Dans la vente échelonnée, contrôler avant de payer Vie pratique | 05.10.18

Partager sur :
La vente échelonnée, toujours une bonne idée ? Pas nécessairement, à en croire la Cour de cassation. En effet, l’acquéreur d’un bien immobilier neuf doit toujours s’assurer que la banque verse bien les fonds selon l’état d’avancement des travaux, sous peine de voir cet argent perdu dans le cas où l’opération ne serait pas menée à son terme. Les détails.
En cas d'achat d'un bien immobilier neuf, il peut être risqué de laisser la banque verser les fonds au fur et à mesure de l'avancement des travaux.

L'acquéreur, qui est également l'emprunteur, prend seul le risque financier lié à ce procédé, a rappelé la Cour de cassation.

Un couple ayant acheté un logement "en l'état futur d'achèvement", c'est à dire un logement neuf non encore bâti, s'est trouvé totalement perdant dans l'opération, parce qu'il n'avait pas vérifié lui-même que les appels de fonds adressés à la banque était bien justifiés par l'évolution du chantier.

La banque, selon la Cour, n'a pas à vérifier la réalité de ce que lui demande le vendeur dès lors que ses clients lui ont donné mission de payer celui-ci au vu de ses attestations d'avancement des travaux.

Lorsqu'il est apparu que le chantier prenait beaucoup de retard, le couple qui ne pouvait toujours pas percevoir les loyers espérés, a fini par saisir la justice en réclamant l'annulation, "la résolution" de la vente. Ce qui implique la remise des choses en l'état antérieur, chacun rendant à l'autre ce qu'il a reçu.

Le vendeur devait rendre aux acquéreurs les fonds qu'il avait reçus en leur nom. Mais ayant été alors placé en faillite, la restitution devenait hypothétique. De son côté, le couple d'acquéreurs devait rendre à la banque les montants qu'elle avait payés puisque l'annulation de la vente entrainait l'annulation du prêt.

Dans l'impossibilité de rembourser, les acquéreurs ont soutenu qu'en versant directement l'argent au vendeur, sans contrôler l'avancement des travaux, la banque avait commis une faute. Mais cet argument a été rejeté.

C'était à eux de vérifier que les appels de fonds étaient justifiés et d'intervenir en cas de besoin, a conclu la justice.

Pour ces particuliers, l'opération s'est donc soldée par la perte des fonds versés au vendeur, avec l'obligation de rembourser la banque.

(Cass. Civ 1, 26.9.2018, K 17-19.535).
(AFP)

Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Rien n'est sûr avec un

Rien n'est sûr avec un "pacte de préférence"

Attention au pacte de préférence ! Cet avant-contrat, qui engage une personne auprès du bénéficiaire du pacte à ne pas conclure d’autre contrat avec un tiers, ne présente aucune garantie dans le cadre de la vente d’un bien immobilier. C’est en tout cas l’avis de la Cour de cassation, qui estime que le pacte de préférence n’est pas un droit de préemption, par lequel il est possible d’acquérir un logement en priorité. Explications.
La préemption n'est pas une spoliation

La préemption n'est pas une spoliation

Remanié par la fameuse loi SRU, le droit de préemption permet aux communes dotées d'un plan local d'urbanisme, d'une carte communale ou d'un plan d'occupation des sols d'acquérir en priorité tout bien foncier ou immobilier mis en vente. Aujourd'hui encore, il fait largement débat, mais la Cour de cassation est formelle : le droit de préemption n'outrepasse pas le droit de propriété.
Compromis signé, la commission de l'agence est due

Compromis signé, la commission de l'agence est due

Selon la législation en vigueur, un agent immobilier ne peut recevoir sa commission qu’une fois le compromis de vente signé, la transaction étant alors considérée comme ‘’parfaite’’. Les deux signataires, l’acheteur et le vendeur, se retrouvent dès lors soumis à un engagement réciproque et irrévocable. Dans cette situation, un acquéreur ayant renoncé à son achat se verra obligé de verser la commission de l’agence et des indemnités au vendeur.
Dans l'immobilier défiscalisé, mieux vaut ne rien interrompre

Dans l'immobilier défiscalisé, mieux vaut ne rien interrompre

Bien que rentable, l’investissement locatif défiscalisé reste un dispositif risqué, en particulier lorsque les contrats de gestion sont rompus. Dans ce cas de figure, le propriétaire s’expose notamment à la privation des garanties de loyers et du bénéfice fiscal dont il pouvait disposer. Les explications avec un cas jugé par la Cour de Cassation.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter