Six mois après le tsunami, l'UE et l'Onu veulent accélérer la reconstruction

Vie des sociétés | 27.06.05
Partager sur :
Six mois après le tsunami, l'UE et l'Onu veulent accélérer la reconstruction - Batiweb
L'Union européenne et les Nations unies, satisfaites de la gigantesque opération humanitaire engagée après le tsunami qui a ravagé l'Asie du sud il y a six mois, veulent accélérer la reconstruction et s'inquiètent d'une générosité à géométrie variable des donateurs.
La présidence de l'UE et la Commission européenne ont appelé à presser le pas de la reconstruction, à l'issue vendredi à Luxembourg d'une réunion conjointe avec l'Onu destinée à faire l'inventaire des actions entreprises depuis le 26 décembre 2004.

"La reconstruction démarre lentement, à vitesse différente selon les pays. Il faudra tout faire dans les mois à venir, pour que nous retrouvions au niveau de la phase de reconstruction l'efficacité qui a caractérisé la phase humanitaire", a pointé Jean-Louis Schiltz, ministre luxembourgeois de la Coopération.

"Nous devons mettre la pression sur les gouvernements pour qu'ils avancent dans cette perspective. Je ne veux pas que dans un an, trois ans ou quatre ans, on voit des images de victimes dans des camps", a renchéri le commissaire européen au Développement et à l'Aide humanitaire Louis Michel. Selon M. Schiltz, l'aide européenne s'est élevée à 2,3 milliards d'euros (585 millions d'aide humanitaire, 1,53 milliard pour la reconstruction).

Mais si 85% des fonds humanitaires pour 2005 ont déjà été déboursés, il n'en va pas de même pour l'argent de la reconstruction (seulement 9%).

Le secrétaire général adjoint de l'Onu aux questions humanitaires, Jan Egeland, a souligné le travail de longue haleine à venir, au regard de l'ampleur d'une catastrophe qui "en cinq à dix secondes a détruit des milliers de communautés et fait 225.000 morts et disparus".

Insistant sur l'urgence à mettre en place un système d'alerte précoce pour éviter la répétition de telles catastrophes, il a estimé qu'un tel système devrait commencer à fonctionner "dès cette année" dans certains pays riverains de l'Océan indien, et couvrir en 2006 l'ensemble de la région. Appuyé par ses interlocuteurs européens, M. Egeland s'est aussi livré à un vigoureux plaidoyer pour la création d'un fonds de prévention qui permette à l'avenir aux Nations unies d'intervenir le plus rapidement possible en cas de crise humanitaire n'importe où dans le monde.

"Nous n'avons aucune visibilité dans notre système humanitaire... Nous espérons disposer à l'avenir d'un fonds d'urgence au sein des Nations unies qui puisse apporter un minimum de réponse", a-t-il dit. Tout en se félicitant de l'élan de générosité "exceptionnel" pour les victimes du tsunami, M. Egeland a souligné à l'opposé les faibles moyens dont dispose l'Onu pour agir dans d'autres zones du globe.

"En fait, vous avez de la chance aujourd'hui si vous êtes une victime du tsunami plutôt qu'une victime des crises en Afrique", a-t-il fait remarquer.

"Nous avons plus d'argent pour le tsunami dans l'Océan Indien que pour toutes les autres urgences dans le monde. Nous n'avons pas assez pour le Niger, pour la Côte-d'Ivoire, pour le Congo, pour la plupart des urgences en Afrique", a-t-il expliqué. Le secrétaire général adjoint des Nations unies et ses interlocuteurs européens ont tiré un bilan plutôt satisfaisant des actions menées à ce stade au plan strictement humanitaire après le tsunami.

M. Schiltz s'est félicité d'une "couverture adéquate des besoins", hormis pour les "contributions en nature" qui se sont fréquemment soldées par l'envoi de matériels inadaptés.

Le ministre luxembourgeois s'est également réjoui de la "bonne coordination" internationale. "Tout le monde a accepté que les Nations unies prennent la direction des opérations. Je crois que cela doit être la règle pour toutes les crises de ce type", a-t-il déclaré.

Redacteur