elles permettent de bonnes performances thermique, acoustique et en termes d’étanchéité à l’air, tout en faisant bénéficier des apports solaires et lumineux », détaille Wicona. « En parallèle, elles offrent de multiples possibilités architecturales de par leur géométrie, leur adaptabilité et leur esthétisme variables ».

Elles viennent également répondre à la RT2012 et anticipent la Réglementation environnementale RE2020 qui devrait faire du confort et du bien être des occupants, une priorité.

Une solution « très technique »

Si les façades double peau se démocratisent, leur mise en oeuvre reste « très technique ». « Cela a des avantages et des inconvénients, notamment en termes de surface utile pour la zone tampon ou encore d’accessibilité à cette dernière pour les opérations de maintenance ultérieures ».

Elle est également « sensible (…). Si cela n’est pas fait dans les règles de l’art, cela peut créer des désordres (condensation par exemple), qui impliquent des coûts de réparation, d’entretien et de maintenance ». « En somme », « la mise en oeuvre doit se concevoir de façon globale en intégrant les paramètres techniques, esthétiques et de préservation optimale des surfaces utiles », souligne Wicona.

Pour rassurer les acteurs du secteur et accompagner le développement du système, l’industriel estime qu’il faut « vulgariser » cette solution « par l’adoption d’un standard permettant une approche « gamme » de ce produit. Cela devrait permettre à certains clients de mieux l’appréhender ».

En quoi consiste une façade double peau ?

« Une façade double peau classique se compose d’une façade simple traditionnelle doublée à l'extérieur par une façade essentiellement vitrée, afin de réduire les déperditions énergétiques et optimiser l’isolation phonique ».

« La protection thermique est rendue possible grâce à l’effet de serre induit entre les deux parois, qui sert à réchauffer les pièces et créer une ventilation naturelle du bâtiment. Les façades double peau permettent de créer une enveloppe autour du bâtiment, en créant un espace « tampon » sous forme de canal d’air ».

La façade CCF, performante et design

En 2015, à l’occasion du salon Batimat, Wicona a présenté CCF, une façade « élément » double peau à cavité fermée et complètement étanche. De quoi s’agit-il ?

« La Closed Cavity Façade (CCF) assure le contrôle automatique de la circulation et de la pression de « l’air sec » dans l’ensemble des modules du bâtiment », précise Wicona.

Les modules CCF préfabriqués en atelier se composent de deux parois étanches avec à l’extérieur, un vitrage simple, et à l’extérieur, un double ou triple vitrage. Entre les deux volumes verriers, on intègre un store à lames ou une toile. Le moteur du store est positionné à l’extérieur du module « pour un accès et une maintenance facilitée sans perturber la qualité de l’air sec emprisonné dans la cavité ».

Closed Cavity Façade - ©Wicona

Closed Cavity Façade - ©Wicona

« Concrètement, dans la CCF, deux volumes d’air se mixent. L’air humide (infiltrations) se mélange à l’air sec injecté (conditionné par une unité centrale placée à l’extérieure du module). La température du volume d’air mélangé doit toujours être supérieure à la température de surface la plus froide à l’intérieur de la cavité (en général face 2 du vitrage) permettant ainsi d’éviter un point de rosée trop faible et le phénomène de condensation », détaille la société.  

Ses caractéristiques et performances sont à souligner. Par rapport aux façades double peau traditionnelles, « le particularisme de la CCF tient à sa construction compacte, ce qui permet de réduire l’épaisseur jusqu’à 50%, ce qui a notamment un impact sur les surfaces commercialisables ».

L’innovation se distingue aussi de par son efficience énergétique optimale (Uw = 0,6 W/m²K ; Ug = 0,5 W/m²) et sa grande protection acoustique (Rw = 48 dB). Les apports solaires et l’utilisation optimale de la lumière naturelle en font également un produit différenciant. Sans oublier, « sa protection efficace contre le soleil et l’éblouissement, réglable et positionnable indépendamment des intempéries » et bien sûr « son design élégant ».

Répondre aux attentes du secteur

Alors que le secteur du bâtiment doit réduire son empreinte carbone, la façade CCF se présente comme une réponse à ce défi. C’est d’ailleurs l’une des raisons de son développement. Wicona rappelle que le bâtiment est responsable de 43% des consommations d’énergie finale et de plus de 20% des émissions de gaz à effet de serre (source Ademe). « Le parc tertiaire représente quant à lui un tiers de ce bilan, d’où la nécessité d’engager rapidement des actions de rénovation énergétique ».

« L’enveloppe du bâtiment joue un rôle crucial dans cette quête d’aménagement urbain durable, performant et optimisé en termes d’encombrement. C’est à cette équation complexe que propose de répondre la technologie de façade à cavité fermée (façade CCF) de WICONA, qui démontre ici comment conjuguer conception de façade et gestion de l’enveloppe du bâtiment. »

Ecole secondaire d’Horw - ©Franz Rindlisbacher


Ecole secondaire d’Horw - ©Franz Rindlisbacher

La CCF correspond également aux attentes des professionnels de par ses caractéristiques techniques qui permettent à la fois « des constructions économiques, un gain de surfaces utiles, des temps de montage réduits et des durées de construction plus courtes grâce à un degré de préfabrication élevé en atelier. Concrètement, sur le chantier, il « suffit » de les juxtaposer ou de les superposer selon les besoins ». Les coûts de nettoyage, de maintenance et d’exploitation du bâtiment sont en outre fortement réduits.

La façade double peau à cavité fermée signée Wicona peut se positionner sur divers projets : « Ce peut être un grand projet par le volume, mais aussi sur des projets plus modestes en taille mais qui par leurs situations peuvent être appropriés, par exemple des centres urbains de grand standing au coût au m2 très élevé ».

Actuellement quatre chantiers intègrent ces solutions. « Ces derniers sont implantés à l’international et concernent tant des établissements recevant du public (magasins, écoles, universités) que de l’immobilier tertiaire ».

«Nous constatons un véritable intérêt de la part des professionnels sur la solution CCF, sur tous types de marchés, tant dans le neuf que la rénovation », souligne enfin Wicona.

Des techniques approuvées

La façade CCF a déjà été sollicitée sur deux chantiers : « Le premier projet était un projet de rénovation d’un bâtiment pour une compagnie d’assurance situé à Zurich. Ce dernier mettait en œuvre une façade CCF d’environ 5 000 m2 comportant des angles arrondis qui sont également conçus en appliquant la technologie CCF. La livraison a eu lieu fin 2015 ».

Le deuxième est la rénovation de l’école secondaire d’Horw en Suisse: « La rénovation de l’école secondaire d’Horw est une réussite grâce au système de façade CCF de WICONA (343 éléments) qui permettent désormais au bâtiment de satisfaire pleinement au standard Minergie. De plus, sur ce chantier, la CCF a embarqué un tissu spécial doté de particularités optiques pour une transmission lumineuse et énergétique optimales (tissus SEFAR® Architecture VISION). Il en résulte que les 260 élèves de l’établissement disposent désormais d’un environnement scolaire totalement revalorisé. »

Rose Colombel

Redacteur

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter