Inscrivez-vous à la Quotidienne du Bâtiment

Accueil > Actualités du BTP > Eco-construction > Énergies renouvelables : quel bilan, quelles perspectives ?

Énergies renouvelables : quel bilan, quelles perspectives ?

Énergies renouvelables : quel bilan, quelles perspectives ?
Alors que Ségolène Royal cédera sa place dans quelques jours, la ministre de l’Environnement a réuni une dernière fois les acteurs des énergies renouvelables afin de faire le point avec eux. Si le bilan du quinquennat Hollande se veut globalement encourageant – la loi de transition énergétique ayant donné une nouvelle impulsion à la France en matière de respect de l’environnement -, le Syndicat des énergies renouvelables (SER) appelle à maintenir l’élan.

Eco-construction |

Recommander cet article
Imprimer cet article

Alors qu’elle faisait il y a peu le bilan de l’application de la loi de transition énergétique, Ségolène Royal a réuni le 27 avril dernier les entreprises du secteur des énergies renouvelables (EnR) afin de « souligner les avancées obtenues pour les filières ».

Outre les objectifs toujours plus ambitieux fixés par la réglementation, la ministre de l’Environnement a rappelé les nombreux efforts fournis pour assurer la compétitivité de la branche (en multipliant les appels d’offres, entre autres) et pour simplifier et stabiliser les dispositifs en place.

La législation au service des énergies renouvelables

Le quinquennat Hollande aura également été l’occasion de faire progresser la transition énergétique, avec la publication de nouveaux textes à l’instar du décret relatif aux pénalités de retard de raccordement des éoliennes en mer, qui « offre aux porteurs de projets la visibilité attendue pour accélérer la mise en œuvre des champs éoliens en mer qui ont été attribués ».

Dernièrement, un décret a également été publié le 30 avril dernier au Journal officiel visant à mettre en application l’ordonnance relative à l’autoconsommation d’électricité solaire. Pour rappel, le Parlement avait justement validé ce projet de loi en février dernier afin d’offrir un cadre légal à l’autoconsommation d’électricité. Autant de dispositions saluées par le Syndicat des énergies renouvelables (SER), qui a appelé le prochain gouvernement à poursuivre les efforts en faveur de « l’excellence environnementale ».

« Même si de nouvelles mesures […] sont encore nécessaires pour accélérer leur déploiement sur notre territoire et permettre à nos entreprises de poursuivre leur croissance également à l’international, les filières EnR disposent aujourd’hui d’une feuille de route qui leur donne la visibilité nécessaire pour se développer pleinement et créer les emplois associés », salue Jean-Louis Bal, président de l’organisme.

« L’engagement de la France dans l’application de l’Accord de Paris, notamment au travers des principales coalitions en faveur des EnR, doit être réaffirmé. Faute de quoi le développement de ces filières industrielles, en pleine croissance aujourd’hui, s’effondrerait et remettrait en cause des années d’efforts ainsi que les investissements et les emplois créés », conclut-il. À bon entendeur.

F.C
Photo de Une : ©Fotolia

Recommander cet article
Imprimer cet article

Vos réactions | 1 réactions

1 - Christophe le 10 mai 2017

ENR ET ORGANISME DE QUALIFICATION

J'ai bien lu l'article et suis d'accord pour que l'on puisse proposer plus d'EnR . Mais je tiens à soulever un problème majeur, tout d'abord,depuis le début des qualifications j'ai adhéré et fait les formations. Puis sont arrivés Qualit'Enr et Qualibat . Au début les dossiers était géré par nos organismes professionnels et tout ce passais bien. Puis un jours ses organismes sont apparu et depuis , c'est le parcours du combattant pour accéder au qualification. La complexité des dossiers nous fait perdre un temps fou ,et nous fait perdre beaucoup de rentabilité dans nos entreprises. Le souci aujourd'hui c'est que j'ai besoin de plusieurs qualifications pour pouvoir proposer a mes clients une offre étendu des Enr ,comme je le proposais avant . Ce qui bloque aujourd'hui c'est l'obligation de fournir dans un temps donné 2 chantiers références . Là plupart des entreprises ne peuvent pas les fournir et sont donc sorti de l'agrément ,et comme sans qualifications nos clients ne touche pas les aides ( crédit. D'impôt, eco chèque ,ect...ect...) nous ne sommes plus sollicité pour faire des chantiers, par contre les grosses entreprises sont favorisés car elle font plus de chantier que nous petit artisans. Au final cela devient déloyal et met en péril des milliers d'emplois, car si je ne peux pas faire ces chantiers je serai obligé de licencier mon seul employé alors que si j'avais les qualifications j'aurais embauché. Ma demande serait de supprimer les 2 chantiers références , et de les remplacer par des audits . Cela nous permettrait de proposer plus d'enr car aujourd'hui, il est plus simple de proposer des Energies fossiles que des Energies plus propres. Aider nous ,nous allons mourir si rien n'est fait . Christophe petit artisan .

Commenter cet article

Dossiers partenaires :

Visuel Dossiers partenaires

Weber va encore plus loin dans la résistance au feu avec...


WEBER

Pour son système weber.therm XM PSE, weber a fait réaliser en avril 2016 un essai LEPIR2 et confirme ainsi...
Visuel Dossiers partenaires

La géométrie prend une nouvelle dimension : une...


LG Hausys Europe GmbH

Sous l’angle du cristal Au cœur de la tour HVB de la HypoVereinsbank, formes géométriques, angles...

Suivez-nous :

Linkedin
Twitter
Facebook

Les produits de la semaine :