Fermer

Brennilis : vie et mort d'une centrale nucléaire

Née dans la discrétion, l’une des toutes premières centrales nucléaires françaises va disparaître sans laisser de trace. Pourtant, pour 20 ans d’activité, la centrale de Brennilis aura exigé 45 ans de travaux.
Publié le 03 juillet 2002

Partager : 

Brennilis : vie et mort d'une centrale nucléaire - Batiweb
Dans les années soixante, l'énergie nucléaire civile n'en est encore qu'à ses débuts. La puissance du nucléaire est énorme, le général de Gaulle l'a compris l'un des tout premiers et va donner le feu vert à son exploration et exploitation. EDF choisit alors un coin discret de la Bretagne finistérienne, Brennilis, au cœur des monts d'Arrée, pourvu d’une source d’eau indispensable au refroidissement des réacteurs nucléaires. Le prototype retenu est celui d'une centrale à l'eau lourde baptisée EL4. La construction va durer quatre ans. Au final, une centrale d’une puissance de 75.000 kw/h qui va alimenter une partie du réseau électrique breton pendant seulement vingt ans. Ce qui est peu au regard de la capacité d'un réacteur nucléaire. Mais il avait été prévu, non pour durer, mais pour enclencher un processus à la limite de l'expérimental et de l'industriel.
La filière d'eau lourde n'étant plus d'actualité, à l'instar du réacteur EL3 de Saclay, la petite centrale des monts d'Arrée est définitivement arrêtée en 1985. Nul n'en a fait un plat. Elle était née dans la discrétion, elle s'arrête dans le silence. Mais pour EDF, un tel arrêt ne signifie pas la fin de l’exploitation du site. L'entreprise veut réussir sa déconstruction, rendre le site à sa virginité première et démontrer son savoir-faire. Cette déconstruction va se dérouler en trois phases : la première étape, entre 1985 et 1992, s'attache à la mise à l'arrêt définitif et à l’extraction du combustible et des fluides nucléaires d'eau lourde. Dans une deuxième étape, jusqu’en 2018, la destruction du bâtiment va donner lieu à une opération délicate. Il s’agit de repérer et de récupérer tous les matériaux "contaminés". Le caractère méthodique des travaux nécessite l'utilisation de robots commandés depuis des salles isolées et le tri systématique des déchets en fonction de leur taux de radioactivité. Le stockage et l'évacuation des conteneurs renfermant ces déchets constituent une difficulté majeure. Enfin, la troisième phase, devra permettre de rendre le site aussi peu contaminé que possible à l’horizon 2020. Seuls subsisteront le barrage de 1937 - toujours en activité - et les trois turbines à combustion datant de 1980. Mais le site sera alors rendu à sa vocation première : les landes battues par le vent reprendront leur place.
Par Redacteur

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.