France/immobilier: détente du marché dans les villes moyennes (ministère)

Dernières dépêches AFP | 28.08.06
Partager sur :
France/immobilier: détente du marché dans les villes moyennes (ministère) - Batiweb
PARIS, 24 août 2006 (AFP) - Les villes françaises de taille moyenne ont bénéficié d'une détente "sensible" des marchés immobiliers en 2005, grâce à une croissance moins rapide de leur population et à une construction dynamique, selon une étude du ministère des Transports et de l'Equipement.
Les auteurs de l'étude ont relevé "un relâchement sensible des tensions du marché du logement" dans les villes moyennes, en particulier celles comprises en 50 et 100.000 habitants, visible au travers de l'allongement des délais de ventes des biens immobiliers. "Les délais d'écoulement des stocks s'allongent de deux mois" par rapport à 2003, précise la dernière note mensuelle du service Economie, Statistiques et Prospective (SESP) du ministère. A fin 2005, il fallait six mois à un agent immobilier pour vendre un bien dans une ville de cette taille, contre 5,4 mois à l'échelle nationale et 4,9 à Paris.

Ces villes "bénéficient depuis deux ans d'une construction dynamique et d'une croissance plus faible de la population", explique l'étude. Le taux de logements vides depuis moins de trois ans ("taux de vacance") a quant à lui augmenté dans les villes qui comptent entre 30 et 100.000 habitants "alors qu'il y était stable depuis 1991", ajoute cette étude. A fin 2005, 3,7% des logements dans ces villes étaient vacants (+0,5 point par rapport à 2003) contre 3,3% en moyenne nationale. A l'inverse, dans les grandes villes (plus d'un million d'habitants), "le taux de vacance remonte à peine" (+0,2 point) notamment parce que la population y augmente davantage, ce qui "suggère des tensions persistantes" sur le marché.

A Paris, le taux de vacance reste historiquement bas à 2,9%, "stable depuis deux ans". Ce taux est calculé grâce aux fichiers d'abonnement EDF, précise le ministère. En 2006, les prix de l'immobilier à l'achat devraient augmenter de 10% environ, après 12% en 2005, selon les estimations de plusieurs réseaux immobiliers.

Redacteur