La nouvelle génération d’isolants Droit social | 15.11.11

Partager sur :
Les nouvelles normes des bâtiments, que ce soit en BBC, pour suivre les préconisations de la RT 2012 ou dans le cadre d’une rénovation énergétique, imposent aujourd’hui la mise en place d’isolants très performants. Pour réduire les épaisseurs, des « superisolants » à très faible conductivité thermique sont aujourd’hui disponibles. Parmi eux, l’aérogel, le panneau isolant sous vide ou encore les matériaux à changement de phase.
Le calcul de la résistance thermique, R, d'un isolant à la chaleur se fait à partir de son épaisseur et de sa conductivité thermique λ. Cette dernière doit être la plus faible possible pour être efficace. Aujourd'hui, les isolants thermiques traditionnels ont une conductivité située entre 0,035 et 0,045 W/m.K. Plus efficaces, les nouveaux produits proposent des coefficients inférieurs à 0,013 W/m.K.

Cette performance se retrouve dans le prix, ces « superisolants » s'avérant plus chers que les matériaux d'isolation dits classiques. Ils permettent cependant de bénéficier de m² supplémentaires souvent précieux suivant le type d'habitat.


Un nouveau matériau d'isolation : l'aérogel

L'aérogel est un isolant translucide constitué de minuscules particules de silice composées à 99,8 % d'air. C'est également un matériau solide comptant parmi les plus légers au monde. Sa densité est de seulement 3 grammes pour un cube de 1 cm de côté. Ce produit dispose aussi d'un coefficient de conductivité thermique situé entre 0,011 et 0,013 W/m.K. Cela représente le plus faible coefficient pour un solide, assurant ainsi une excellente isolation thermique.

Pour exemple de produits à base d'aérogel, la société Rockwool a lancé sur le marché Aerowool. Ces panneaux de 20 à 40 mm d'épaisseur associent la laine de roche à ce nouveau matériau. Ils disposent d'un λ égal à 0,019, confirmant l'excellente performance thermique.





PIV, panneau isolant sous vide

Les panneaux isolants sous vide (PIV) incluent, pour leur part, un λ se situant entre 0,005 et 0,007 W/m.K. La résistance thermique est de 5 W/m².K pour un isolant de seulement 35 mm d'épaisseur.

Le PIV contient un matériau nanoporeux (poudre de silice, aérogel) entouré d'une enveloppe étanche. L'ensemble est alors vidé de son air. Le seul défaut de ce PIV est sa fragilité, imposant la présence d'un film protecteur.


Des matériaux à changement de phase à améliorer

Passé une certaine température propre à chaque type de matière (paraffine, acides gras...), les matériaux à changement de phase (MCP) se liquéfient et se chargent des calories présentes dans l'atmosphère ambiante pour les restituer lors de la baisse des températures. Cette solution permet d'améliorer l'inertie thermique des parois (pour en savoir plus, consultez notre publication sur l'inertie thermique) et d'écrêter de 3° C à 5° C les températures les plus élevées. Cela a également pour effet de réduire l'usage de la climatisation. Un système de ventilation nocturne peut également être associé à ces MCP pour les régénérer plus facilement, sous la forme d'une restitution des calories.

Plusieurs fabricants proposent aujourd'hui des produits contenant des MCP (panneaux de 5 mm). Cependant, le CSTB préconise l'amélioration de certains points pour les rendre d'autant plus efficaces.


D'après ETI Construction - Les isolants de demain


Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les plafonds en plaques de plâtre s’offrent de nouvelles ossatures

Les plafonds en plaques de plâtre s’offrent de nouvelles ossatures

La réalisation des plafonds passe, depuis quelques années, par un procédé devenu la norme : la mise en place de plaques de plâtres. Celles-ci s’appuient sur des ossatures spécifiques. Plusieurs solutions sont aujourd’hui disponibles, intégrant la mise au point de nouveaux systèmes. Parmi eux, figure la solution Rapid’fix, développée par la société USG France connue pour ses plafonds suspendus.
Un nouveau système sans fil pour comprendre et réduire sa facture énergétique

Un nouveau système sans fil pour comprendre et réduire sa facture énergétique

Afin de répondre aux problématiques d’économie d’énergie dans les bâtiments tertiaires existants (99% du parc), Legrand lance une nouvelle offre de gestion sans fil de l’énergie. Le dispositif, facile à installer, remplit un double objectif : analyser au plus près des équipements les différentes sources de consommation et mettre en place des solutions pour les réduire
Chauffages par le sol : nouvelle source de sinistre

Chauffages par le sol : nouvelle source de sinistre

Le chauffage par le sol fait partie des techniques mises au point depuis plusieurs années et bénéficiant, aujourd’hui, d’un regain d’intérêt. Il est notamment de plus en plus combiné à la mise en place d’une pompe à chaleur, dans les constructions neuves. Plusieurs pathologies sont cependant liées à cette solution de chauffe, principalement dues à une mauvaise mise en œuvre lors de la pose.
Une utilisation sans limite technique de la construction bois

Une utilisation sans limite technique de la construction bois

Parmi les matériaux plébiscités ces dernières années, le bois compte désormais comme l’un des plus utilisés dans le secteur du BTP. Qu’il soit destiné à la construction ou à des travaux d’agrandissement, il est aujourd’hui très présent, montrant ses nombreux atouts au fil des ans. Mais quelles sont les limites de construction en bois ?

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter