Groupe Bouygues et TF1 confirment leur intérêt pour la presse écrite Vie des sociétés | 09.07.04

Partager sur :
Ce matin, l'entrée de groupe Bouygues et de sa filiale TF1, à hauteur de 5% chacun dans le capital du groupe de presse Socpresse (Figaro, Express Expansion, Progrès..) détenu par Serge Dassault, faisait les gros titres de la Presse économique. Mais au delà des effets financiers, quelles seraient les raisons d'un tel rapprochement minoritaires entre le plus gros groupe de télévisions françaises et le plus gros groupe de presse en France?
Lors d'un CE extraordinaire de TF1 mercredi matin, Patrick Le Lay, PDG du groupe TF1, a annoncé ce projet très attendu. L'opération ne serait pas pour autant encore signée. De source proche du dossier, on précise que "les conseils continuent à travailler ensemble" mais que "cela peut durer un certain temps".

Ce rapprochement, intervenant 3 semaines après que L'industriel Dassault soit devenu officiellement propriétaire, également de 82% du capital de cet empire de presse fondé par Robert Hersant, viendrait en complément du rachat partiel de la chaîne TMC. TF1 aurait, en effet, acquis 40% du capital de TMC, AB Group une participation équivalente tandis que la Principauté de Monaco hériterait des 20% restants.

La Socpresse compte plus de 70 titres, notamment les fleurons Le Figaro, L'Express, L'Expansion et de nombreux quotidiens régionaux. Présente dans la presse nationale, régionale et magazine, la société engrangerait actuellement "des revenus publicitaires proches de 500 millions d'euros en comptant les petites annonces". Cette alliance permettrai donc de dégager des synergies en terme de régie publicitaire mais également de faciliter le maillage au niveau local de TF1. Celui ambitionnant de lancer plusieurs chaînes locales qui sont appelées à se généraliser sur la ' TNT ' à l'horizon 2007.

TF1 domine déjà, la pub télévisée avec une part de marché qui avoisine 55 % et représente "un sixième de l'investissement publicitaire total dans les médias français, qui s'est chiffré, en 2003, à 9,4 milliards d'euros", observe "Le Monde".

En 2004, la chaîne privée vise 5 à 6 % de croissance dans ce domaine. En 2003, cette croissance a atteint 2,4 % à 1,5 milliard d'euros. L'entrée de secteurs jusqu'alors interdits de pub à l'antenne: édition, presse, cinéma et surtout grande distribution, domaines qui investissaient jusque là beaucoup dans la presse régionale, devrait aussi accroître cette position de leader.

"Bouygues, présent dans la téléphonie, dans TF1, ne peut plus développer grand chose dans la télé à cause de la francophonie, même s'il peut acheter une thématique ici ou là. Son développement normal est la presse écrite, comme il l'avait laissé entendre lors de son entrée au capital du quotidien gratuit "Metro" (où la chaîne privée possède depuis septembre 2003 34,3%), note un bon observateur du secteur, cité par l'AFP.

Avec cette prise de participation, la première chaîne confirme donc son intérêt dans la presse écrite.

  • Achat de 34,3 % du gratuit Metro en 2003,
  • En juin, Co-édition avec Européenne de publications, du magazine "Téléfoot", du nom de son émission, pour l'Euro 2004 de football.
  • Lancement de "Ushuaïa", du nom de l'émission de Nicolas Hulot (150.000 exemplaires),
  • Editions de plusieurs magazines : "Star ac Mag" (201.000 exemplaires), "Téchou" (pour les tout-petits), "Star fifteen" (adolescents).
  • Le 7 juillet, TF1 et le site meetic.fr doivent lancer "MeeticLove", "premier magazine de la rencontre".
Redacteur

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter