Solier, un métier désormais enseigné et reconnu Vie pratique | 21.01.02

Partager sur :
Le bâtiment crée des emplois et des métiers… Le métier de solier, longtemps considéré comme une spécialité annexe des peintres, fait désormais pleinement partie de la famille du bâtiment
Fini le temps où le hamster restait coincé sous la moquette ! Les hommes du revêtement de sol sont maintenant reconnus comme de vrais professionnels, membres à part entière de la grande famille du second œuvre. Il était temps car, devant le développement des produits et les exigences du marché, ce domaine n’avait plus grand-chose en commun avec celui des peintres. C’est en fait sous la pression des industriels et du Syndicat français des fabricants de revêtements de sols et murs que peu à peu cette spécialité est devenue un vrai métier. En effet, outre la création d’un référentiel reconnu, débouchant sur un CAP au sein des établissements professionnels, le syndicat vient d’ouvrir, sur le site de Tarkett Sommer à Saint Rambert d’Albon (26), son troisième établissement d’enseignement spécialisé. Cette ouverture est la troisième du genre après Sedan et Reims, où Tarkett Sommer a uni ses efforts à ceux des groupes Sarlino et Gerflor. L’ouverture de deux autres centres devrait avoir lieu en 2002, l’un dans la région de Tarbes et l’autre à Nantes ou à Rennes, pour les élèves de l’Ouest. Au sein de ces centres, les jeunes acquièrent une qualification pointue, en particulier dans les applications complexes relevant des revêtements techniques. Véritables techniciens de haut niveau, leurs compétences s’appliquent aussi bien au diagnostic, à la détermination des produits qu’à la préparation des sols, la pose et l’entretien de tous les supports. Le cycle de qualification s’étend sur 17 mois dans un programme alterné de deux semaines au sein des centres de formation et d’une semaine en entreprise. Il débouche sur une qualification professionnelle de niveau 2 de la convention collective du Bâtiment. Ces établissements ne reçoivent cependant qu’un nombre limité de candidats. Devant la demande, les établissements publics d’enseignement professionnel devraient à leur tour multiplier les sections dans les mois à venir. En attendant, Tarkett Sommer vient de fêter récemment la délivrance de son centième contrat de qualification. Si l’association entre les plâtriers peintres et les poseurs de moquette risque de perdurer encore dans l’esprit du grand public, sur les chantiers, les sols seront bientôt le domaine exclusif des soliers.
Redacteur

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter