La blockchain investit le secteur du BTP Vie des sociétés | 26.02.19

Partager sur :
Alors que la Direction générale des entreprises (DGE) a lancé, le 11 février dernier, une consultation sur la blockchain, la SRIA annonce avoir signé le « 1er » contrat du genre pour un marché public global de performance avec un groupement mené par GTM Bâtiment Aquitaine, filiale de Vinci Construction. Pour ce faire, elle a fait appel à ContractChain©, une société novatrice incubée au sein d’in’li Lab, spécialisée dans l’authentification des documents contractuels.

La SRIA, filiale de l’Université de Bordeaux, de l’Université Bordeaux Montaigne, de la Région Nouvelle Aquitaine et de la Caisse des Dépôts, annonce avoir signé le 1er contrat blockchain pour un marché public global de performance avec un groupement mené par GTM Aquitaine, filiale de Vinci Construction. 

La société, qui assure la maîtrise d’ouvrage d’opérations immobilières ou d’aménagements d’espaces publics pour le compte des universités de Nouvelle Aquitaine, entend ainsi profiter pleinement des opportunités d’usages innovants offerts par cette technologie de registre distribué. 

En effet, la blockchain permet de garder la trace d’un ensemble de transactions et un échange de documents sans l’intervention de tiers. 

Un contrat numérique pour sécuriser les données

D’une durée de 12 ans, le contrat blockchain consiste en la conception/réalisation, exploitation et maintenance d’un bâtiment de recherche de l’opération Campus de Bordeaux. Pour cette initiative, la SRIA a fait appel à ContractChain©, une société innovante incubée au sein d’inli’ Lab, qui s’est spécialisée dans l’authentification des documents contractuels. 

Comment ça fonctionne ? Les documents qui sont échangés pendant la mise au point sont authentifiés par le client sur la plateforme ContractChain©. Une fois le contrat numérique créé, le cosignataire peut s’assurer de la conformité de son contenu. « La signature, résumée à quelques documents, devient une simple formalité ».

ContractChain© se charge d’examiner le contenu de chaque fichier, calcule une empreinte sécurisée et dépose cette seule empreinte sur la blockchain. La plateforme fournit alors à ses clients des preuves d’intégrité et les détenteurs des documents peuvent à tout moment s’assurer ou prouver leur authenticité. 

Si la signature d’un contrat s’effectuait « toujours en aveugle », la blockchain permet aujourd’hui d’éviter les erreurs et de garantir la confidentialité des données. « Le doute n’existe plus, l’intégrité est avérée, la confiance est implicite. L’accord est réputé parfait », estime Christophe Carminati, co-fondateur de ContractChain©. 

Le contrat se veut conforme aux exigences du code-civil, du code des marchés et bien sûr exploitable pendant toute sa durée d’existence. 

Nicolas Flament, président de la SRIA, déclare : « Nous nous félicitons de l’efficacité du procédé ContractChain©. Nous avons réalisé d’importantes économies sur les frais d’impression. De plus, le contrat a pu se signer avec des annexes sous format d’origine (entre-autre BIM), permettant ainsi de mieux garantir la qualité de l’ouvrage ainsi que sa future exploitation/maintenance ». 

R.C
Photo de une : ©Raguenau et Roux/Hobo architecture

Redacteur

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter