Un dolmen géant érigé il y a près de 5.000 ans en vente près de Saumur

Vie pratique | 24.08.05
Partager sur :
Un dolmen géant érigé il y a près de 5.000 ans en vente près de Saumur - Batiweb
Un monument historique érigé il y a près de 5.000 ans est en vente: le dolmen de Bagneux, près de Saumur, attend un repreneur à la fois fortuné et amateur de mégalithes, au risque de ne plus être accessible au public.
"Il faut que je sente chez l'acheteur une vraie passion pour le monument. Même s'il choisit de ne pas l'ouvrir au public", avertit Pascal Normand son propriétaire actuel qui outre de l'intérêt pour les mégalithes demande 1,5 million d'euros.

"Avec le dolmen, il y a un immeuble composé d'un commerce (bar-brasserie), un appartement de 63 m2, un autre appartement de 140 m2 sur un terrain de 2.300 m2. Si vous êtes intéressés, merci de prendre contact avec les propriétaires", précise le site internet du propriétaire qui donne ses coordonnées.

Le mégalithe, présenté par le commerçant comme le plus long de France (23 mètres), a été classé monument historique par Prosper Mérimée lui-même au XIXème siècle, selon M. Normand, qui dit avoir reçu des appels de l'étranger mais qui ne le satisfont pas.

"Comme tous les dolmens, c'est une chambre funéraire. Il a été bâti en grès sénonien, entre 4.000 et 2.000 ans avant Jésus-Christ, à partir de 15 dalles et pèse au moins 500 tonnes", précise le vendeur. Sommelier de formation et gérant d'un bar-brasserie, Pascal Normand dit se séparer à contre-coeur de cette donation familiale dont il a hérité il y a sept ans. Son arrière grand-père avait acheté le terrain peu après la guerre et tenait déjà à l'époque le commerce.

"L'affaire s'est transmise de génération en génération depuis. J'ai toujours connu un café à côté du dolmen", raconte Pascal Marchand, qui assure lui-même les visites et s'est engagé par convention avec l'Etat, à ouvrir au minimum 45 jours par an les lieux. Mais le mégalithe n'attire pas les foules.

La fréquentation, montée jusqu'à 9.000 visiteurs aux plus belles années, a chuté à près de 3.000, selon son propriétaire. "Il faut lire les témoignages des visiteurs sur le livre d'or. Mais ici, en France, les mégalithes, ça n'intéresse plus personne", affirme M. Marchand.

"C'est sûr, on est loin des belles prairies où se trouvent les mégalithes les plus connus. Mais, c'est la ville qui, en s'étendant, est venue entourer le dolmen. Ca n'enlève rien à la beauté et à la valeur historique du monument" pense le commerçant.

Pascal Marchand regrette de n'avoir pas pu concrétiser son projet de mise en valeur, qui visait notamment à expliquer, via des ateliers et des expositions, comment les hommes ont pu s'y prendre pour construire de tels monuments. Un échec qu'il explique par un refus des collectivités locales de s'y associer.

Redacteur